Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 31 juillet 2012

Aller et revenir de Wimbledon

  • En allant comme en revenant de Wimbledon, encore ce matin et cet après-midi, tout roulait comme si de rien n'était.
    (Yves Boisvert, dans La Presse du 31 juillet 2012.)

Bien sûr, on peut revenir de Wimbledon. On peut bien y aller aussi, sans quoi on ne pourrait pas en revenir, mais on ne peut pas aller de Wimbledon (sauf dans une construction du type aller de Wimbledon à Londres). Je suggérerais :

En allant à Wimbledon comme au retour, encore ce matin et cet après-midi, tout roulait comme si de rien n'était.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Les couleurs perdues de Wimbledon » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/yves-boisvert/201207/30/01-4560797-les-couleurs-perdues-de-wimbledon.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_yves-boisvert_3256_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 30 juillet 2012

Les mots qu'elle a cru

  • Reste à s'occuper des « mots ». Ceux qu'a cru Chantal Lavigne, au point de flamber des milliers de dollars dans l'espoir de soulager un mal de l'âme.
    (Judith Lachapelle, dans La Presse du 30 juillet 2012.)

Chantal Lavigne a cru quoi? des « mots », représentés par le pronom démonstratif ceux et le pronom relatif qu'. Le participe passé cru, employé avec l'auxiliaire avoir, doit s'accorder avec le complément d'objet direct, placé devant le verbe :

Reste à s'occuper des « mots ». Ceux qu'a crus Chantal Lavigne, au point de flamber des milliers de dollars dans l'espoir de soulager un mal de l'âme.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Les mots » : http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/judith-lachapelle/201207/27/01-4560132-les-mots.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 29 juillet 2012

Elle s'est taillée une place

Elle s'est taillée une place, elle s'est taillé une place; elles se sont taillées une place, elles se sont taillé une place; ils se sont taillés une place, ils se sont taillé une place; se tailler une place, accord du participe passé du verbe pronominal; grammaire française; orthographe d'accord.

  • À commencer par Émilie Heymans, qui s'est taillée une place [...]
    (PC dans le site du Devoir, le 29 juillet 2012 à 18 h 32.)

Lorsque le verbe pronominal a un complément d'objet direct (c.o.d.), c'est avec ce complément, s'il est placé devant le verbe, que doit s'accorder le participe passé. Si le c.o.d. est placé après le verbe, le participe reste invariable.

Émilie Heymans a taillé quoi? une place. Le c.o.d. étant placé après le verbe, le participe doit rester invariable :

À commencer par Émilie Heymans, qui s'est taillé une place [...]

Le pronom réfléchi, s', est complément d'objet second ou d'attribution, répondant à la question « à qui? ».

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Heymans entre dans l'histoire de l'olympisme » : http://www.ledevoir.com/sports/actualites-sportives/355601/heymans-et-abel-donnent-la-1ere-medaille-du-canada

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 28 juillet 2012

Si t'en a pas...

  • C’est l’excellent satiriste Daniel Lemire qui le disait lui-même dans le reportage cité plus haut. Quand il a commencé, on lui recommandait d’éviter les sacres et les gags vulgaires, disait‑il. Et Lemire de conclure : « Aujourd’hui, si t’en a pas, ils t’en rajoutent! »
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 27 juillet 2012.)

Monsieur Lemire s'exprimait oralement et dans une langue familière, mais cela ne dispense pas le chroniqueur de faire l'accord du verbe avoir avec son sujet, tu (la voyelle est élidée) :

« Aujourd’hui, si t’en as pas, ils t’en rajoutent! »

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le fou du roi » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/355496/le-fou-du-roi

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 27 juillet 2012

Le nom de Pepsi-Cola quoi?

Lord, minuscule ou majuscule devant un nom propre.

  • Mais bien évidemment, on n’empêche pas Coca-Cola de vendre ses 300 ml sur le site. Parlant de cette dernière, lord Coe a prévenu sur les ondes de la BBC que toute personne portant un t‑shirt sur lequel le nom de Pepsi-Cola sera refoulé!
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 27 juillet 2012.)

D'après le Multidictionnaire, le Colin et le Girodet, lord devrait prendre la majuscule devant un nom propre :

C'est un admirateur de Lord Mountbatten. (Multidictionnaire.)


Qui est-ce qui sera refoulé? Je ne pense pas que ce soit le nom de Pepsi-Cola ni un quelconque t‑shirt, mais plutôt toute personne qui portera le vêtement à bannir.


[...] un t–shirt sur lequel le nom de Pepsi-Cola... quoi? Nous avons vu que ce n'est pas le nom de Pepsi-Cola qui sera refoulé; mais alors quelle est la fonction de ce syntagme? On a oublié d'indiquer le verbe dont il serait le sujet :

Parlant de cette dernière, Lord Coe a prévenu sur les ondes de la BBC que toute personne portant un t‑shirt sur lequel figurerait le nom de Pepsi-Cola serait refoulée!

Parlant de cette dernière, Lord Coe a prévenu sur les ondes de la BBC que toute personne portant un t‑shirt sur lequel serait inscrit le nom de Pepsi-Cola serait refoulée!

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Jeux olympiques – Difformités en jeux » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/355444/retapez-ici-mot-cle-titre

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 26 juillet 2012

Dans la troupe, y a pas d'jambe de bois...

  • Des troupes des États-Unis ont aussi dû affronter une rébellion de soldats afghans qu’ils entraînaient.
    (Marie Vastel, dans Le Devoir du 26 avril 2012.)

Les troupes ne sont pas des troupeaux :

Des troupes des États-Unis ont aussi dû affronter une rébellion de soldats afghans qu’elles entraînaient.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La mission en Afghanistan pourrait aller au-delà de 2014 » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/348497/la-mission-en-afghanistan-pourrait-aller-au-dela-de-2014

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 25 juillet 2012

Elle...?

Antécédent du pronom personnel; grammaire française; syntaxe.

  • C’est un parc de la région, l’Adamello Brenta, qui a été choisi comme site de réimplantation. Les premiers ours réimplantés ont été capturés en Slovénie, où on compte la plus forte population d’Europe (2000 têtes). Il en a coûté environ 10 000 euros pour chacun des 10 ours ainsi réimplantés entre 1999 et 2002. Le potentiel des habitats régionaux était alors évalué à 60 bêtes. Elle en compte présentement entre 33 et 36.
    (Louis-Gilles Francoeur, dans Le Devoir du 25 juillet 2012.)

Le pronom elle remplace la région, mais cet antécédent ne peut pas être seulement évoqué par un adjectif :

[...] Le potentiel des habitats de la région était alors évalué à 60 bêtes. Elle en compte présentement entre 33 et 36.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Dans les Alpes, ours et loups ne sont plus des bêtes mythiques » : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/355263/dans-les-alpes-ours-et-loups-ne-sont-plus-des-betes-mythiques

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 24 juillet 2012

Un de perdu...

  • L’effet Gruen, comme on l’appelle aujourd’hui –  l’art de perdre le consommateur dans des milieux clos pour les inciter à consommer plus – venait alors de prendre son envol [...]
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 24 juillet 2012.)

Ce ne sont pas les milieux clos que l'on veut inciter à consommer plus, mais le consommateur :

L’effet Gruen, comme on l’appelle aujourd’hui – ou l’art de perdre le consommateur dans des milieux clos pour l'inciter à consommer plus –, venait alors de prendre son envol [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« #chroniquefd – Sexagénaire sachant tromper depuis 60 ans » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/355221/sexagenaire-sachant-tromper-depuis-60-ans

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 23 juillet 2012

Un victime?

  • Il est devenu l’incarnation des victimes de la guerre et de l’oppression, auxquels le bassiste a rendu hommage durant cette tournée de 192 concerts qui s’est achevée samedi soir sur les plaines d’Abraham.
    (Raphaël Dallaire Ferland, dans Le Devoir du 23 juillet 2012.)

Il est devenu l’incarnation des victimes de la guerre et de l’oppression, auxquelles le bassiste a rendu hommage durant cette tournée de 192 concerts qui s’est achevée samedi soir sur les plaines d’Abraham.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« The Wall à Québec – Le mur des opprimés » : http://www.ledevoir.com/culture/musique/355107/the-wall-a-quebec-le-mur-des-opprimes

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 22 juillet 2012

Se muter en

Se muter en, se muer en; paronymes.

  • Plutôt que d’entendre monter la colère ou la révolte, nous voyons notre propre léthargie se muter en fatalisme.
    (Fernand Daoust, dans Le Devoir du 5 juillet 2012.)

D'après ce que je vois dans le Petit Robert, le Lexis, le Multidictionnaire et le Trésor de la langue française informatisé, au sens de se transformer en, se changer en, on ne dit pas se muter en, mais plutôt se muer en :

Ces joies refoulées se sont muées en rêves. (Rolland, dans le Petit Robert.)

Sa souffrance se muait en colère. (Montherlant, dans le Lexis.)

Une colère qui s'est muée en éclats de rire. (Multidictionnaire.)

Ce besoin d'unité satisfait s'est mué en pangermanisme. (Barrès, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

La bombe glacée se mua en une crème jaune. (Mauriac, dans le Trésor.)

Jusqu'au jour où, converti, il se mua en apologiste catholique et reconnut en Jésus-Christ le surhomme de ses anciennes rêveries philosophiques. (Béguin, dans le Trésor.)

Il faudrait écrire :

Plutôt que d’entendre monter la colère ou la révolte, nous voyons notre propre léthargie se muer en fatalisme.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Forum mondial de la langue française – Spectateurs de notre régression » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/353873/spectateurs-de-notre-regression

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]