Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 3 août 2013

Esprit de suite

  • De là à Manawan, il y a près de 100 km d’une mauvaise route de gravier, simple chemin pour l’exploitation forestière, avec sa suite de ponts de bois à travée simple qui enjambent, à la suite de cahots hasardeux, des bras d’eau qui irriguent une suite de lacs aux superficies spectaculaires.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 2 août 2013.)

À moins que la répétition de suite ne vise à évoquer la monotonie du chemin, je suggérerais :

De là à Manawan, il y a près de 100 km d’une mauvaise route de gravier, simple chemin pour l’exploitation forestière, avec sa série de ponts de bois à travée simple qui enjambent, après des cahots hasardeux, des bras d’eau qui irriguent une suite de lacs aux superficies spectaculaires.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Du canot d’écorces fines à l’urgence de l’ambulance » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/384270/du-canot-d-ecorces-fines-a-l-urgence-de-l-ambulance

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:07 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]