Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 31 décembre 2012

L'UPAC est-elle digne de faire affaire avec l'État?

Celle-ci; antécédent du démonstratif.

  • C’est à l’UPAC [Unité permanente anticorruption] qu’incombera la charge d’enquêter sur les antécédents des actionnaires et administrateurs des entreprises. Le commissaire associé aux vérifications de l’UPAC rendra un avis à l’AMF, qui décidera si celle-ci est digne de faire affaire avec l’État.
    (Jessica Nadeau, dans Le Devoir du 2 novembre 2012.)

En dépit de ce qu'on pourrait croire, l'AMF n'aura pas à décider si l'UPAC, c'est-à-dire l'Unité permanente anticorruption, est digne de faire affaire avec l'État; elle devra plutôt juger de l'intégrité des entreprises candidates, après des vérifications effectuées par l'UPAC. Le problème, c'est que le pronom celle-ci, féminin singulier, ne peut renvoyer qu'au nom féminin singulier qui précède.

Je proposerais :

C’est à l’UPAC qu’incombera la charge d’enquêter sur les antécédents des actionnaires et administrateurs des entreprises. Le commissaire associé aux vérifications de l’UPAC rendra un avis à l’AMF, qui décidera si telle entreprise est digne de faire affaire avec l’État.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L’UPAC et l’AMF désignées pour assainir l’octroi des contrats publics » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/363023/l-upac-et-l-amf-designees-pour-assainir-l-octroi-des-contrats-publics

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 30 décembre 2012

Attawakispat

Attawakispat, Attawapiskat.

  • Que la chef d'Attawakispat, l'une des communautés autochtones les plus misérables du Canada, ait décidé d'entamer une grève de la faim qui dure maintenant depuis 18 jours, cela envoyait déjà un message très fort.
    (Vincent Marissal, dans La Presse du 29 décembre 2012.)
  • La chef Spence veut d'abord parler de la misère chez les autochtones. Il y a un an, son village, Attawakispat, avait fait les manchettes [...]

Monsieur Marissal écrit, en conclusion de son article : « Comme l'île Victoria au milieu de la rivière des Outaouais, on peut feindre de ne plus voir les autochtones et leur sordide sort, mais ils ne disparaîtront pas pour autant. Ils continueront de revenir, sporadiquement, déranger notre profonde indifférence. »

Il eût suffi de secouer un brin cette indifférence pour vérifier l'appellation officielle : c'est Attawapiskat. Entre autres sources : http://www.attawapiskat.org/.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Triste à mourir (de faim) » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/vincent-marissal/201212/28/01-4607292-triste-a-mourir-de-faim.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_vincent-marissal_3280_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:44 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 29 décembre 2012

Pression et dépressions

  • Voilà qu’une mère surarmée contre quelque apocalypse aura déclenché sa propre mort, de la main de son fils, et celle de nombreux d’enfants.
    (Jean-Claude Leclerc, dans Le Devoir du 24 décembre 2012.)

... et celle de nombreux enfants.

  • Le stress engendré par l’action militaire ou par la pression du travail est à l’origine de bien des pressions pouvant donner lieu à des suicides ou à des homicides.

Il me semblerait souhaitable d'éviter la répétition. Je suggérerais :

Le stress engendré par l’action militaire ou par les exigences du travail est à l’origine de bien des dépressions pouvant donner lieu à des suicides ou à des homicides.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Massacre à Newtown – L’Amérique en quête d’explications » : http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/367083/l-amerique-en-quete-d-explications

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:06 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 28 décembre 2012

Ils se sont aliénés les Hispaniques, les femmes et les jeunes

S'aliéner quelqu'un; accord du participe passé du verbe pronominal; grammaire française; orthographe d'accord.

  • C’est confirmé, calculé et d’ores et déjà médité : Mitt Romney et bien des candidats républicains au Sénat ont mordu la poussière parce qu’ils se sont aliénés, dans l’ordre d’importance numérique, les Hispaniques, les femmes et les jeunes.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 8 novembre 2012.)

Lorsque le verbe pronominal a un complément d'objet direct (c.o.d.), c'est toujours avec ce complément, s'il précède le verbe, que s'accorde le participe passé; si le c.o.d. vient après le verbe, le participe demeure invariable. On pose la question comme si l'on avait l'auxiliaire avoir. Ils ont aliéné qui? Les Hispaniques, les femmes et les jeunes. Les c.o.d. étant placés après le verbe, le participe doit rester invariable :

C’est confirmé, calculé et d’ores et déjà médité : Mitt Romney et bien des candidats républicains au Sénat ont mordu la poussière parce qu’ils se sont aliéné, dans l’ordre d’importance numérique, les Hispaniques, les femmes et les jeunes.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Parti républicain – La guerre sourde » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/363386/la-guerre-sourde

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:39 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 27 décembre 2012

Diagnostiquer quelqu'un, être diagnostiqué de la leucémie

Diagnostiquer quelqu'un de quelque chose; diagnostiquer une maladie; grammaire française; syntaxe.

  • Pagano, qui célébrerait le lendemain son 52e anniversaire de naissance, serait absent pour une période indéterminée. Il avait été diagnostiqué de la leucémie et avait subi cinq jours plus tôt un premier traitement de chimiothérapie.
    (Jean Dion, dans Le Devoir du 27 décembre 2012.)

D'après ce que je vois dans les dictionnaires généraux que j'ai sous la main (et comme je l'ai déjà signalé), on ne diagnostique pas quelqu'un, mais plutôt une maladie, une tendance ou un état psychologique :

Diagnostiquer une typhoïde. (Petit Robert.)

Elle a diagnostiqué une grippe. (Multidictionnaire.)

Le médecin a diagnostiqué une pneumonie. (Lexis.)

Les familles devaient obligatoirement déclarer les cas diagnostiqués par le médecin. (Camus, dans le Trésor de la langue française informatisé; l'exemple suit la définition « Identifier, déterminer [une maladie] par ses symptômes ».)

La maladie est encore trop souvent diagnostiquée à un stade avancé et donc inopérable. (Quillet, dans le Trésor.)

Il ne faut pas diagnostiquer une tendance schizoïde chaque fois que l'aspiration à la solitude dépasse la moyenne. (Mounier, dans le Trésor.)

On aurait pu écrire :

Pagano, qui célébrerait le lendemain son 52e anniversaire de naissance, serait absent pour une période indéterminée. On lui avait diagnostiqué une leucémie et il avait subi cinq jours plus tôt un premier traitement de chimiothérapie.

Pagano, qui célébrerait le lendemain son 52e anniversaire de naissance, serait absent pour une période indéterminée. Il était atteint de la leucémie et avait subi cinq jours plus tôt un premier traitement de chimiothérapie.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« C’est du sport! – Il allait revenir » : http://www.ledevoir.com/sports/actualites-sportives/367174/il-allait-revenir

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 10:57 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 26 décembre 2012

Ils semblent à moins y penser

  • Pendant ce joyeux tintamarre, joueurs et partisans semblent ne plus penser au 7 septembre 2011. Ou à moins y penser.
    (François Gagnon, dans La Presse du 27 octobre 2012.)

Joueurs et partisans semblent ne plus penser au 7 septembre 2011, ou ils semblent moins y penser. Rien ne justifie l'emploi de la préposition à :

Pendant ce joyeux tintamarre, joueurs et partisans semblent ne plus penser au 7 septembre 2011. Ou moins y penser.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Tragédie du Lokomotiv : le devoir de mémoire » : http://www.lapresse.ca/sports/hockey/a-la-decouverte-de-la-khl/201210/27/01-4587709-tragedie-du-lokomotiv-le-devoir-de-memoire.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4606442_article_POS4

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:39 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 25 décembre 2012

Embarassant

Embarassant, embarrassant; orthographe.

  • Ce pardon pontifical met fin à un chapitre embarassant et douloureux pour le Vatican.
    (PC dans le site du Devoir, le 22 décembre 2012 à 9 h 30.)

On écrit embarrassant :

C'est une situation, une affaire embarrassante. (Petit Robert.)

Le mot n'est pas visé par les rectifications de l'orthographe.

* * * * *

Joyeux Noël à tous!

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le pape a accordé son pardon à son ancien majordome Paolo Gabriele » : http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/367036/le-pape-a-accorde-son-pardon-a-son-ancien-majordome-paolo-gabriele

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:44 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 24 décembre 2012

Des manifestants par centaines

  • Ce week-end encore, des manifestants par centaines, surtout des jeunes, ont envahi le quartier gouvernemental, bravant l’interdiction policière… pour se voir dispersées, absurdement, par les canons à eau et les gaz lacrymogènes!
    (Guy Taillefer, dans Le Devoir du 24 décembre 2012.)

Ce sont des manifestants qui ont envahi le quartier gouvernemental, par centaines, pour se voir dispersés :

Ce week-end encore, des manifestants par centaines, surtout des jeunes, ont envahi le quartier gouvernemental, bravant l’interdiction policière… pour se voir dispersés, absurdement, par les canons à eau et les gaz lacrymogènes!

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Toutes les 22 minutes » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/367049/toutes-les-22-minutes

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:37 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 23 décembre 2012

Lors de son allocution

  • Alors qu’il dévoilait les grandes lignes de son rapport en conférence de presse lundi dernier, Wally Oppal a été interrompu à plusieurs reprises lors de son allocution.
    (Jeanne Corriveau, dans Le Devoir du 22 décembre 2012.)

Le syntagme lors de son allocution n'apporte aucune précision utile, à mon avis; je supprimerais le pléonasme :

Alors qu’il dévoilait les grandes lignes de son rapport en conférence de presse, lundi dernier, Wally Oppal a été interrompu à plusieurs reprises.

Wally Oppal a été interrompu à plusieurs reprises alors qu’il dévoilait les grandes lignes de son rapport en conférence de presse, lundi dernier.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Femmes autochtones – Un air de déjà-vu » : http://www.ledevoir.com/societe/justice/366968/un-air-de-deja-vu

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:57 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 22 décembre 2012

Question existentielle

  • Question existentielle : moi qui chronique sur la fin du monde, suis-je plus ou moins con que ces journalistes qui ont fait le voyage dans le Languedoc-Rousillon?
    (Patrick Lagacé, dans La Presse du 21 décembre 2012.)

Ces autres journalistes ont fait le voyage dans le Languedoc-Roussillon.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Je vais mettre des sous-vêtements propres » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/patrick-lagace/201212/20/01-4605879-je-vais-mettre-des-sous-vetements-propres.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B40_chroniques_373561_accueil_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:37 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]