Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

07 avril 2012

Une touche de verni

Verni, vernis; orthographe.

  • [...] les Idées heureuses manquent de poser la dernière touche de verni* et teintent d'amateurisme enthousiaste un travail qui repose sur du professionnalisme érudit.
    (Christophe Huss, dans Le Devoir du 7 avril 2012.)

Le critique voulait sûrement parler d'une dernière touche de vernis :

[...] c'est ainsi que nous sommes, dès qu'on gratte un peu le vernis : de petits barbares. (Loti, dans le Petit Robert.)

Line Gingras
Québec

* Le 9 avril à 20 h 35, je vois que l'on a apporté la correction, tant dans le corps de l'article que dans le titre.

« Concerts classiques – Graupner sans verni* [sic] » : http://www.ledevoir.com/culture/musique/346977/concerts-classiques-graupner-sans-verni

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 avril 2012

Correction

  • NDLR : Une correction a été apporté* dans cet article après la mise en ligne.
    (Au bas d'un article de Christian Rioux, dans Le Devoir du 6 avril 2012.)

Apportée.

Line Gingras
Québec

* Le 9 avril à 20 h 30, je vois que l'on a corrigé l'avis de correction.

« The Artist contre la 3D » : http://www.ledevoir.com/international/europe/346837/the-artist-contre-la-3d

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 20:51 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2012

Elle est prise de cours par le recours...

Prendre de cours ou prendre de court; orthographe.

  • La CLASSE admet être prise de cours par le recours aux tribunaux [...]
    (Lisa-Marie Gervais et Marco Bélair-Cirino, dans Le Devoir du 5 avril 2012.)

La CLASSE n'est pas prise de cours, mais prise de court :

En principe, l'interne doit tout savoir et ne jamais être pris de court. S'il y a de la casse, c'est sa faute. (L. Daudet dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « court ».)

Je conseillerais d'écrire par ailleurs, pour éviter une répétition :

La CLASSE admet être prise au dépourvu par le recours aux tribunaux [...]

Line Gingras
Québec

« Les signes de tension se multiplient » : http://www.ledevoir.com/non-classe/346760/les-signes-de-tension-se-multiplient

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:49 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2012

La menace n'a pas eu lieu

  • La menace d'un black-out global d'Internet annoncé pour samedi dernier par les Anonymous afin de dénoncer les dérives du capitalisme n'a finalement pas eu lieu.
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 4 avril 2012.)

Une menace qui n'a pas lieu, ce n'est pas une menace. Le journaliste a peut-être voulu dire :

La menace d'un black-out mondial d'Internet, annoncé pour samedi dernier par les Anonymous afin de protester contre les dérives du capitalisme, n'a finalement pas été mise à exécution.

Line Gingras
Québec

« Pirates sans ordinateur » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/346664/pirates-sans-ordinateur

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2012

Ils se sont donnés pour tâche...

  • Pendant ce temps, les conservateurs d'Ottawa semblent s'être donnés pour tâche de finir le travail commencé par lord Durham [...]
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 30 mars 2012.)

Lorsque le verbe pronominal a un complément d'objet direct (c.o.d.), c'est avec ce complément, s'il précède le verbe, que s'accorde le participe passé; si le c.o.d. est placé après le verbe, le participe reste invariable.

Les conservateurs semblent s'être donné quoi? Une tâche. Le c.o.d. étant placé après le verbe, le participe passé doit rester invariable :

Pendant ce temps, les conservateurs d'Ottawa semblent s'être donné pour tâche de finir le travail commencé par lord Durham [...]

(Le pronom réfléchi, s', est complément d'objet second ou d'attribution, répondant à la question « à qui? ».)

On écrirait cependant :

C'est la tâche que les conservateurs d'Ottawa semblent s'être donnée.

Line Gingras
Québec

« Recherché : libérateur de peuple » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/346230/recherche-liberateur-de-peuple

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2012

Depuis très longtemps, elle vient d'émerger

  • Voici donc que, depuis très longtemps, une force sociale-démocrate fédéraliste pancanadienne vient d'émerger à la Chambre des communes.
    (Jean-Jacques Stréliski, dans Le Devoir du 2 avril 2012.)

Si la force dont il est question vient d'émerger, cela ne peut pas durer depuis très longtemps. Peut-être le chroniqueur a-t-il voulu dire que le phénomène était attendu depuis très longtemps?

Line Gingras
Québec

« Questions d'image – Quand se lève le vent » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/346453/questions-d-image-quand-se-leve-le-vent

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2012

La propension de crier au racisme

La propension de, la propension à; grammaire française; choix de la préposition; syntaxe.

  • La propension de plusieurs interlocuteurs de crier au racisme ou à Le Pen chaque fois qu’une objection est soulevée contre une pratique religieuse qui déborde du temple vers la vie civile est proprement ahurissante.
    (Jean-François Lisée dans son blogue, 16 mars 2012.)

D'après ce que je vois dans les dictionnaires que j'ai sous la main, on ne parle pas de la propension de quelqu'un de faire quelque chose, mais de la propension de quelqu'un à quelque chose, à faire quelque chose :

Elle a une propension à l'optimisme. (Multidictionnaire.)

Sa propension malheureuse à chercher la vérité dans le détail. (Baudelaire, dans le Petit Robert.)

Je ne suis pas crédule, j'ai au contraire une propension merveilleuse au doute. (France, dans le Petit Robert.)

Une grande propension à chercher refuge chez ses aînés. (Lexis.)

Une fille brune de peau, avec une propension à grossir. (Aragon, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

La propension à la consommation et à l'épargne, les coefficients de production, le temps de travail demeurent les mêmes. (Perroux, dans le Trésor.)

Keynes a fait de la propension à consommer l'une des trois variables qui, selon lui, déterminent l'équilibre. (Larousse encyclopédique, dans le Trésor.)

D'après le Trésor, on peut aussi parler d'une propension vers ou pour quelqu'un ou quelque chose, mais c'est plus rare.

Il fallait écrire :

La propension de plusieurs interlocuteurs à crier au racisme ou à Le Pen chaque fois qu’une objection est soulevée contre une pratique religieuse qui déborde du temple vers la vie civile est proprement ahurissante.

Line Gingras
Québec

« Les valeurs québécoises sont-elles casher? » : http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/les-valeurs-quebecoises-sont-elles-casher/12161/#more-12161

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1