Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 11 avril 2013

Transparence

  • Un travail de moine, nécessaire pour aider les citoyens à comprendre, mais que le gouvernement ne s’est évidemment pas donné la peine de faire. Ç’aurait été poussé la transparence trop loin.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 10 avril 2013.)

Le verbe pousser doit se mettre à l'infinitif. Il suffit, pour s'en rendre compte, de le remplacer par un verbe du deuxième ou du troisième groupe, dont la prononciation diffère selon le mode :

Ç'aurait été faire preuve d'un souci de transparence exagéré.

Il fallait écrire :

Un travail de moine, nécessaire pour aider les citoyens à comprendre, mais que le gouvernement ne s’est évidemment pas donné la peine de faire. Ç’aurait été pousser la transparence trop loin.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Sabrer fait mal » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/375296/sabrer-fait-mal

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 00:14 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]