Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 31 juillet 2013

Il rappelle et insiste sur un épisode

  • [...] il rappelle et insiste sur un épisode passé, mais très important dans la vie du maître de l’Égypte.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 31 juillet 2013.)

Il est souhaitable que deux verbes ayant un même complément se construisent de la même façon. Je proposerais :

[...] il rappelle et souligne sur un épisode passé, mais très important dans la vie du maître de l’Égypte.

[...] il rappelle avec insistance un épisode passé, mais très important dans la vie du maître de l’Égypte.


  • [...] alors qu’il était étudiant aux US Army War College [...]

L'article contracté ne doit pas s'accorder avec US [United States], mais plutôt avec le générique du nom de l'établissement, College :

[...] alors qu’il était étudiant au US Army War College [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Bouleversement politique en Égypte – Sissi le calife » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/384016/sissi-le-calife

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:28 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 30 juillet 2013

Empêcher de faire en sorte que

  • Hors de lui, Brett sort de l’abri à toute vitesse et se dirige en gesticulant vers McClelland. Seule l’intervention musclée de coéquipiers et des autres arbitres empêchera de faire en sorte qu’il s’en prenne physiquement à lui.
    (Jean Dion, dans Le Devoir du 25 juillet 2013.)

La construction empêcher que + subjonctif est admise sans réserve :

Le crépuscule recouvrait Thérèse, empêchait que les hommes la reconnussent. (Mauriac, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Quelque chose est arrivé que nous ne sommes plus libres de défaire. Peux-tu empêcher que nous soyons pour toujours les assassins de notre mère? (Sartre, dans le Trésor.)

Je supprimerais donc de faire en sorte, qui me semble superflu dans la phrase à l'étude :

Hors de lui, Brett sort de l’abri à toute vitesse et se dirige en gesticulant vers McClelland. Seule l’intervention musclée de coéquipiers et des autres arbitres empêchera de faire en sorte qu’il s’en prenne physiquement à lui.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« C'est du sport! – Le gros bout du bâton » : http://www.ledevoir.com/sports/actualites-sportives/383659/le-gros-bout-du-baton

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:18 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 juillet 2013

Ses ou leurs?

  • Pour la Maison-Blanche, l’embarras est d’autant plus prononcé que si Moscou ou Pékin mettent la main sur les millions d’éléments renfermés dans les clés USB que détient toujours Snowden, alors ses ingénieurs pourront remonter ou décrypter, en tout ou en partie, la mécanique de la NSA [National Security Agency].
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 27 juin 2013.)

La Maison-Blanche ne craint certainement pas ce que ses propres ingénieurs pourraient être capables d'accomplir :

Pour la Maison-Blanche, l’embarras est d’autant plus prononcé que si Moscou ou Pékin mettent la main sur les millions d’éléments renfermés dans les clés USB que détient toujours Snowden, leurs ingénieurs pourront remonter ou décrypter, en tout ou en partie, la mécanique de la NSA.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La saga d'Edward Snowden – Le bal des vampires » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/381665/le-bal-des-vampires

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:52 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 28 juillet 2013

Pas dans ma cours

Cours et cour; homonymes; orthographe.

  • Les Albertains ont constaté l’impact des changements climatiques dans leur cours lors des inondations de juin dernier, ce qui les aurait poussés à envisager la réduction de la dépendance au pétrole, croit Steven Guilbeault.
    (Légende de la photo accompagnant un article d'Éric Desrosiers, dans Le Devoir du 24 juillet 2013.)

L'orthographe établit une distinction entre le cours du pétrole et la cour d'une école ou d'une maison :

Les Albertains ont constaté l’impact des changements climatiques dans leur cour lors des inondations de juin dernier [...]


  • « Ça indique assez clairement que la population canadienne veut autre chose, en matière de politique énergétique, que ce que nous proposent la meneuse de claque qu’est devenu le gouvernement Harper pour les compagnies pétrolières, a déclaré en entretien téléphonique au Devoir le cofondateur et directeur principal du groupe écologiste Équiterre, Steven Guilbeault. »

Le verbe proposer n'a qu'un seul sujet, meneuse de claque :

« Ça indique assez clairement que la population canadienne veut autre chose, en matière de politique énergétique, que ce que nous propose la meneuse de claque qu’est devenu le gouvernement Harper pour les compagnies pétrolières, a déclaré en entretien téléphonique au Devoir le cofondateur et directeur principal du groupe écologiste Équiterre, Steven Guilbeault. »

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Même en Alberta, les Canadiens demandent une stratégie énergétique verte » : http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/383570/meme-en-alberta-les-canadiens-demandent-une-strategie-energetique-verte

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:30 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 27 juillet 2013

Un jour où l'autre

Un jour où l'autre, un jour ou l'autre; où, ou; homonymes; orthographe.

  • Une bonne bière allait régler ça. Et bien non.
    (Mylène Moisan, dans Le Soleil du 24 juillet 2013.)

La locution interjective, j'en ai parlé déjà, s'écrit eh bien :

Une bonne bière allait régler ça. Eh bien non.


  • On a jasé de plein de choses, entre autres de la nouvelle orthographe. On s'est rendu compte que, un jour l'autre, les journaux seront écrits comme ça.

    Que je devrai réapprendre à écrire.

La nouvelle orthographe n'a pas aboli la distinction entre ou, conjonction, et , adverbe ou pronom relatif :

Le jour où j'écrirai comme cela, les poules auront des dents.

Nul ne sait d'où il vient, où il va.

Faut-il mettre l'accent, oui ou non?

Il fallait écrire :

On a jasé de plein de choses, entre autres de la nouvelle orthographe. On s'est rendu compte que, un jour ou l'autre, les journaux seront écrits comme ça.

Que je devrai réapprendre à écrire.

Voilà au moins une règle que personne n'aura à désapprendre.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le vieux quai » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201307/23/01-4673546-le-vieux-quai.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4673162_article_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:40 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 26 juillet 2013

Elle est bonne

  • La qualité de l'eau est pourtant très bonne sur de bonnes portions du littoral.
    (François Cardinal, dans La Presse du 20 juillet 2013.)

La qualité de l'eau est pourtant très bonne sur de grandes [ou d'assez grandes] portions du littoral.


  • [...] elle n'a même pas lancé ne serait qu'une étude [...]

[...] elle n'a même pas lancé ne serait-ce qu'une étude [...]


  • Donc toujours rien de prévu à proximité du cœur de Montréal. Même si au moins deux projets réalistes pourraient réalistement voir le jour*.

Trop de réalisme, cela ne risque-t-il pas d'étouffer les plus beaux projets? Je suggérerais :

Donc toujours rien de prévu à proximité du cœur de Montréal. Même si au moins deux projets semblent réalisables.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Merci à l'amie lectrice qui a attiré mon attention sur ce passage.

« À l'eau! » : http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/francois-cardinal/201307/19/01-4672487-a-leau.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:12 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 juillet 2013

De l'eau

  • William avait été baptisé [...] dans le salon de musique de Buckingham Palace, avec de l'eau du Jourdain versé dans le bassin d'argent [...]
    (AFP dans le site de La Presse, le 5 juillet 2013.)

On a eu beau faire les choses royalement, ce n'est quand même pas tout le Jourdain qui a été versé dans le bassin d'argent :

William avait été baptisé [...] dans le salon de musique de Buckingham Palace, avec de l'eau du Jourdain versée dans le bassin d'argent [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Bébé royal : une naissance soigneusement orchestrée » : http://www.lapresse.ca/international/europe/201307/05/01-4667997-bebe-royal-une-naissance-soigneusement-orchestree.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4673267_article_POS5

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 15:31 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 24 juillet 2013

Les quinze minutes qu'on duré la rencontre

  • Tout au long des 15 minutes qu'on duré la rencontre, sa voix a failli flancher.
    (David Santerre, dans La Presse du 18 juillet 2013; texte mis à jour à 21 h 35.)
  • Tout au long des 15 minutes qu'ont duré la rencontre, sa voix a failli flancher.
    (Mise à jour du 19 juillet 2013, à 7 h 5.)

À la relecture, le journaliste ou le correcteur s'est rendu compte que l'on n'avait pas affaire au pronom indéfini on (on duré?), mais à l'auxiliaire avoir. L'analyse était bien amorcée, mais il aurait fallu la poursuivre : c'est la rencontre qui a duré 15 minutes, et non pas 15 minutes qui ont duré la rencontre :

Tout au long des 15 minutes qu'a duré la rencontre, sa voix a failli flancher.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Lac-Mégantic : des intervenants marqués à vie » : http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/tragedie-a-lac-megantic/201307/18/01-4672062-lac-megantic-des-intervenants-marques-a-vie.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:32 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 23 juillet 2013

Inspiration

  • Par conséquent, ils furent parqués dans des camps, nommés bantoustans, dont devaient s’inspirer Adolf Hitler.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 23 juillet 2013.)

Adolf Hitler devait s'inspirer de ces camps :

Par conséquent, ils furent parqués dans des camps, nommés bantoustans, dont devait s’inspirer Adolf Hitler.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La norvégienne [sic] emprisonnée et libérée – De la barbarie » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/383482/de-la-barbarie

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:52 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 22 juillet 2013

Plus ou moins?

  • Comme d'habitude, le gouvernement Harper s'est montré incapable de communiquer efficacement. On a eu le dernier exemple de cette incapacité lors du point de presse donné mercredi par la nouvelle ministre des Transports, Lisa Raitt, en compagnie de M. Paradis. Pourtant politiciens d'expérience, ils ont été à peine moins habiles que le patron de la MMA, Ed Burkhardt.
    (André Pratte, dans La Presse du 19 juillet 2013.)

Peut-on se montrer, même un tout petit peu, même à peine, moins habile à communiquer que le patron de la MMA? L'éditorialiste a sûrement voulu dire :

Pourtant politiciens d'expérience, ils ont été à peine plus habiles que le patron de la MMA, Ed Burkhardt.

Pourtant politiciens d'expérience, ils ont été à peine moins inhabiles que le patron de la MMA, Ed Burkhardt.

On serait bien heureux de se montrer à peine moins habile qu'un grand champion dans sa discipline.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L'incompétence fédérale » : http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/andre-pratte/201307/18/01-4672142-lincompetence-federale.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_andre-pratte_3288_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:03 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]