Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 31 août 2011

Bénévoles ou bienfaiteurs?

  • Pour les clones de Schaeffer, les esclavagistes étaient en fait des bénévoles : ils ont extrait l'homme noir de sa misère et ont eu la bonté de le nourrir.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 31 août 2011.)

Il me semble que bienfaiteurs serait plus approprié :

Et, tout à coup, il a crié : « Pasteur est considéré comme un bienfaiteur de l'humanité parce qu'il a sauvé beaucoup de vies humaines. »
(Duhamel, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Line Gingras
Québec

« Le Tea Party – Le délire » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/330377/le-tea-party-le-delire

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 05:52 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 30 août 2011

On ne pousse pas dans les rangs!

  • Aujourd'hui, les luttes linguistiques ont délaissé l'affichage au profit de l'éducation. Mais la popularité d'Internet, des réseaux sociaux et des nouvelles technologies ont poussé l'OQLF à surveiller de plus près la présence de l'anglais.
    (PC, dans Le Devoir du 30 août 2011.)

D'après la construction de la phrase, ce ne sont pas les nouvelles technologies, les réseaux sociaux ni Internet qui ont poussé l'OQLF à surveiller de plus près la présence de l'anglais, mais leur popularité. Le noyau du groupe sujet étant un nom singulier, le verbe doit s'accorder au singulier :

Mais la popularité d'Internet, des réseaux sociaux et des nouvelles technologies a poussé l'OQLF à surveiller de plus près la présence de l'anglais.

Line Gingras
Québec

« Une campagne de francisation attend les entreprises » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/330360/une-campagne-de-francisation-attend-les-entreprises

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 03:21 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 août 2011

Elles ne se situent pas tous au même endroit

  • Entre l'instruction libre et la « vraie » école à la maison, les mères-éducatrices ne se situent pas tous au même endroit.
    (Marc Allard, dans Le Soleil du 27 août 2011.)

Il faut un pronom féminin pour représenter les mères-éducatrices :

Entre l'instruction libre et la « vraie » école à la maison, les mères-éducatrices ne se situent pas toutes au même endroit.

  • Claudy et Andréa disent qu'elles ne sont pas trop angoissées d'amorcer le secondaire entourées des visages inconnus.

On écrirait :

Il a repris conscience entouré des visages de ses sauveteurs.

L'article défini contracté (préposition de + article défini lesdes) rend l'idée que l'on sait de quels visages il s'agit.

Il faut écrire cependant :

Claudy et Andréa disent qu'elles ne sont pas trop angoissées d'amorcer le secondaire entourées de visages inconnus.

L'emploi de la seule préposition marque l'imprécision; c'est ici l'équivalent de l'article indéfini.

S'il n'y avait pas la préposition de, ce serait différent :

Elles seront accueillies par des visages inconnus.

Dans cet exemple, des est article indéfini.

Line Gingras
Québec

« À l'école de maman » : http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/education/201108/26/01-4429364-a-lecole-de-maman.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_en-vedette_91290_article_ECRAN1POS2

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 18:44 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 28 août 2011

Sans cessent

Sans cessent, sans cesse; orthographe.

  • Enfin, j'ai fini par croire sincèrement qu'ils me sont indispensables pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit, pour nommer et explorer des réalités qui sans cessent se dérobent à notre compréhension, quand elles ne sont pas réduites à des formules creuses.
    (Chantal Guy, dans La Presse du 27 août 2011.)

Il y a des réalités qui ne cessent pas de se dérober à notre compréhension, qui s'y dérobent sans cesse ou sans arrêt; mais sans cesse est une locution adverbiale, donc invariable :

[...] voilà donc les sangsues de l'État, qui le couvrent de leur égide, dévorant sans cesse la substance des peuples [...] (Marat, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Il fallait écrire :

[...] pour nommer et explorer des réalités qui sans cesse se dérobent à notre compréhension [...]

Line Gingras
Québec

« Lire ses contemporains » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/chantal-guy/201108/27/01-4429399-lire-ses-contemporains.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_chantal-guy_3760_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 17:02 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 27 août 2011

À tord ou à raison

  • Nous avons repéré ce qui, sans l’ombre d’un doute, fera événement, à tord ou à raison.
    (Le Devoir, 26 août 2011.)

L'expression s'écrit à tort ou à raison :

Je passe, à tort ou à raison, pour un esprit fort. (Bernanos, dans le Petit Robert.)

Line Gingras
Québec

« C'est la rentrée culturelle 2011! » : http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/330178/c-est-la-rentree-culturelle-2011

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 04:31 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 26 août 2011

Placer un appel

Placer un appel; anglicisme; calque de l'anglais.

  • [...] un appel placé par monsieur Strauss, lui aussi noté aux registres de l'hôtel.
    (Josée Boileau, dans Le Devoir du 24 août 2011.)

Je ne sais pas s'il est admissible de tronquer le nom de famille de monsieur Strauss-Kahn, mais j'aimerais signaler que placer un appel est un anglicisme (calque de to place a telephone call), selon le Multidictionnaire et le Colpron. On aurait pu écrire :

[...] un coup de fil donné par monsieur Strauss-Kahn, lui aussi noté aux registres de l'hôtel.

Line Gingras
Québec

« DSK – L'embarras » : http://www.ledevoir.com/societe/justice/329911/dsk-l-embarras

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 05:57 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 août 2011

En rupture de banc

En rupture de banc, en rupture de ban; orthographe.

  • Jack n'avait pas que le côté « Peace and Love » de Lennon. Comme Lennon, c'était un rebelle en rupture de banc avec l'ordre établi et déterminé à faire de la politique autrement [...]
    (Nathalie Petrowski, dans La Presse du 24 août 2011.)

Contrairement à ce que semble croire la chroniqueuse, la locution en rupture de ban – et non de banc – n'a rien à voir avec le karaté. Être en rupture de ban, au sens propre, c'est « enfreindre le jugement de bannissement, en parlant d'un interdit de séjour » (Petit Robert); au sens figuré, c'est « avoir brisé avec les contraintes imposées par son milieu social » (Lexis) :

L'avocat concluait en suppliant le jury et la cour, si l'identité de Jean Valjean leur paraissait évidente, de lui appliquer les peines de police qui s'adressent au condamné en rupture de ban, et non le châtiment épouvantable qui frappe le forçat récidiviste. (Hugo, dans le Trésor de la langue française informatisé; l'expression est employée ici au sens propre.)

Être en rupture de ban avec la société, le monde, la famille. (Trésor.)

Des lycéens en rupture de ban. (Petit Robert.)

J'étais un fils de famille en rupture de ban, un polisson, un mauvais drôle. (Daudet, dans le Lexis.)

Il fallait écrire :

Comme Lennon, c'était un rebelle en rupture de ban avec l'ordre établi...

Line Gingras
Québec

« Jack et John » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/nathalie-petrowski/201108/24/01-4428418-jack-et-john.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_nathalie-petrowski_3279_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 04:57 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 24 août 2011

Elle est d'autant plus touchée puisque...

D'autant plus puisque; d'autant plus que; d'autant moins puisque; d'autant moins que; grammaire française; syntaxe du français.

  • La mairesse est d'autant plus touchée par cet accident puisque le grand-père de la petite Magalie est le conseiller municipal Jean-Pierre Mayrand.
    (Frédéric Champagne, dans Le Nouvelliste du 17 août 2011.)

Les ouvrages consultés admettent les locutions conjonctives d'autant plus que, d'autant moins que, qui expriment une relation causale « en insistant sur l'importance de la cause » (Lexis) :

La chaleur était suffocante, d'autant plus qu'on ne sentait pas [...] l'espace et le vent de la mer. (Daudet, dans le Petit Robert.)

J'ai d'autant moins envie de le faire que je l'ai déjà fait une fois. (Petit Robert.)

Elle a d'autant plus de mérite qu'elle a payé ses études elle-même. (Multidictionnaire.)

Il est d'autant plus prudent qu'il est averti. (Hanse-Blampain.)

C'est d'autant plus difficile qu'il fait sombre. (Hanse-Blampain.)

Il mérite d'autant moins votre reproche qu'il a agi sur votre ordre. (Lexis.)

[...] enfin, coquette, ambitieuse, envieuse, fausse et vindicative, elle est d'autant plus dangereuse, que son ton, sa vivacité, ses manières si naturelles, son air ouvert, étourdi, et jusqu'à sa gaieté, ne permettent pas de la soupçonner d'artifices, et n'annoncent jamais que la franchise et la bonté [...] (Madame de Genlis, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Dans la phrase qui nous occupe, l'emploi de puisque ne me paraît pas approprié. Il faudrait écrire :

La mairesse est d'autant plus touchée par cet accident que le grand-père de la petite Magalie est le conseiller municipal Jean-Pierre Mayrand.

Line Gingras
Québec

« Mort d'une fillette de trois ans : une municipalité sous le choc » : http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/faits-divers/201108/17/01-4426557-mort-dune-fillette-de-trois-ans-une-municipalite-sous-le-choc.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4426270_article_POS3

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 00:30 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 23 août 2011

Le programme de son équipe

  • Car la victoire du NPD, particulièrement au Québec, reposait largement sur la personne de Jack Layton, bien plus que sur le programme du parti ou de son équipe.
    (Alain Dubuc, dans La Presse du 23 août 2011.)

Je ne pense pas que l'équipe de Jack Layton ait pu avoir un autre programme que celui du parti; le chroniqueur a voulu dire, à mon avis :

Car la victoire du NPD, particulièrement au Québec, reposait largement sur la personne de Jack Layton, bien plus que sur le programme du parti ou sur son équipe.

Line Gingras
Québec

« Perdre un ami » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/alain-dubuc/201108/23/01-4428147-perdre-un-ami.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_alain-dubuc_3261_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 12:55 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 22 août 2011

À la fois admirable mais inexportable

À la fois... mais; à la fois... et.

  • Dans une Europe inquiète et désarticulée, seule l'Allemagne semble s'en tirer, faisant de plus en plus bande à part avec son « modèle » économique à la fois admirable (travail acharné, concertation sociale, innovation, exportation) mais inexportable [...]
    (François Brousseau, dans Le Devoir du 15 août 2011.)

D'après le résultat de mes recherches, la locution adverbiale à la fois associe des éléments qui, lorsqu'ils sont coordonnés, sont liés par la conjonction et :

[...] est-il possible pour une histoire des origines de fonctionner à la fois comme théorie scientifique et comme mythe? (F. Jacob, dans le Petit Robert.)

On peut à la fois s'instruire et s'amuser. (Hanse-Blampain.)

Cette amélioration est voulue à la fois par le gouvernement et par les syndicats. (Hanse-Blampain.)

Il nous aide avec zèle et discrétion à la fois. (Hanse-Blampain.)

Cela est à la fois vrai et faux. (Hanse-Blampain.)

Un chant de violon à la fois strident et tendre. (Gide, dans le Lexis.)

Un homme jeune dont le cou trop long semblait annoncer déjà par lui-même le caractère à la fois lâche et rouspéteur du personnage. (Queneau, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

On ne peut être à la fois au four et au moulin. (Proverbe, dans le Trésor, à l'article « four ».)

Il fallait écrire, à mon avis :

Dans une Europe inquiète et désarticulée, seule l'Allemagne semble s'en tirer, faisant de plus en plus bande à part avec son « modèle » économique à la fois admirable (travail acharné, concertation sociale, innovation, exportation) et inexportable [...]

Line Gingras
Québec

« L'été de la peur » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/329356/l-ete-de-la-peur

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 02:17 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]