Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 31 mars 2013

Sous certains égards

Sous certains égards, à certains égards; préposition.

  • Mais l'Église et les catholiques ont beaucoup changé depuis un demi-siècle – au point, d'ailleurs, d'être en porte-à-faux sous certains égards.
    (Jean-François Cliche, dans Le Soleil du 9 mars 2013.)

Le Petit Robert, le Multidictionnaire, le Hanse-Blampain, le Lexis et le Trésor de la langue française informatisé, consultés à l'article « égard », donnent entre autres les locutions à cet égard, à tous (les) égards, à certains égards; ils n'admettent pas, cependant, d'expressions avec la préposition sous, comme sous certains égards. Une recherche dans l'ensemble des articles du Trésor ne permet d'ailleurs pas de trouver sous certains égards, mais plutôt de nombreux exemples de la locution à certains égards, dont celui-ci :

À certains égards, l'état d'esprit des communistes est très analogue à celui des premiers chrétiens. Cette propagande eschatologique explique très bien les persécutions de la première période. (Weil, à l'article « eschatologique ».)

Il fallait écrire :

Mais l'Église et les catholiques ont beaucoup changé depuis un demi-siècle – au point, d'ailleurs, d'être en porte-à-faux à certains égards.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Y a-t-il un pape dans la salle? » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/dossiers/le-choix-dun-pape/201303/08/01-4629329-y-a-t-il-un-pape-dans-la-salle.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4629331_article_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 30 mars 2013

En épingle

  • C’est à ce moment que le gouvernement a montré qu’il avait à ce point perdu le contrôle d’une crise qu’il avait lui-même monté en épingle qu’il devait désormais rogner sur les libertés des citoyens afin de mater la résistance.
    (David Desjardins, dans Le Devoir du 30 mars 2013.)

Ce n'est pas le contrôle que le gouvernement avait monté en épingle, mais une crise. Le participe passé employé avec avoir doit s'accorder avec le complément d'objet direct, placé devant le verbe :

C’est à ce moment que le gouvernement a montré qu’il avait à ce point perdu le contrôle d’une crise qu’il avait lui-même montée en épingle qu’il devait désormais rogner sur les libertés des citoyens afin de mater la résistance.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Allo, maman, nono » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/374606/allo-maman-nono

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 mars 2013

Un jeune politicien fringuant

Fringuant ou fringant; participe présent ou adjectif; grammaire française; orthographe.

  • En 1990, Bob Rae était un peu comme Justin Trudeau un jeune politicien fringuant* prêt à relever tous les défis.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 29 mars 2013.)

Il existe bien un verbe fringuer, dont fringuant est le participe présent, mais nous avons plutôt affaire ici à l'adjectif fringant, qui est défini de la façon suivante dans le Petit Robert : « Dont l'allure vive et décidée, la mise élégante dénotent de la vitalité, une belle humeur. » Le dictionnaire donne cet exemple à l'article « fringuer » :

Paul alors entra tout fringant et bien fringué. (Queneau.)

Comment faire la distinction entre l'adjectif et le participe présent? Au contraire du participe présent, l'adjectif peut être remplacé par un autre adjectif :

Il était un jeune politicien dynamique.

Il peut aussi se mettre au féminin :

Elle était une jeune politicienne fringante.

Il fallait écrire :

En 1990, Bob Rae était un peu comme Justin Trudeau un jeune politicien fringant prêt à relever tous les défis.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 1er avril à 22 h, je vois que la faute a été corrigée.

« Bob Rae – Le meilleur et le pire » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/374488/le-meilleur-et-le-pire

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 28 mars 2013

Il insiste n'avoir jamais fait cela

Insister avoir fait quelque chose, insister ne pas avoir fait quelque chose; insister + infinitif; grammaire française; syntaxe.

  • Il insiste n'avoir jamais « grenouillé » contre son premier ministre.
    (Michel Corbeil, dans Le Soleil du 28 octobre 2012.)

D'après ce que je vois dans le Petit Robert, le Multidictionnaire, le Hanse-Blampain, le Lexis et le Trésor de la langue française informatisé, on peut insister sur quelque chose, pour une chose, pour faire quelque chose, pour que...; aucun de ces ouvrages, cependant, n'admet la construction insister avoir fait quelque chose. On aurait pu employer le verbe assurer :

... il assurait n'avoir pas eu froid, et, par un effort de sa volonté, il arrivait réellement à ne plus sentir le froid. (Sand, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Il assure n'avoir jamais « grenouillé » contre son premier ministre.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le PQ, un parti qui dévore ses chefs » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/dossiers/il-y-a-25-ans-rene-levesque/201210/27/01-4587800-le-pq-un-parti-qui-devore-ses-chefs.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 mars 2013

La violence qui est faite à ces religieux?

  • Au milieu du présent mois, ces religieux méticuleux mais balafrés de la politique ont posé un geste qui en dit long sur le fanatisme antifemme mais aussi sur leur haine de la démocratie. En effet, il y a une quinzaine, la Commission de la condition de la femme, de l’ONU, a publié un texte dénonçant la violence qui leur est faite dans le monde. La confrérie s’est empressée de publier un communiqué pour dénoncer le geste « onusien » [...]
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 27 mars 2013.)

Le texte de l'ONU dénonce la violence faite aux femmes; le problème, c'est que le pronom leur ne peut renvoyer qu'à un pluriel et qu'il n'y a qu'un seul pluriel dans le passage qui précède : ces religieux méticuleux.

On pouvait écrire :

En effet, il y a une quinzaine, la Commission de la condition de la femme, de l’ONU, a publié un texte dénonçant la violence qui est faite aux femmes dans le monde.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le racisme des Frères musulmans – De l’abject » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/374208/de-l-abject

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 mars 2013

Mieux vaut prévenir

  • Les provinces conviennent, comme Ottawa, que ce n’est pas une mauvaise idée d’adapter les services de formation à l’emploi aux demandes sur le terrain. Mais d’aucunes arguent en revanche que le fédéral fait fausse route en imposant ses nouveaux paramètres de façon unilatérale et prévient* qu’Ottawa aura besoin des provinces pour aller de l’avant.
    (Marie Vastel, dans Le Devoir du 26 mars 2013.)

Ce n'est évidemment pas le gouvernement fédéral qui prévient qu'Ottawa aura besoin des provinces pour aller de l'avant, mais plutôt certaines provinces, représentées par d'aucunes :

Les provinces conviennent, comme Ottawa, que ce n’est pas une mauvaise idée d’adapter les services de formation à l’emploi aux demandes sur le terrain. Mais d’aucunes arguent en revanche que le fédéral fait fausse route en imposant ses nouveaux paramètres de façon unilatérale et préviennent qu’Ottawa aura besoin des provinces pour aller de l’avant.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 1er avril à 22 h, je vois que la faute a été corrigée.

« Formation de la main-d’œuvre – Ottawa devra affronter les provinces » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/374187/ottawa-devra-affronter-les-provinces

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 25 mars 2013

C'est évident

  • Il y a là-dedans une « révolution silencieuse », avance le vendeur Bakshi – d’autant plus qu’à l’évidence, le commun des Indiens prend manifestement conscience du fait que l’amélioration de son sort comme consommateur passe par l’école et l’éducation en anglais.
    (Guy Taillefer, dans Le Devoir du 25 mars 2013.)

Selon le Petit Robert, manifestement veut dire « d'une manière manifeste, à l'évidence ». Il fallait donc choisir :

Il y a là-dedans une « révolution silencieuse », avance le vendeur Bakshi – d’autant plus qu’à l’évidence, le commun des Indiens prend manifestement conscience du fait que l’amélioration de son sort comme consommateur passe par l’école et l’éducation en anglais.

Il y a là-dedans une « révolution silencieuse », avance le vendeur Bakshi – d’autant plus que à l’évidence le commun des Indiens prend manifestement conscience du fait que l’amélioration de son sort comme consommateur passe par l’école et l’éducation en anglais.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Les lumières de la ville » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/374076/les-lumieres-de-la-ville?utm_source=infolettre-2013-03-25&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 24 mars 2013

Les diktats contenus à ce budget

Être contenu à quelque chose, être contenu dans quelque chose; grammaire française; syntaxe; prépositions.

  • Il faut opposer un vigoureux non aux diktats contenus à ce budget.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 23 mars 2013.)

D'après ce que je vois dans le Petit Robert et le Trésor de la langue française informatisé (je n'ai pas trouvé d'exemple utile dans le Lexis), une chose n'est pas contenue à une autre, mais plutôt, selon le contexte, dans une autre, en une autre, à l'intérieur ou au centre d'une autre :

Les articles contenus dans ce dictionnaire. (Petit Robert.)

Les idées contenues dans ce texte. (Petit Robert.)

Des hommes français, des choses françaises sont contenus dans un contenant dont les contours sont les frontières. (Perroux, dans le Trésor.)

Dieu ne se voit pas. Il est l'infini : donc il n'est contenu en aucun lieu. Il est l'éternel : donc il n'est contenu en aucun temps. (Leroux, dans le Trésor.)

Le pressage : les matrices sont placées dans des moules contenus à l'intérieur d'une presse. (Samuel dans le Trésor, à l'article « pressage ».)

Bouvard préférait une canne-parapluie ou parapluie-polybranche, dont le pommeau se retire, pour agrafer la soie, contenue à part dans un petit sac. (Flaubert dans le Trésor, à l'article « canne ».)

Substance molle contenue au centre de la tige et de la racine d'une plante. (Définition de « moelle » dans le Trésor, sens 2.)

On aurait dû écrire, à mon avis :

Il faut opposer un vigoureux non aux diktats contenus dans ce budget.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Budget Flaherty – Les gros sabots » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/373968/les-gros-sabots

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:52 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 23 mars 2013

Des entreprises entreprenantes

  • Or, voilà qu’Ottawa, qui ne détient aucune expertise, décide que désormais, la priorité ira aux besoins des grandes entreprises, à qui il reviendra d’entreprendre des programmes.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 23 mars 2013.)

Or, voilà qu’Ottawa, qui ne détient aucune expertise, décide que désormais, la priorité ira aux besoins des grandes entreprises, à qui il reviendra de lancer [ou de créer, de mettre sur pieddes programmes.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Budget Flaherty – Les gros sabots » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/373968/les-gros-sabots

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 22 mars 2013

Sans suite

  • L’objectif : offrir des formations qui donneront suite à des emplois.
    (Marie Vastel, dans Le Devoir du 22 mars 2013.)

Comme on donne suite à quelque chose qui précède (par exemple une demande, une lettre, un projet, une recommandation), j'espère que les formations donneront plutôt accès à des emplois, qu'elles mèneront à des emplois.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Formation de la main-d'œuvre – Ottawa dicte ses conditions aux provinces » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/373894/ottawa-dicte-ses-conditions-aux-provinces

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]