Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 7 juin 2013

Qu'il pleut ou qu'il fait beau

  • Qu’il s’improvise avec les restants du souper de la veille ou qu’il requiert une virée toute spéciale au marché, le pique-nique parfait n’est en théorie pas trop compliqué.
    (Émilie Folie-Boivin, dans Le Devoir du 7 juin 2013.)

Le verbe requérir se prononce de la même façon à la troisième personne du singulier de l'indicatif et du subjonctif présent, mais il s'écrit différemment : requiert à l'indicatif, requière au subjonctif. Lequel fallait-il dans la phrase à l'étude? Il suffit, pour le savoir, de remplacer requérir par un verbe dont la prononciation change selon le mode :

Qu’il s’improvise avec les restants du souper de la veille ou qu’il doive être précédé d'une virée toute spéciale au marché, le pique-nique parfait n’est en théorie pas trop compliqué.

Le subjonctif s'imposait donc, tout comme dans cet exemple facile à retenir :

Nous ferons cette excursion dimanche, qu'il pleuve ou qu'il fasse beau.

Il faudrait lire :

Qu’il s’improvise avec les restants [ou avec les restes] du souper de la veille ou qu’il requière une virée toute spéciale au marché, le pique-nique parfait n’est en théorie pas trop compliqué.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Devine qui vient pique-niquer? » : http://www.ledevoir.com/art-de-vivre/loisirs/380100/devine-qui-vient-pique-niquer

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:42 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]