Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 31 octobre 2012

Décourager les électeurs à aller voter

Décourager quelqu'un à faire quelque chose; décourager quelqu'un de faire quelque chose; grammaire française; syntaxe; choix de la préposition.

  • Une enquête d’Élections Canada a permis d’établir le lien entre l’Albertaine RackNine et des appels trompeurs visiblement destinés à décourager les électeurs libéraux à aller voter.
    (PC dans le site du Devoir, le 23 février 2012 à 13 h 34.)

On décourage quelqu'un de faire quelque chose :

Vous m'avez découragé de travailler. (Petit Robert.)

Pierre nous a découragés d'aller visiter cette exposition. (Multidictionnaire.)

Tu redoutais de voir Michel prendre le large. Tu le voulais dans tes jupes. Tu voulais qu'il quitte la roulotte le moins possible. Et tu l'as découragé de chercher une situation. (Cocteau dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « large ».)

Il fallait écrire :

[...] décourager les électeurs libéraux d'aller voter.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Appels frauduleux : la firme en cause est liée aux conservateurs » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/343453/appels-frauduleux-la-firme-en-cause-est-liee-aux-conservateurs

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:57 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 30 octobre 2012

Elle est quelqu'un de gênée

Quelqu'un de; elle est quelqu'un de + masculin ou féminin; elle est quelqu'un de, genre de l'adjectif; grammaire française; orthographe d'accord.

  • « [...] ils apprécient ce que tu as fais. »
    (Marc Tougas, PC, citant Antoine Valois-Fortier dans La Presse du 26 septembre 2012.)

Le participe passé du verbe faire, avec lequel on forme le passé composé, c'est fait :

Ils aiment les dessins que tu as faits.
Ils te remercient des confitures que tu leur as faites.

Ils te sont reconnaissants de ce que tu fais pour eux.
« [...] ils apprécient ce que tu as fait. »


  • [...] ça lui est notamment arrivée [à Roseline Filion] quand elle est allée dans un parc de glissades d'eau avec Benfeito.
    « Je suis quelqu'un d'assez gênée, alors quand les gens me reconnaissent, j'hésite un peu à dire oui », a timidement ajouté [Meaghan] Benfeito.

Ça lui est arrivée

Ce n'est pas Roseline Filion qui est arrivée, mais ça; le pronom démonstratif neutre commande l'accord au masculin singulier.

Elle est quelqu'un de gênée

Je comprends l'hésitation du journaliste, quelqu'un désignant ici une jeune femme; il reste que c'est un pronom masculin. Je trouve d'ailleurs cette précision dans le Lexis : quelqu'un peut être « suivi de de et d'un adjectif masculin » au sens de « une personne... ».

Grevisse (Le bon usage, 728, b, 1, page 1146) donne comme corrects les exemples suivants :

Auprès d'elle, Charlotte Brontë paraît quelqu'un d'échevelé. (J. Green.)

Michelle était quelqu'un de discret. (J.-J. Gautier.)

Il fallait écrire :

[...] ça lui est notamment arrivé [à Roseline Filion] quand elle est allée dans un parc de glissades d'eau avec Benfeito.
« Je suis quelqu'un d'assez gêné, alors quand les gens me reconnaissent, j'hésite un peu à dire oui », a timidement ajouté [Meaghan] Benfeito.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Une médaille olympique n'est que le début » : http://www.lapresse.ca/sports/autres-sports/olympisme/201209/26/01-4577868-une-medaille-olympique-nest-que-le-debut.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4587604_article_POS5

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:11 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 octobre 2012

Elles se doutaient qu'il ait pris le chemin de Montréal

Se douter que + indicatif ou subjonctif; choix du mode après se douter que; grammaire française; syntaxe.

  • Les autorités se doutaient qu'il ait pris le chemin de la métropole québécoise après sa fugue.
    (Claude Plante, dans La Tribune du 28 août 2012.)

D'après ce que je vois dans les dictionnaires courants, se douter que est suivi normalement de l'indicatif ou du conditionnel :

Je me doute qu'il s'est trompé. (Hanse-Blampain.)

Elle ne s'était pas doutée qu'on l'observait. (Hanse-Blampain.)

Il ne se doutait pas que tout avait été organisé. (Multidictionnaire.)

Vous ne vous doutiez pas que nous étions au courant. (Lexis.)

Il ne se doutait pas qu'on l'avait vu. (Trésor de la langue française informatisé.)

[...] il ne se doutait pas qu'un jour, on les prendrait si fort au sérieux. (Massis, dans le Trésor.)

Nous ne nous doutions pas que si peu de temps après nous aurions à supporter ensemble une si grande épreuve. (Romains, dans le Petit Robert.)

Le Hanse-Blampain donne ces précisions : « Se douter que ne marque pas le doute et se rapproche de croire. Aussi est-il suivi de l'indicatif ou du conditionnel à la forme affirmative et, rarement [c'est moi qui souligne], du subjonctif à la forme négative ou interrogative. »

Il fallait écrire :

Les autorités se doutaient qu'il avait pris le chemin de la métropole québécoise après sa fugue.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le psychiatrisé retrouvé à Montréal » : http://www.lapresse.ca/la-tribune/faits-divers/201208/28/01-4568887-le-psychiatrise-retrouve-a-montreal.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4587365_article_POS5

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:33 - Langue et traduction - Commentaires [4] - Permalien [#]

dimanche 28 octobre 2012

Courrez la chance de gagner...

Courrez, courez; le verbe courir à l'impératif; orthographe.

Un salon de coiffure m'a envoyé une invitation qui a fait chou blanc en ce qui me concerne : Courrez la chance de gagner...

On écrit vous courrez au futur simple : En réservant tôt, vous courrez la chance de gagner...

À l'impératif, toutefois, il faut un seul r : Courez, courez vite si vous le pouvez... (Guy Béart.)

L'annonce aurait dû se lire : Courez la chance de gagner...

Un grand classique!

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

Posté par Choubine à 02:47 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 27 octobre 2012

Elle avait rejeté d'être conduite en fourgonnette

Rejeter de faire quelque chose, rejeter d'être quelque chose; rejeter de + verbe à l'infinitif; syntaxe.

  • [...] Mme Oda avait rejeté d’être conduite en fourgonnette, préférant plutôt une limousine.
    (PC dans le site du Devoir, le 23 avril 2012 à 13 h 6.)

On peut rejeter quelqu'un ou quelque chose. Je ne trouve pas, toutefois, la construction rejeter de + infinitifrejeter de faire quelque chose, rejeter d'être quelque chose – dans les dictionnaires courants (j'ai vu le Petit Robert, le Multidictionnaire, le Lexis et le Trésor de la langue française informatisé). Il suffisait d'écrire :

[...] Mme Oda avait refusé d’être conduite en fourgonnette, préférant une limousine.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Un hôtel cinq étoiles n'a pas suffi à la ministre Bev Oda » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/348262/un-hotel-cinq-etoiles-n-a-pas-suffi-a-la-ministre-bev-oda

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 26 octobre 2012

Les sympathisants au mouvement étudiant

  • [...] professeurs, parents et autres sympathisants au mouvement étudiant contre la hausse des droits de scolarité [...]
    (Lisa-Marie Gervais et Marco Bélair-Cirino, dans Le Devoir du 23 mai 2012.)

J'ai trouvé deux exemples utiles dans les neuf ouvrages que j'ai consultés :

Les militants et les sympathisants d'un parti. (Petit Robert.)

Les journaux dont le but principal n'est pas l'information mais la défense d'un point de vue politique, sont presque tous subventionnés par les partis dont ils représentent les intérêts ou par les sympathisants de ces partis. (Civilis. écr., dans le Trésor de la langue française informatisé.)

J'écrirais donc :

[...] professeurs, parents et autres sympathisants du mouvement étudiant contre la hausse des droits de scolarité [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Loi 78 : la rue choisit la désobéissance pacifique » : http://www.ledevoir.com/societe/education/350682/loi-78-la-rue-choisit-la-desobeissance-pacifique

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:29 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 octobre 2012

Tout est permis

  • La ministre ne dit pas non plus si elle modifiera les ententes qu'une soixantaine d'entreprises ont conclu avec l'Office québécois de la langue française, qui leur permettre d'utiliser l'anglais comme langue de travail.
    (Paul Journet dans le site de La Presse, le 24 octobre 2012; texte mis à jour à 16 h 50.)

Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si celui-ci précède le verbe. Les entreprises ont conclu quoi? Des ententes : conclues. Quant au verbe permettre, il peut avoir pour sujet (représenté par le pronom relatif qui) soit les ententes, soit l'Office québécois de la langue française :

La ministre ne dit pas non plus si elle modifiera les ententes qu'une soixantaine d'entreprises ont conclues avec l'Office québécois de la langue française, qui leur permettent d'utiliser l'anglais comme langue de travail.

La ministre ne dit pas non plus si elle modifiera les ententes qu'une soixantaine d'entreprises ont conclues avec l'Office québécois de la langue française, qui leur permettre d'utiliser l'anglais comme langue de travail.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le recul du français inquiète le gouvernement Marois » : http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201210/24/01-4586576-le-recul-du-francais-inquiete-le-gouvernement-marois.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:34 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 24 octobre 2012

En contexte

  • Mon allocution devant le personnel des Relations et du Commerce extérieur, à Québec, jeudi dernier. Je l’ai mis en contexte ici.
    (Jean-François Lisée dans son blogue, le 25 septembre 2012.)

Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si celui-ci précède le verbe. J'ai mis quoi? Mon allocution, représentée par le pronom l'. Le participe doit s'accorder au féminin singulier :

Mon allocution devant le personnel des Relations et du Commerce extérieur, à Québec, jeudi dernier. Je l’ai mise en contexte ici.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« "Peuple du MRI" » : http://jflisee.org/peuple-du-mri/

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:20 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 23 octobre 2012

Que la lumière soit

  • Depuis lundi et pour toute la semaine, la FCEE effectue, comme chaque année, une série de rencontres avec des sénateurs fédéraux et des députés de tous les partis pour l’éclairer sur ses revendications.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 23 octobre 2012.)

Qui donc la FCEE veut-elle éclairer? Ce ne peut pas être la série, et pas davantage l'année ni la semaine :

Depuis lundi et pour toute la semaine, la FCEE effectue, comme chaque année, une série de rencontres avec des sénateurs fédéraux et des députés de tous les partis pour les* éclairer sur ses revendications.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 28 octobre à 18 h 30, je vois que la correction a été apportée.

« Endettement étudiant – Oui à la lutte, mais non aux moyens » : http://www.ledevoir.com/societe/education/362069/oui-a-la-lutte-mais-non-aux-moyens

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:23 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 22 octobre 2012

L'important

  • « L'important, c'est que l'enfant ait de bonnes habiletés langagières. Qu'ils les aient en français, en arabe, en chinois, c'est plus ou moins secondaire », me confirme, études à l'appui, Andréanne Gagné, professeure de didactique des langues à l'UQAM.
    (Rima Elkouri, dans La Presse du 19 octobre 2012.)

« L'important, c'est que l'enfant ait de bonnes habiletés langagières. Qu'il les ait en français, en arabe, en chinois, c'est plus ou moins secondaire », me confirme, études à l'appui, Andréanne Gagné, professeure de didactique des langues à l'UQAM.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Improvisation 101 » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/rima-elkouri/201210/19/01-4584907-improvisation-101.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_rima-elkouri_3263_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:18 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [3] - Permalien [#]