Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

12 mai 2012

Empiéter sur leur droit à leur droit?

  • En voulant forcer les Montréalais à manifester à visage découvert et en les obligeant à fournir leur itinéraire sous peine de lourdes amendes (de 500 $ à 3000 $), Montréal s’apprête à empiéter sur leur droit à la liberté d’expression, à la liberté d’association, et peut-être même à leur droit à la vie privée [...]
    (Brian Myles, dans Le Devoir du 12 mai 2012.)

On a plutôt voulu dire :

[...] Montréal s’apprête à empiéter sur leur droit à la liberté d’expression, à la liberté d’association, et peut-être même sur leur droit à la vie privée [...]

Line Gingras
Québec

« Le nouvel ennemi public numéro 1 » : http://www.ledevoir.com/societe/justice/349972/le-nouvel-ennemi-public-numero-1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2012

Singulier ou pluriel?

  • Mais les policiers auraient-ils pu réagir autrement à un groupe de manifestants qui a tenté de s’introduire dans l’hôtel où se tenait le conseil du PLQ, armés de projectiles?
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 10 mai 2012.)

La proposition relative qui a tenté de s'introduire dans l'hôtel et le syntagme armés de projectiles se rattachent tous deux à un groupe de manifestants; il serait donc souhaitable, à mon avis, que les deux s'accordent avec le même terme – soit un groupe, soit manifestants. J'opterais pour le pluriel, parce qu'il me vient l'image de plusieurs individus armés chacun d'un ou de plusieurs projectiles :

Mais les policiers auraient-ils pu réagir autrement à un groupe de manifestants qui ont tenté de s’introduire dans l’hôtel où se tenait le conseil du PLQ, armés de projectiles?

En l'absence du syntagme armés de projectiles, j'aurais plutôt mis le verbe de la relative au singulier, comme l'a fait la journaliste, parce que j'aurais eu tendance à voir le groupe comme un tout; mais le pluriel aurait été correct également.

Line Gingras
Québec

« Manifestation violente à Victoriaville – Une enquête publique est réclamée » : http://www.ledevoir.com/societe/education/349716/une-enquete-publique-est-reclamee

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mai 2012

Elle s'est écrié

Elle s'est écrié, elle s'est écriée; elles se sont écrié, elles se sont écriées; ils se sont écrié, ils se sont écriés; s'écrier, accord du participe passé du verbe pronominal; verbe essentiellement pronominal; grammaire française; orthographe d'accord. 

  • « Les forces policières ont fait un travail catastrophique et épouvantable et ont mis en danger la vie des gens », s’est écrié Johanne Nasstrom, coporte-parole de la Coalition.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 10 mai 2012.)

Comme le signale Marie-Éva de Villers, le participe passé de s'écrier, verbe essentiellement pronominal (c'est-à-dire qui n'existe qu'à la forme pronominale), « s'accorde toujours en genre et en nombre avec le sujet du verbe » :

« Les forces policières ont fait un travail catastrophique et épouvantable et ont mis en danger la vie des gens », s’est écriée Johanne Nasstrom, coporte-parole de la Coalition.

Line Gingras
Québec

« Manifestation violente à Victoriaville – Une enquête publique est réclamée » : http://www.ledevoir.com/societe/education/349716/une-enquete-publique-est-reclamee

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2012

Aucune des dépenses ne correspondent

  • [...] aucune des dépenses remboursées ne correspondent à la définition de la recherche et du secrétariat.
    (Kathleen Lévesque, dans Le Devoir du 28 avril 2012.)

Le verbe correspondre doit s'accorder avec le noyau du groupe sujet, aucune :

[...] aucune des dépenses remboursées ne correspond à la définition de la recherche et du secrétariat.

Line Gingras
Québec

« Utilisation des fonds publics à des fins partisanes – Un problème généralisé, selon Québec » : http://www.ledevoir.com/politique/villes-et-regions/348740/un-probleme-generalise-selon-quebec

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2012

Énergie carboneneutre

  • M. Arcuri représente la société Énergie carboneutre, une firme spécialisée dans la décontamination des sols, dont les études techniques ont été réalisées par Génivar. En mai 2010, Énergie carboneneutre obtient du ministère l’autorisation qu’elle réclamait.
    (Michel David, dans Le Devoir du 3 mai 2012.)

L'entreprise s'appelle Énergie Carboneutre, d'après ce qu'indique une recherche Google.

Line Gingras
Québec

« Le respect perdu » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/349080/le-respect-perdu

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2012

Pronom possessif

  • Comme le clamait une autre affiche, hier : « Votre crise, on n'y croit pas, votre dette, on n'en veut pas. » Remarquez l'emploi du pronom possessif. Votre crise. Pas du tout la nôtre...
    (Agnès Gruda, dans La Presse du 2 mai 2012.)

Votre n'est pas un pronom, mais un adjectif ou déterminant possessif. On aurait pu écrire :

Remarquez l'emploi du possessif.

Il y a néanmoins un pronom possessif dans le passage à l'étude : la nôtre.

Line Gingras
Québec

« Toulouse la rose » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/agnes-gruda/201205/02/01-4521021-toulouse-la-rose.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_meme_auteur_4521411_article_POS3

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mai 2012

Elle croit qu'une plus grande proportion soit versée

  • Lors d’un conseil général, les militants libéraux n’ont pas de grandes décisions prendre, rien qui pourrait prendre beaucoup d’importance dans une campagne électorale.
    (Robert Dutrisac, dans Le Devoir du 5 mai 2012.)

Lors d’un conseil général, les militants libéraux n’ont pas de grandes décisions à prendre, rien qui pourrait revêtir beaucoup d’importance dans une campagne électorale.

  • La Commission politique croit qu’une plus grande proportion des surplus à venir soit versée au Fonds des générations afin de réduire [...] Elle souhaite également que [...]

Selon Marie-Éva de Villers, le verbe croire, « au mode affirmatif [...], se construit avec la conjonction que suivie de l'indicatif »; Hanse et Blampain estiment que le conditionnel est également possible, « s'il s'agit d'une éventualité ». Cependant, si l'on se contentait ici de remplacer soit versée par sera versée ou serait versée, on rendrait une idée bien différente de celle que le journaliste a voulu exprimer, si j'ai bien compris. Je suggérerais plutôt :

La Commission politique croit qu’une plus grande proportion des surplus à venir doit être [ou devrait être] versée au Fonds des générations afin de réduire [...] Elle souhaite également que [...]

Line Gingras
Québec

« "La politique n’est pas un long fleuve tranquille" » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/349360/la-politique-n-est-pas-un-long-fleuve-tranquille

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1