Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 28 février 2013

Donc acte

Donc acte; dont acte.

  • Il y a tout de même eu victoire pour les étudiants : l’idéal de la gratuité à l’université est maintenant sorti de la marginalité. On sait maintenant que le Québec des années 60 l’avait pour objectif et qu’elle est viable ailleurs. Donc acte.

    Les débordements étudiants maintenant exclus, le ministre a le champ libre pour la négociation classique et pragmatique.
    (Josée Boileau, dans Le Devoir du 23 février 2013.)

D'après ce que je vois dans les dictionnaires courants (Petit Robert, Multidictionnaire, Lexis, Trésor de la langue française informatisé), la formule dont acte s'emploie au sens propre dans la langue juridique et administrative, pour clore la rédaction d'un acte. Par extension, elle signifie que l'on prend bonne note de quelque chose :

Il y a tout de même eu victoire pour les étudiants : l’idéal de la gratuité à l’université est maintenant sorti de la marginalité. On sait aujourd'hui que le Québec des années 60 l’avait pour objectif et qu’elle est viable ailleurs. Dont acte.

Les débordements étudiants maintenant exclus, le ministre a le champ libre pour la négociation classique et pragmatique.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Sommet des universités – On va se parler! » : http://www.ledevoir.com/societe/education/371703/on-va-se-parler

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:49 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 février 2013

Interdire à un joueur à endosser l'uniforme

Interdire à quelqu'un à faire quelque chose; interdire à quelqu'un de faire quelque chose; interdire à quelqu'un à + infinitif; interdire à quelqu'un de + infinitif; grammaire française; syntaxe; prépositions.

  • Ce règlement oblige toute ligue régie par la IIHF à interdire à un joueur sous contrat dans une autre de ses ligues à endosser l'uniforme.
    (François Gagnon, dans La Presse du 11 janvier 2013.)

On interdit à quelqu'un de faire quelque chose :

Je t'interdis de lui répondre. (Petit Robert.)

Sa maman lui interdit de parler à des inconnus. (Multidictionnaire.)

Le médecin lui interdit de fumer. (Hanse et Blampain.)

Impossible d'interroger les femmes. Il leur avait interdit de répondre. (Vailland, dans le Lexis.)

L'œuvre définitive à laquelle rien ne m'interdisait de consacrer ce qui me reste en vigueur. (Mauriac, dans le Lexis.)

Ce qu'on croit, on doit le défendre. Quelles que soient nos forces, il nous est interdit d'abdiquer. (Rolland, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Il fallait écrire :

Ce règlement oblige toute ligue régie par la IIHF à interdire à un joueur sous contrat dans une autre de ses ligues d'endosser l'uniforme.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« CH : 21 heures pour se préparer » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/francois-gagnon/201301/11/01-4610331-ch-21-heures-pour-se-preparer.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_francois-gagnon_1623860_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 00:32 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 février 2013

Cet organisme a été dissolu

Dissous, dissout; dissolu.

  • Droits et Démocratie n’existe plus. Il a été définitivement dissolu il y a dix-huit mois au terme d’une guerre sourde que lui mena le gouvernement Harper [...]
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 22 février 2013.)

Marie-Éva de Villers fait observer, à l'article « dissoudre » : « Ne pas confondre le participe passé dissous avec l'adjectif dissolu qui qualifie ce qui est déréglé. » Les dictionnaires généraux donnent pour corrects les exemples suivants :

Vie dissolue. (Petit Robert.)

Une société aux mœurs dissolues. (Lexis.)

Ces existences dissolues, que termine une mort précoce et misérable, inspirent de tristes réflexions. (Gautier, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Nos congrégations ont été dissoutes, chassées et poursuivies. (Maurras, dans le Trésor.)

Noter que le participe passé de dissoudre est visé par les rectifications de l'orthographe : on peut donc écrire, au masculin singulier, aussi bien dissout que dissous.

Le passage à l'étude aurait dû se lire :

Droits et Démocratie n’existe plus. Il a été définitivement dissous [ou dissout] il y a dix-huit mois au terme d’une guerre sourde que lui mena le gouvernement Harper [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Bureau de la liberté religieuse – Retour en arrière » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/371572/retour-en-arriere

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:12 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 25 février 2013

La révolution est ennivrante

Ennivrant, ennivrante; enivrant, enivrante; orthographe.

  • La révolution est ennivrante mais le retour sur terre fut exigeant pour eux.
    (Josée Boileau, dans Le Devoir du 23 février 2013.)

On écrit enivrant, enivrante, enivrer, enivrement; ces mots ne sont pas visés par les rectifications de l'orthographe :

La révolution est enivrante*, mais le retour sur terre fut exigeant pour eux.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 25 février à 21 h, je vois que la correction a été apportée.

« Sommet des universités – On va se parler! » : http://www.ledevoir.com/societe/education/371703/on-va-se-parler

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:29 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 24 février 2013

L'usage

  • Le chroniqueur politique de la Gazette, Don MacPherson, a souligné « l’hypocrisie » du libellé utilisé dans la Charte de la langue française, dont aucun article n’interdit ou ne limite l’usage de la langue anglaise, mais plutôt celle d’une « langue autre que le français », alors que seul l’anglais est visé.
    (Michel David, dans Le Devoir du 23 février 2013.)

Usage est un nom masculin :

[...] dont aucun article n’interdit ou ne limite l’usage de la langue anglaise, mais plutôt celui d’une « langue autre que le français », alors que seul l’anglais est visé.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La bavure » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/371678/la-bavure

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:42 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 23 février 2013

La liberté de la liberté

  • À la différence des gouvernements précédents, celui de Stephen Harper établit une hiérarchie des droits : la liberté de conscience et de religion vient avant celle du droit d’association, de la liberté de parole, du droit à l’égalité des races et des sexes.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 22 février 2013.)

La liberté de conscience et de religion vient avant la liberté de la liberté de parole? Le démonstratif celle est manifestement de trop :

À la différence des gouvernements précédents, celui de Stephen Harper établit une hiérarchie des droits : la liberté de conscience et de religion vient avant le droit d’association, la liberté de parole, le droit à l’égalité des races et des sexes.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Bureau de la liberté religieuse – Retour en arrière » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/371572/retour-en-arriere

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 22 février 2013

Lui ou ses fonctionnaires?

  • Invoquant la forte mobilisation de ses membres, la FPPM demande au maire de s'impliquer dans le dossier sans quoi ce sera lui, et non ses fonctionnaires, qui auront les membres du syndicat « sur le dos ».
    (PC dans Le Devoir du 22 février 2013, à 13 h 17.)

Ce sera lui qui aura les membres du syndicat « sur le dos » :

Invoquant la forte mobilisation de ses membres, la FPPM demande au maire de s'impliquer dans le dossier sans quoi ce sera lui, et non ses fonctionnaires, qui aura les membres du syndicat « sur le dos ».

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Horaire des policiers : Applebaum refuse de se laisser intimider » : http://www.ledevoir.com/politique/montreal/371659/horaire-des-policiers-applebaum-refuse-de-se-laisser-intimider

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 15:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 21 février 2013

Du concret

  • « Au-delà des formes, l’art véhicule des valeurs qui nous inspirent. Nous utilisons nos œuvres pour dire qu’elles soutiennent des messages encore plus forts », a soutenu hier Nathalie Bondil, directrice du MBAM.
    (Isabelle Paré, dans Le Devoir du 19 février 2013.)

« Au-delà des formes, l’art véhicule des valeurs qui nous inspirent. Nous utilisons nos œuvres pour dire qu’elles soutiennent des messages encore plus forts », déclaré hier Nathalie Bondil, directrice du MBAM.


  • Concrètement, cette alliance se concrétisera par l’envoi dans 3000 écoles d’une affiche arborant [...]

Concrètement, cette alliance se traduira par l’envoi dans 3000 écoles d’une affiche arborant [...]


  • Souffre-douleur de ses collègues de classe, elle subit dès dix ans, la violence verbale de ses collègues.

Un adulte a des collègues de travail, mais il me semble qu'une enfant de dix ans a plutôt des camarades de classe :

Souffre-douleur de ses camarades de classe, elle subit dès dix ans la violence verbale des autres élèves.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L’art pour vaincre l’intimidation » : http://www.ledevoir.com/societe/education/371285/l-art-pour-vaincre-l-intimidation

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 20 février 2013

Bonifications

  • Pourtant, la hausse du gouvernement Charest a été annulée et les bonifications à l'aide financière, maintenue, du moins pour le moment [...]
    (Vincent Marissal, dans La Presse du 18 février 2013.)

Ce sont les bonifications qui ont été maintenues.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Une porte de sortie au Sommet? » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/vincent-marissal/201302/16/01-4622316-une-porte-de-sortie-au-sommet.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_vincent-marissal_3280_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 20:08 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 19 février 2013

Un employeur et ses employeurs

  • Un employeur, quel qu’il soit, peut faire la démonstration de la nécessité du bilinguisme pour ses employeurs, a fait valoir Jean-François Lisée, ce que « Camille Laurin, dans sa grande sagesse, a mis dans la loi 101 ».
    (Robert Dutrisac, dans Le Devoir du 19 février 2013.)

On a sûrement voulu dire :

Un employeur, quel qu’il soit, peut faire la démonstration de la nécessité du bilinguisme pour ses employés*, a fait valoir Jean-François Lisée, ce que « Camille Laurin, dans sa grande sagesse, a mis dans la loi 101 ».

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 24 février à 19 h 15, je vois que la correction a été apportée.

« Lisée défend son ouverture envers les anglophones » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/371291/lisee-defend-son-ouverture-envers-les-anglophones

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 15:49 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]