Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 31 mars 2012

Une école de pensée qu'il a fait sienne

  • [...] une école de pensée qu'il a fait sienne et qu'il a su transposer de façon magistrale dans chacune de ses collections.
    (Jean-Claude Poitras, dans Le Devoir du 31 mars 2012.)

Sienne est attribut du complément d'objet direct dans la phrase à l'étude. Ce complément (le pronom relatif qu', représentant une école de pensée), puisqu'il précède le verbe, gouverne l'accord du participe passé employé avec l'auxiliaire avoir :

[...] une école de pensée qu'il a faite sienne et qu'il a su transposer de façon magistrale dans chacune de ses collections.

On écrirait cependant :

Il a fait sienne cette école de pensée.

Line Gingras
Québec

« Musée national des beaux-arts du Québec – L'élégance s'impose et s'expose à Québec » : http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/346362/musee-national-des-beaux-arts-du-quebec-l-elegance-s-impose-et-s-expose-a-quebec

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 30 mars 2012

Au dépens de

Au dépens de, aux dépens de; orthographe. 

  • [...] au profit du secteur privé, des organisations caritatives à saveur religieuse et surtout au dépens de plus petites organisations, dont plusieurs au Québec [...]
    (Fabien Deglise dans le site du Devoir, le 25 mars 2012 à 14 h 29.)

Dépens étant un nom pluriel, on écrit à mes dépens, aux dépens de :

Tout ce que je sais, je l'ai appris à mes dépens. (Loti, dans le Petit Robert.)

Tout bonheur me paraît haïssable qui ne s'obtient qu'aux dépens d'autrui. (Gide, dans le Petit Robert.)

[...] au profit du secteur privé, des organisations caritatives à saveur religieuse et surtout aux dépens de plus petites organisations, dont plusieurs au Québec [...]

Line Gingras
Québec

« Québec Solidaire appelle à l’unité des forces de la gauche contre Harper » : http://www.ledevoir.com/non-classe/345884/quebec-solidaire-appelle-a-l-unite-des-forces-de-la-gauche-contre-harper

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:33 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 29 mars 2012

Il a clôt le débat

Il a clôt ou il a closclôt, clos; participe passé du verbe clore; grammaire française; orthographe. 

  • Ce système, éprouvé dans d'autres pays, dont l'Australie, a non seulement clôt le débat sur l'accessibilité [...]
    (Robert Lacroix et Louis Maheu, dans Le Devoir du 28 mars 2012.)

Le verbe clore est employé au passé composé; c'est dire que l'auxiliaire avoir doit être accompagné du participe passé, clos, et non pas de la troisième personne du singulier de l'indicatif présent, clôt :

Ce système, éprouvé dans d'autres pays, dont l'Australie, a non seulement clos le débat sur l'accessibilité [...]

Line Gingras
Québec

« Libre opinion – Pour sortir de l'impasse » : http://www.ledevoir.com/societe/education/346047/libre-opinion-pour-sortir-de-l-impasse?utm_source=infolettre-2012-03-28&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:52 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 mars 2012

Les propos que... quoi donc?

  • Plus exactement, après avoir décrypté les flux de capitaux entre la Suisse et Paris, après y avoir greffé les propos que le confident de Liliane Bettencourt, le photographe François-Marie Banier, accusé d'escroquerie aggravée et blanchiment, le magistrat basé à Bordeaux estime qu'il existe un faisceau de gestes troublants.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 28 mars 2012.)

Les propos que...? On attend, en vain, le verbe qui aurait pour sujet le confident de Liliane Bettencourt. L'éditorialiste a peut-être voulu dire :

[...] après y avoir greffé les propos du confident de Liliane Bettencourt [...]

Line Gingras
Québec

« L'affaire Bettencourt – La tuile » : http://www.ledevoir.com/international/europe/346048/l-affaire-bettencourt-la-tuile

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:52 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 27 mars 2012

L'industrie de la construction et de son infiltration

  • Le mandat de la Commission couvre les quinze dernières années et touche à l'octroi des contrats publics, à l'industrie de la construction et de sa supposée infiltration par le crime organisé ainsi que le financement des partis politiques.
    (Kathleen Lévesque, dans Le Devoir du 27 mars 2012.)

Le mandat touche à l'octroi ainsi que le financement? On comprendrait mieux si la préposition était répétée : le mandat touche à l'octroi des contrats publics ainsi qu'au financement des partis politiques.

Le mandat touche à l'industrie de la construction et de sa supposée infiltration? Je doute qu'il y ait une industrie de l'infiltration : on voulait dire, plutôt, que le mandat touche à l'industrie de la construction et à sa supposée infiltration par le crime organisé.

La phrase à l'étude devrait se lire comme suit :

Le mandat de la Commission couvre les quinze dernières années et touche à l'octroi des contrats publics, à l'industrie de la construction et à sa supposée infiltration par le crime organisé ainsi qu'au financement des partis politiques.

Line Gingras
Québec

« Cambriolage chez la commissaire Charbonneau » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/346016/vol-qualifie-chez-la-commissaire-charbonneau

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 26 mars 2012

Ils se tiennent tranquille

  • [...] pas de prison si les gars se tiennent tranquille [...]
    (Richard Martineau dans son blogue, 26 janvier 2012.)

Le verbe se tenir introduit ici un attribut du sujet :

On obligeait les vaches trop vives à se tenir tranquilles, à ne pas courir [...] (Aguiaine, septembre 1978, dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « tribart ».)

Il fallait écrire :

[...] pas de prison si les gars se tiennent tranquilles [...]

Line Gingras
Québec

« C'est dans leur culture... » : http://fr.canoe.ca/infos/chroniques/richardmartineau/archives/2012/01/20120126-082800.html

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 25 mars 2012

Les principes contenus dans la Chartres

  • « [...] a dénoncé Édith Laperle, candidate de QS dans la circonscription d’Outremont. La population québécoise est très attachée à ces valeurs et refuse de voir ainsi foulés aux pieds des principes fondamentaux contenus dans la Chartres ».
    (Fabien Deglise dans le site du Devoir, le 25 mars 2012 à 14 h 29.)

Il semble que l'on ait confondu la ville de Chartres et la Charte canadienne des droits et libertés.

Line Gingras
Québec

« Québec Solidaire appelle à l’unité des forces de la gauche contre Harper » : http://www.ledevoir.com/non-classe/345884/quebec-solidaire-appelle-a-l-unite-des-forces-de-la-gauche-contre-harper

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:52 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 24 mars 2012

Les jours suivant

  • Les jours suivant se transforment en tourbillon médiatique pour Muguette Paillé.
    (Philippe Teisceira-Lessard, PC, dans LaPresse.ca, le 26 décembre 2011.)

Suivant n'est pas participe présent dans la phrase à l'étude, mais adjectif, comme on s'en rend compte si l'on remplace jours par un nom féminin :

Les semaines suivantes se transforment en tourbillon médiatique pour Muguette Paillé.

Il fallait donc faire l'accord :

Les jours suivants se transforment en tourbillon médiatique pour Muguette Paillé.

On écrirait cependant :

Les jours suivant sa défaite ont été très difficiles.

Line Gingras
Québec

« Muguette Paillé, star d'un soir du débat des chefs » : http://technaute.cyberpresse.ca/dossiers/le-phenomene-twitter/201112/26/01-4481004-muguette-paille-star-dun-soir-du-debat-des-chefs.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_boitePourAccueilCbp_10209_accueil_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 23 mars 2012

Beaucoup trouve les revendications incomplètes

  • Si le mouvement ne donne pas de signes d'essoufflement, beaucoup, y compris au sein de la société civile, trouve cependant les revendications d'Anna bien incomplètes.
    (Guy Taillefer, dans Le Devoir du 30 décembre 2011.)

Beaucoup, employé comme sujet et signifiant de nombreuses personnes, commande l'accord du verbe au pluriel :

Beaucoup sont de notre avis. (Petit Robert.)
Beaucoup s'en plaignent. (Hanse et Blampain.)

Il fallait écrire :

Si le mouvement ne donne pas de signes d'essoufflement, beaucoup, y compris au sein de la société civile, trouvent cependant les revendications d'Anna bien incomplètes.

Line Gingras
Québec

« L'année de l'indignation (3) – La grève de la faim contre les dessous-de-table » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/339350/l-annee-de-l-indignation-3-la-greve-de-la-faim-contre-les-dessous-de-table

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:52 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 22 mars 2012

Justifier afin de venger?

  • Le suspect a aussi justifié les meurtres du professeur et de trois enfants de l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse afin de venger ceux d'enfants palestiniens.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 22 mars 2012.)

Je dirais plutôt que le suspect a commis ces meurtres afin d'en venger d'autres, selon ses affirmations. On aurait pu écrire, par exemple :

Le suspect affirmé aussi avoir commis les meurtres du professeur et de trois enfants de l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse afin de venger ceux d'enfants palestiniens.

Line Gingras
Québec

« Le tueur de Toulouse débusqué » : http://www.ledevoir.com/international/europe/345665/le-tueur-de-toulouse-debusque

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]