Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 30 novembre 2012

Un genre dont on ne veut pas

  • « On n’entasse pas nos personnes âgées dans des résidences comme chez vous, m’a déjà accusé, péremptoire, l’activiste Madhu Kishwar, du vénérable Centre for the Study of Developing Societies (CSDS) de Delhi. Ils restent avec nous à la maison, on prend soin d’eux! »
    (Guy Taillefer, dans Le Devoir du 26 novembre 2012.)

Ce n'est pas la première fois que je le signale, et ce ne sera sans doute pas la dernière : personne étant un nom féminin, les pronoms qui le remplacent doivent se mettre au féminin :

« On n’entasse pas nos personnes âgées dans des résidences comme chez vous, m’a déjà accusé, péremptoire, l’activiste Madhu Kishwar, du vénérable Centre for the Study of Developing Societies (CSDS) de Delhi. Elles restent avec nous à la maison, on prend soin d'elles! »

Si l'on tient au masculin :

« On n’entasse pas nos parents âgés dans des résidences comme chez vous, m’a déjà accusé, péremptoire, l’activiste Madhu Kishwar, du vénérable Centre for the Study of Developing Societies (CSDS) de Delhi. Ils restent avec nous à la maison, on prend soin d'eux! »

« On n’entasse pas les gens âgés dans des résidences comme chez vous, m’a déjà accusé, péremptoire, l’activiste Madhu Kishwar, du vénérable Centre for the Study of Developing Societies (CSDS) de Delhi. Ils restent avec nous à la maison, on prend soin d'eux! »

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Les vieux, on en fait quoi? » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/364864/les-vieux-on-en-fait-quoi

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:36 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 29 novembre 2012

On est mal pris

  • Cela l’oblige à rationaliser ses services pour des groupes de moins de 20 élèves bénéficiaires, surtout en région, qui seront privées* du service « clé en main », incluant le transport des denrées pris* dans l’entrepôt de Boucherville et la distribution par un responsable local d’octobre à juin.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 27 novembre 2012.)

Ce sont des groupes qui seront privés du service; l'accord pourrait se faire avec élèves, mais rien ne dit qu'il s'agisse uniquement de filles.

Ce n'est pas le transport qui est pris dans l'entrepôt, mais les denrées : prises.

  • Inquiet, le Conseil municipal signe une lettre ouverte dans laquelle elle* demande notamment au directeur du Club, Daniel Germain, de...

Si le Conseil municipal signe une lettre, c'est forcément lui qui demande :

Inquiet, le Conseil municipal signe une lettre ouverte dans laquelle il demande notamment au directeur du Club, Daniel Germain, de...

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 9 décembre 2012 à 23 h, je vois que la faute a été corrigée.

« Club des petits déjeuners : la restructuration pénalise les petites écoles » : http://www.ledevoir.com/societe/education/364969/club-des-petits-dejeuners-la-restructuration-penalise-les-petites-ecoles

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:38 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 novembre 2012

Ce qu'on dit les travailleurs

  • Le communiqué de la ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, était empreint de la même extrême prudence et coiffé d’un titre en forme de citation : « Ces études confirment ce qu’on dit les travailleurs et travailleuses que nous avons rencontrés sur le terrain. »
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 28 novembre 2012.)

J'espère que la ministre responsable de la Charte de la langue française a été mal citée :

Ces études confirment ce qu'on dit des politiciens. (On dit des choses à propos des politiciens.)

« Ces études confirment ce qu'ont dit les travailleurs [...] » (Elles confirment ce que les travailleurs ont dit.)

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Langue de travail – Bilinguisation forcée » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/365007/bilinguisation-forcee

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:46 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 27 novembre 2012

FPJQ

  • En plus, les journalistes de la grande tour montréalaise ont remporté cinq des huit prix Judith-Jasmin remis lors du dernier congrès de la Fédération des journalistes professionnelles du Québec.
    (Stéphane Baillargeon, dans Le Devoir du 26 novembre 2012.)

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec* (FPJQ) réunit des hommes et des femmes; son président, Brian Myles, est d'ailleurs journaliste au Devoir : http://www.fpjq.org/.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 27 novembre à 19 h 10, je vois qu'on a mis « Fédération des journalistes professionnels du Québec ». Le 28 novembre à 22 h 25, je constate que la correction a été apportée.

« Médias – C’est pas juste de la TV » : http://www.ledevoir.com/societe/medias/364863/medias-c-est-pas-juste-de-la-tv

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:34 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 26 novembre 2012

L'ampleur qu'a pris le conflit

  • [...] compte tenu de l'ampleur qu'a pris le conflit étudiant.
    (Ewan Sauves dans La Presse, le 25 novembre 2012.)

Ce n'est pas l'ampleur qui a pris le conflit, mais le conflit qui a pris une certaine ampleur. Le participe passé employé avec avoir doit s'accorder avec le complément d'objet direct, placé devant le verbe :

[...] compte tenu de l'ampleur qu'a prise le conflit étudiant.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Crise à la FECQ : Léo Bureau-Blouin réagit » : http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201211/25/01-4597477-crise-a-la-fecq-leo-bureau-blouin-reagit.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS3

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 25 novembre 2012

Elle se revête d'une carapace

Elle revêt, elle revêteil se revêt, il se revête; revêtir ou se revêtir à la troisième personne du singulier du présent de l'indicatif; grammaire française; conjugaison.

  • « Toute personne, malgré la carapace dont elle se revête ou paraît se revêtir, a une sensibilité. »
    (Le juge Georges Taschereau cité par François Bourque, dans La Presse du 15 novembre 2012; texte mis à jour à 8 h 51.)

Le verbe revêtir (se revêtir à la forme pronominale) fait revêt à la troisième personne du singulier du présent de l'indicatif :

Cet événement revêt une importance considérable. (Petit Robert.)

[...] le diable, qui revêt, comme on sait, les formes les plus diverses. (France, dans le Petit Robert.)

À peine est-elle rassurée par cette présence humaine que le paysage se métamorphose et se revêt de splendeur, comme dans les rêves. (Béguin dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « métamorphoser ».)

Il fallait écrire :

« Toute personne, malgré la carapace dont elle se revêt ou paraît se revêtir, a une sensibilité. »

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L'intolérance à l'injure » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201211/14/01-4593994-lintolerance-a-linjure.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_francois-bourque_3257_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:47 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 24 novembre 2012

Agent de changes

Agent de changes, agent de change; orthographe.

  • [...] une biographie passionnante de cet ancien agent de changes de Wall Street [...]
    (André Lavoie, dans Le Devoir du 10 novembre 2012.)

Le Petit Robert, le Multidictionnaire, le Lexis et le Trésor de la langue française informatisé, consultés aux articles « change » et « agent », donnent seulement la graphie agent de change, sans « s » à change :

Les agents de change sont à la fois des officiers ministériels et des commerçants. (Lexis.)

Officier ministériel nommé par arrêté ministériel, sur présentation de la chambre syndicale des agents de change [...] (Barr. 1967, dans le Trésor.)

Il fallait écrire :

[...] une biographie passionnante de cet ancien agent de change de Wall Street [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le bruit tragique des glaçons » : http://www.ledevoir.com/culture/cinema/363494/le-bruit-tragique-des-glacons

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 08:07 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 23 novembre 2012

Il a attribué cela par un changement démographique

  • M. Wilson-Smith a attribué cette augmentation de l’intérêt en partie par un changement démographique au sein des anciens combattants au pays.
    (PC dans le site du Devoir, le 11 novembre à 10 h 29.)

On n'attribue pas une chose par une autre, mais à une autre :

À quoi attribuez-vous cette fièvre persistante? (Petit Robert.)

Je verrais deux possibilités :

M. Wilson-Smith a attribué cette augmentation de l’intérêt en partie à un changement démographique au sein des anciens combattants au pays.

M. Wilson-Smith expliqué cette augmentation de l’intérêt en partie par un changement démographique au sein des anciens combattants au pays.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Stephen Harper souligne le Jour du Souvenir à Hong-Kong » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/363716/stephen-harper-souligne-le-jour-du-souvenir-a-hong-kong

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 08:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 22 novembre 2012

Un juif ortodoxe

Ortodoxe, orthodoxe; orthographe.

  • L’armée israélienne a déclaré que 76 missiles tirés depuis la bande de Gaza avaient atteint dimanche le territoire israélien tandis qu’une dizaine d’autres avaient été détruites par les batteries du système antimissile Dôme de Fer.
    (Claude Lévesque, dans Le Devoir du 19 novembre 2012.)

Il s'agit bien entendu d'une dizaine d'autres missiles, nom masculin :

L’armée israélienne a déclaré que 76 missiles tirés depuis la bande de Gaza avaient atteint dimanche le territoire israélien tandis qu’une dizaine d’autres avaient été détruits* par les batteries du système antimissile Dôme de Fer.

  • Un petit groupe de juifs ultraortodoxes [...]

Un petit groupe de juifs ultraorthodoxes* [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 25 novembre à 23 h 10, je vois que la correction a été apportée.

« Femmes et enfants meurent à Gaza » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/364336/femmes-et-enfants-meurent-a-gaza

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:09 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 21 novembre 2012

Empêchement

  • Selon lui, un individu a tout à fait le droit de boycotter un magasin, mais il ne peut en empêcher un autre d’acheter dans ce même magasin, encore moins de lui en bloquer l’accès.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 17 novembre 2012.)

Il ne peut en empêcher un autre de lui bloquer l'accès du magasin? La journaliste a plutôt voulu dire qu'il ne peut pas empêcher une autre personne d'acheter dans le magasin, et qu'il ne peut pas non plus lui bloquer l'accès du magasin. Il suffit de supprimer la préposition de pour rétablir le sens :

Selon lui, un individu a tout à fait le droit de boycotter un magasin, mais il ne peut en empêcher un autre d’acheter dans ce même magasin, encore moins lui en bloquer l’accès.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Monde étudiant – La grève : permise? pas permise? » : http://www.ledevoir.com/societe/education/364230/la-greve-permise-pas-permise

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:27 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]