Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 2 février 2012

Parfois n'est pas coutume

  • [...] elle résume cette inclination marquée qu'à Sarkozy pour la précipitation [...]
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 1er février 2012.)

Sarkozy a une inclination marquée pour la précipitation, d'après l'éditorialiste. Un petit accent fait toute la différence entre la préposition à et le verbe avoir :

[...] elle résume cette inclination marquée qu'a Sarkozy pour la précipitation [...]

  • [...] elle symbolise le malaise qui habite un certain nombre de députés de son camp et les retournements dont leur président est parfois coutumier.

Être coutumier de quelque chose, c'est avoir coutume de le faire, en avoir l'habitude. Or, une habitude est une « manière de se comporter, d'agir, individuelle, fréquemment répétée » (Petit Robert; c'est moi qui souligne). Il me semble qu'on ne peut pas avoir coutume de faire parfois quelque chose. Peut-être monsieur Truffaut voulait-il dire :

[...] elle symbolise le malaise qui habite un certain nombre de députés de son camp et les retournements dont leur président est assez coutumier.

Line Gingras
Québec

« Présidentielles en France – Le feu dans la maison » : http://www.ledevoir.com/international/europe/341520/presidentielles-en-france-le-feu-dans-la-maison

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 13:28 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]