Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 4 septembre 2013

Nos gênes nous rapprochent des uns des autres

  • La sensibilité aux gens au loin n'est pas dans nos gênes.
    (Stéphane Laporte, dans La Presse du 1er septembre 2013.)

Beaucoup sont gênés par la fumée; est-ce une question de gènes?

Il fallait écrire :

La sensibilité aux gens au loin n'est pas dans nos gènes.


  • Aujourd'hui, nous sommes tous à la portée d'un clic des uns des autres, mais la technologie n'a pas réussi à briser notre indifférence.

L'expression se dit et s'écrit les uns des autres. On trouve notamment, dans le Petit Robert électronique, les exemples suivants :

Ils laissent beaucoup de messages sur les murs les uns des autres. (Despentes, à l'article « mur ».)
[Les uns laissent beaucoup de messages sur les murs des autres.]

Trois étoiles que séparent des abîmes paraissent proches les unes des autres. (Mauriac, à l'article « proche ».)
[Les unes paraissent proches des autres.]

Il fallait écrire :

Aujourd'hui, nous sommes tous à la portée d'un clic les uns des autres, mais la technologie n'a pas réussi à briser notre indifférence.
[Les uns sont à la portée d'un clic des autres.]


  • Bien sûr, la vue des victimes des armes chimiques en Syrie nous a horrifiée.

Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir ne s'accorde pas avec le sujet, mais avec le complément d'objet direct, si celui-ci est placé devant le verbe :

Bien sûr, la vue des victimes des armes chimiques en Syrie nous a horrifiés.


  • Comment faire pour que chacun de nous soit plus préoccupés par la scène internationale [...]

Comment faire pour que chacun de nous soit plus préoccupé par la scène internationale [...]


  • La première chose qu'on peut faire pour aider la Syrie; c'est de s'y intéresser.

La première chose qu'on peut faire pour aider la Syrie, c'est de s'y intéresser.


  • Je précise; il faut s'y intéresser pour les bonnes raisons.

Je précise : il faut s'y intéresser pour les bonnes raisons.

C'est le deux-points, et non le point-virgule, qui annonce une explication ou une précision.


  • [...] relions-nous à l'humanité, avant de perdre la notre.

[...] relions-nous à l'humanité, avant de perdre la nôtre.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La Syrie et nous » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/stephane-laporte/201308/31/01-4685008-la-syrie-et-nous.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_stephane-laporte_3270_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 19:10 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]