Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 28 novembre 2013

« Troupiaux, troupiaux... »

  • Stephen Harper le combattant ne baissera pas les bras même s’il sait maintenant que ses troupes n’ont plus la force qu’ils ont déjà eue.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 27 novembre 2013.)

N'allons pas confondre les troupes et les troupeaux :

Stephen Harper le combattant ne baissera pas les bras même s’il sait maintenant que ses troupes n’ont plus la force qu’elles ont déjà eue.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Élections partielles – Signal d’alarme » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/393703/signal-d-alarme

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:40 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 novembre 2013

C'était bien parti

  • Le point de départ de la manifestation était à la place des Festivals. La foule était alors répartie sur une bonne partie de la surface de cette place, située au centre-ville de Montréal.
    (Bahador Zabihiyan dans le site du Devoir, le 29 octobre 2013 à 10 h 33.)

Je suggérerais :

Le point de départ de la manifestation était à la place des Festivals. La foule occupait alors partie sur une bonne partie de la surface de cette place, située au centre-ville de Montréal.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Charte des valeurs : les "Janette" manifestent à Montréal » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/391050/les-janette-manifesteront-ce-samedi-a-montreal

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:04 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 novembre 2013

Nombreux tentent de combattre

Nombreux employé comme pronom; grammaire française.

  • À droite, nombreux tentent de combattre l’influence du Front en s’emparant de ses idées.
    (Sorj Chalandon, dans Le Devoir du 20 novembre 2013.)

D'après ce que je vois dans le Petit Robert, le Lexis, le Multidictionnaire, le Hanse-Blampain et le Trésor de la langue française informatisé, nombreux est admis seulement comme adjectif :

De nombreuses familles ont protesté. (Petit Robert.)

Ils étaient nombreux à attendre : des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, une vraie cohue. (Beauvoir, dans le Trésor.)

Le pasteur avait d'abord lu tout le verset : « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car la porte large et le chemin spacieux mènent à la perdition, et nombreux sont ceux qui y passent; mais étroite est la porte et resserrée la voie qui conduisent à la vie, et il en est peu qui les trouvent. » (Gide, dans le Trésor. Noter que l'adjectif nombreux est attribut du sujet, le pronom ceux.)

On aurait pu écrire :

À droite, nombreux sont ceux qui tentent de combattre l’influence du Front en s’emparant de ses idées.

À droite, ils sont nombreux à tenter de combattre l’influence du Front en s’emparant de ses idées.

À droite, beaucoup tentent de combattre l’influence du Front en s’emparant de ses idées. (L'adverbe beaucoup est employé ici comme nominal; voir à ce sujet le Petit Robert ou le Trésor.)

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Idées noires sur la France » : http://www.ledevoir.com/international/europe/393140/idees-noires-sur-la-france

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 08:04 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 24 novembre 2013

Mauvaise planification

  • Les parlementaires conservateurs arrivent dans la métropole albertaine sans les trois scalps de sénateurs qu’ils avaient planifiés avoir en main pour apaiser leur base (voir autre texte).
    (Hélène Buzzetti, dans Le Devoir du 31 octobre 2013.)

Le participe passé employé avec avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si celui-ci précède le verbe. Les parlementaires conservateurs avaient planifié quoi? Non pas les trois scalps de sénateurs, mais avoir en main les scalps en question. Le participe passé doit donc rester invariable :

Les parlementaires conservateurs arrivent dans la métropole albertaine sans les trois scalps de sénateurs qu’ils avaient planifié avoir en main pour apaiser leur base (voir autre texte).

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le boulet du Sénat risque de suivre les conservateurs en congrès » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/391390/le-boulet-du-senat-risque-de-suivre-les-conservateurs-en-congres

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:37 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 23 novembre 2013

Trop d'estime

  • N’empêche que tous estiment son engagement politique bien fondé, même si certains estiment prématurées ses visées au plus haut niveau.
    (Guillaume Bourgault-Côté, dans Le Devoir du 26 octobre 2013.)

On aurait pu écrire :

N’empêche que tous estiment son engagement politique bien fondé, même si certains trouvent prématurées ses visées au plus haut niveau.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Mélanie Joly – Les ambitions assumées d’un caméléon » : http://www.ledevoir.com/politique/montreal/390998/les-ambitions-assumees-d-un-cameleon

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:16 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 20 novembre 2013

Protéger aux dénonciateurs

  • « Depuis WikiLeaks, les gens comprennent l’importance de protéger aux dénonciateurs, dit-elle. »
    (Isabelle Paré citant la députée du Parti pirate islandais Birgitta Jonsdottir, dans Le Devoir du 16 novembre 2013.)

« Depuis WikiLeaks, les gens comprennent l’importance de protéger les dénonciateurs, dit-elle. »

« Depuis WikiLeaks, les gens comprennent l’importance d'accorder une protection aux dénonciateurs, dit-elle. »

La députée se serait-elle exprimée en français? En pareil cas, on pouvait insérer la mention sic ou la citer de façon indirecte.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Une députée "pirate" veut faire de l’Islande un refuge pour les dénonciateurs » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/392932/une-deputee-pirate-veut-faire-de-l-islande-un-refuge-pour-les-denonciateurs

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 16:33 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 19 novembre 2013

Ce qui doit servir [...] et qui se veulent

  • Les États généraux sur le féminisme se sont conclus par une démonstration d’unité derrière ce qui doit servir de grandes orientations au mouvement pour les vingt prochaines années, et qui se veulent une meilleure reconnaissance des « réalités complexes et diversifiées » des femmes.
    (Éric Desrosiers, dans Le Devoir du 18 novembre 2013.)

Les États généraux sur le féminisme se sont conclus par une démonstration d’unité derrière ce qui doit servir de grandes orientations au mouvement pour les vingt prochaines années, et qui se veut* une meilleure reconnaissance des « réalités complexes et diversifiées » des femmes.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 22 novembre à 19 h 20, je vois que la correction a été apportée.

« États généraux – Une image unie du mouvement féministe » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/393026/une-image-unie-du-mouvement-feministe?utm_source=infolettre-2013-11-18&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:04 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 18 novembre 2013

Faire des mille pour trouver les ours

  • « Nous avons six ou sept semaines, pas plus, pour faire notre argent », dit John, qui avec son fils tient le Bear Country Inn, l’un des refuges investis par des hordes de touristes venus de partout dans le monde pour voir l’ours polaire. « S’il faut faire des mille pour trouver les ours, c’est mauvais pour nous. »
    (Marie-Andrée Chouinard, dans Le Devoir du 28 octobre 2013.)

Mille, lorsqu'il désigne non pas le nombre, mais la mesure de distance, est un nom qui prend la marque du pluriel :

« S’il faut faire des milles* pour trouver les ours, c’est mauvais pour nous. »

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 22 novembre à 19 h 20, je vois que la correction a été apportée.

« Le Devoir dans la toundra du Manitoba – La prison… pour les ours polaires délinquants » : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/391134/la-prison-pour-les-ours-polaires-delinquants

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:46 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 17 novembre 2013

Personne ne semble presser de la combler

  • Le ministère fédéral de la Santé a réagi à l’initiative américaine en disant qu’elle suivrait l’affaire de près.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 16 novembre 2013.)

Ce n'est pas l'initiative américaine qui s'est engagée à suivre l'affaire de près, mais le ministère fédéral de la Santé :

Le ministère fédéral de la Santé a réagi à l’initiative américaine en disant qu’il suivrait l’affaire de près.


  • Cette lacune réglementaire persiste depuis les années 1960, mais personne ne semble presser de la combler.

On dirait :

Cette lacune réglementaire persiste depuis les années 1960, mais personne ne semble soucieux de la combler.

Le verbe sembler introduit donc ici un attribut du sujet :

Cette lacune réglementaire persiste depuis les années 1960, mais personne ne semble pressé de la combler.

On écrirait cependant :

Cette lacune réglementaire persiste depuis les années 1960, mais personne ne semble vouloir la combler.


  • Une compagnie pharmaceutique doit aviser Santé Canada si elle décide de procéder à un rappel. La plupart s’exécutent rapidement, mais une entreprise peut prendre son temps. Il a fallu 15 jours, l’an dernier, pour qu’Apotex informe Ottawa du retrait d’un contraceptif. Et il a fallu cinq jours de plus pour que le ministère alerte le public.

    Le gouvernement a commandé un rapport sur cet incident. Ses auteurs y enjoignent le ministère de se doter d’un véritable pouvoir de rappel et de resserrer les procédures entourant ces derniers.

À quoi peut bien renvoyer le complément ces derniers?

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Au service de qui? » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/392879/au-service-de-qui

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:29 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 16 novembre 2013

Un Africain, c'est un continent?

  • Officiellement, la France laisse entendre qu’il est trop tôt, à un an du sommet, pour se prononcer. Il serait cependant surprenant que le président François Hollande ne favorise pas un Africain, compte tenu de l’importance de ce continent dans sa politique internationale.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 12 novembre 2013.)

Ce continent ne peut pas renvoyer à une personne :

Officiellement, la France laisse entendre qu’il est trop tôt, à un an du sommet, pour se prononcer. Il serait cependant surprenant que le président François Hollande ne favorise pas un Africain, compte tenu de l’importance de l'Afrique dans sa politique internationale.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Francophonie – La candidature de Michaëlle Jean se confirme » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/392419/francophonie-la-candidature-de-michaelle-jean-se-confirme

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:45 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]