Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 19 février 2012

Elle a accueillies les deux anciennes patientes

  • « L'une d'entre elles ne pensait jamais pouvoir avoir un enfant, se remémore l'éducatrice spécialisée Caroline Rivest, de l'organisme Leucan, qui a accueillies les deux anciennes patientes. C'était très touchant [...] »
    (Sara Champagne, dans La Presse du 15 février 2012.)

Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si celui-ci est placé devant le verbe. L'éducatrice spécialisée a accueilli qui? Les deux anciennes patientes. Le complément d'objet direct étant placé après le verbe, le participe passé doit rester invariable :

« L'une d'entre elles ne pensait jamais pouvoir avoir un enfant, se remémore l'éducatrice spécialisée Caroline Rivest, de l'organisme Leucan, qui a accueilli les deux anciennes patientes. C'était très touchant [...] »

Line Gingras
Québec

« Journée du cancer pédiatrique : l'espoir à offrir en partage » : http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201202/14/01-4496010-journee-du-cancer-pediatrique-lespoir-a-offrir-en-partage.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:34 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 18 février 2012

Une allocution de 799 000 $

Allocution et allocation; paronymes.

  • Le DGEQ mentionne, dans un communiqué, que la CAQ aura droit à l'allocution annuelle de 799 000 $ — 780 000 $ l'an dernier — versée à l'ADQ.
    (Robert Dutrisac, dans Le Devoir du 14 février 2012.)

On prononce une allocution, mais on verse une allocation :

Le DGEQ mentionne, dans un communiqué, que la CAQ aura droit à l'allocation annuelle de 799 000 $ — 780 000 $ l'an dernier — versée à l'ADQ.

Line Gingras
Québec

« Au président de l'Assemblée de trancher » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/342668/au-president-de-l-assemblee-de-trancher

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 04:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 17 février 2012

Identifier que

  • [...] une plaque identifiant que la « très honorable » est désormais « envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti ».
    (Guillaume Bourgault-Côté, dans Le Devoir du 7 janvier 2012.)

Aucun des onze ouvrages que j'ai consultés (dictionnaires généraux et ouvrages de difficultés) ne mentionne la construction identifier que, c'est-à-dire identifier suivi d'une proposition complément d'objet direct introduite par la conjonction que.

Je proposerais :

[...] une plaque indiquant que la « très honorable » est désormais « envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti ».

[...] une plaque signalant que la « très honorable » est désormais « envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti ».

Line Gingras
Québec

« En croisade pour Haïti » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/339788/en-croisade-pour-haiti

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 03:31 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 16 février 2012

Ils se sentent étrangers de tout le processus

Étranger de quelque chose; étranger à quelque chose; grammaire française; syntaxe; choix de la préposition.

  • Ils se sentent impuissants et étrangers de tout le processus.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 7 décembre 2011.)

D'après ce que je vois dans les dictionnaires généraux que j'ai sous la main, on n'est pas étranger de quelque chose, mais à quelque chose :

Je ne peux vous donner aucun renseignement : je suis totalement étranger à cette affaire. (Lexis.)

Étranger à la politique, à des passions, à des préoccupations, à ce qui se passe. (Trésor de la langue française informatisé.)

Je suis étrangère à toutes ces intrigues. (Vogüé, dans le Trésor.)

Bah! maman, laisse faire à papa [...] dit Césarine en embrassant sa mère et se mettant au piano pour montrer à l'architecte que la fille d'un parfumeur n'était pas étrangère aux beaux-arts. (Balzac, dans le Trésor.)

J'étais trop étrangère à tout sentiment de coquetterie [...] (Sand, dans le Trésor.)

Se sentir étranger à tout, voilà l'excès de la solitude. (Suarès, dans le Petit Robert.)

Il faudrait écrire :

Ils se sentent impuissants et étrangers à tout le processus.

Line Gingras
Québec

« La politique du désabusement » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/337802/la-politique-du-desabusement

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 02:09 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 15 février 2012

Elle est entrée en vigueur effective à minuit

Entrée en vigueur effective; entrer en vigueur effective; anglicisme.

  • Hier, le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), après avoir reçu les documents nécessaires, a entériné la fusion de l'ADQ et de la CAQ qui est entrée en vigueur effective à minuit.
    (Robert Dutrisac, dans Le Devoir du 14 février 2012.)

Je ne vois pas quelle nuance peut apporter ici l'adjectif effective, qui me semble trahir l'influence de l'anglais : songeons que to become effective se traduit par entrer en vigueur, et effective date, par date d'entrée en vigueur.

Il suffisait d'écrire :

Hier, le Directeur général des élections du Québec (DGEQ), après avoir reçu les documents nécessaires, a entériné la fusion de l'ADQ et de la CAQ, qui est entrée en vigueur effective à minuit.

Line Gingras
Québec

« Au président de l'Assemblée de trancher » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/342668/au-president-de-l-assemblee-de-trancher

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 08:15 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 14 février 2012

Questions et réponses

  • Le mécontentement des enseignants n'est pas totalement frivole. Il s'explique essentiellement par l'absence de réponses à des questions essentielles, restées sans réponse douze mois après l'annonce-surprise.
    (Marie-Andrée Chouinard, dans Le Devoir du 13 février 2012.)

Je suggérerais :

Le mécontentement des enseignants n'est pas totalement frivole. Il s'explique avant tout par l'absence de réponses à des questions essentielles, restées sans réponse douze mois après l'annonce-surprise.

Line Gingras
Québec

« Anglais intensif au primaire – Le tout ou rien » : http://www.ledevoir.com/societe/education/342540/anglais-intensif-au-primaire-le-tout-ou-rien

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 02:32 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 13 février 2012

Laisser libre court

Laisser libre court, laisser libre cours; orthographe.

  • Cette mise au rancart importante [...] est d'ailleurs qualifiée « d'aveuglement volontaire » sur la réalité canadienne par les défenseurs de la science qui entrevoient déjà, pour l'avenir, l'incapacité du gouvernement à prendre des décisions sur des « faits avérés », laissant ainsi libre court aux dérives idéologiques [...]
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 10 février 2012.)

[...] qualifiée « d'aveuglement volontaire »

L'expression dont on s'est servi pour qualifier la mise au rancart en question, ce n'est pas « d'aveuglement volontaire », mais « aveuglement volontaire » :

Cette mise au rancart importante [...] est d'ailleurs qualifiée d'« aveuglement volontaire » [...]

* * * * *

Laisser libre court

L'expression s'écrit laisser libre cours :

Rendre libre de ses actes, laisser libre cours au développement d'un phénomène intellectuel ou moral. (Trésor de la langue française informatisé, à l'article « bride ».)

[...] l'incapacité du gouvernement à prendre des décisions sur des « faits avérés », laissant ainsi libre cours aux dérives idéologiques [...]

Line Gingras
Québec

« Abandon d'enquêtes par Statistique Canada – Ottawa accusé "d'aveuglement volontaire" » [sic] : http://www.ledevoir.com/politique/canada/342301/abandon-d-enquetes-par-statistique-canada-ottawa-accuse-d-aveuglement-volontaire

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 08:21 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 12 février 2012

À ces yeux

À ces yeux ou à ses yeux; orthographe.

  • Mardi, Jean-Pierre Fortin, directeur des TCA-Québec, a dit au Devoir qu’il regrettait que Gilles Duceppe ait renoncé à prendre la tête du PQ. À ces yeux, l’ancien chef du Bloc québécois [...]
    (Antoine Robitaille dans le site du Devoir, le 25 janvier 2012 à 11 h 24.)

Au sens de à son avis, de son point de vue, il faut écrire à ses yeux, avec l'adjectif ou déterminant possessif :

Il lui souriait du fond de l'âme; à ses yeux elle était douée d'un prestige qui m'échappait, absolument. (Beauvoir, dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « âme ».)

Mardi, Jean-Pierre Fortin, directeur des TCA-Québec, a dit au Devoir qu’il regrettait que Gilles Duceppe ait renoncé à prendre la tête du PQ. À ses yeux, l’ancien chef du Bloc québécois [...]

Line Gingras
Québec

« Les élus péquistes s’unissent autour de la "dame de béton" » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/341042/les-elus-pequistes-s-unissent-autour-de-la-dame-de-beton

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 03:48 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 11 février 2012

Ou où

  • [...] quand il sollicite des dons pour une organisation qui lui tient à cœur ou où il occupe un poste important.
    (Jean-Claude Leclerc, dans Le Devoir du 6 février 2012.)

On pourrait éviter cette répétition, pas très heureuse me semble-t-il :

[...] quand il sollicite des dons pour une organisation qui lui tient à cœur ou dont il occupe un poste important.

Line Gingras
Québec

« Affaires et démocratie – Quand des avocats s'enthousiasment pour la CAQ » : http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/341888/affaires-et-democratie-quand-des-avocats-s-enthousiasment-pour-la-caq

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 03:41 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 10 février 2012

Le jury et les jurés

  • Non pas que les verdicts rendus par un jury soient toujours les meilleurs, ou même les bons. Mais ils sont généralement le résultat logique et rationnel de ce qui s'est passé dans la salle d'audience. C'est-à-dire de la preuve, qu'ils voient mieux que quiconque. Et de la façon dont on la leur présente.
    (Yves Boisvert, dans La Presse du 1er février 2012.)

Le terme jury est un collectif, mais un collectif singulier. Je proposerais :

Non pas que les verdicts rendus par un jury soient toujours les meilleurs, ou même les bons. Mais ils sont généralement le résultat logique et rationnel de ce qui s'est passé dans la salle d'audience. C'est-à-dire de la preuve, qu'il voit mieux que quiconque. Et de la façon dont on la lui présente.

Non pas que les verdicts rendus par un jury soient toujours les meilleurs, ou même les bons. Mais ils sont généralement le résultat logique et rationnel de ce qui s'est passé dans la salle d'audience. C'est-à-dire de la preuve, que les jurés voient mieux que quiconque. Et de la façon dont on la leur présente.

Line Gingras
Québec

« Turcotte versus Shafia » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/yves-boisvert/201201/31/01-4491351-turcotte-versus-shafia.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_aujourdhui-sur-lapresseca_267_article_ECRAN1POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 08:59 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]