Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 31 juillet 2011

La recherche et secrétariat

  • [...] on confond allègrement dépenses partisanes et budget dévolu à la recherche et secrétariat.
    (Josée Boileau, dans Le Devoir du 29 juillet 2011.)

On parle sans doute, dans un tout autre contexte, de la recherche-développement, mais cela ne dispense pas, à mon avis, de suivre la règle habituelle dans la phrase à l'étude : la préposition à se répète normalement devant chacun des compléments; il y a lieu aussi d'employer l'article devant le second terme coordonné, étant donné que les deux substantifs désignent deux réalités distinctes et qu'ils ne sont pas du même genre. Je conseillerais d'écrire :

[...] on confond allègrement dépenses partisanes et budget dévolu à la recherche et au secrétariat.

  • On apprenait hier que le directeur général d'Union Montréal, Richard Mimeau, n'y voit pourtant rien de répréhensible.

Il y a deux façons d'éviter le pléonasme :

On apprenait hier que le directeur général d'Union Montréal, Richard Mimeau, ne voit pourtant rien de répréhensible.

On apprenait hier que le directeur général d'Union Montréal, Richard Mimeau, n'y voit pourtant rien de répréhensible.

Line Gingras
Québec

« Administration municipale – Drôles de recherches » : http://www.ledevoir.com/politique/villes-et-regions/328305/administration-municipale-droles-de-recherches

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 04:42 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 30 juillet 2011

Aux dépens de la sécurité du bien public

  • Cette inclination maniaque pour l'enrichissement personnel aux dépens du bien public, et notamment de la sécurité de celui-ci [...]
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 29 juillet 2011.)

Je doute fort que l'éditorialiste ait voulu insister sur la sécurité du bien public : si l'on s'enrichit aux dépens du bien public, celui-ci en souffre, cela va de soi. À mon avis, il a voulu parler, plutôt, de la sécurité du public. Cependant, le pronom démonstratif celui-ci ne remplace pas le nom public, mais l'expression bien public, formée du nom bien et de l'adjectif public. Je proposerais donc :

Cette inclination maniaque pour l'enrichissement personnel aux dépens du bien public, et notamment de la sécurité de la population [...]

Line Gingras
Québec

« Corruption en Chine – De haut en bas » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/328303/corruption-en-chine-de-haut-en-bas

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 03:04 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 juillet 2011

Grâce au statut du rapatriement?

  • Le fondateur du Devoir, Henri Bourassa, avait fait du détachement de l'impérialisme britannique l'un des grands combats de sa vie. Légalement, politiquement, le Canada y est arrivé grâce au statut de Westminster, puis du rapatriement de la Constitution.
    (Josée Boileau, dans Le Devoir du 28 juillet 2011.)

Il y aurait donc deux statuts, soit le statut de Westminster et celui du rapatriement de la Constitution? Je crois qu'on a plutôt voulu dire :

Légalement, politiquement, le Canada y est arrivé grâce au statut de Westminster, puis au rapatriement de la Constitution.

Line Gingras
Québec

« Portrait de la reine – Leçon politique » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/328236/portrait-de-la-reine-lecon-politique

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 00:00 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 28 juillet 2011

Professeur en sociologie

Professeur en ou professeur de; emploi de la préposition avec le nom professeur.

  • Un parfum de Mai 68 est dans l'air, croit Robin Archer, professeur en sociologie à la London School of Economics.
    (Mali Ilse Paquin, dans La Presse du 26 mars 2011.)

D'après les nombreux exemples que donnent le Petit Robert, le Multidictionnaire et le Trésor de la langue française informatisé, consultés à l'article « professeur », on emploie la préposition de, après le nom professeur, pour indiquer la discipline enseignée :

Professeur de mathématiques, d'anglais, de gymnastique. (Petit Robert.)

Une professeure de biologie, un professeur de piano. (Multidictionnaire.)

Professeur de français, de chimie, d'histoire, de géographie, de philosophie, de médecine, de théologie, de droit, de musique, de ski, de judo. (Trésor.)

Son père, ancien professeur de physique à Saint-Louis [...] (Theuriet, dans le Trésor.)

Sitôt, il se mit en quête d'un professeur de dessin [...] (Péladan, dans le Trésor.)

Je conseillerais donc d'écrire :

Un parfum de Mai 68 est dans l'air, croit Robin Archer, professeur de sociologie à la London School of Economics.

J'ai vu aussi le Lexis et le Hanse-Blampain, où je n'ai rien trouvé d'utile.

Line Gingras
Québec

« "Marcher comme un Égyptien" à Londres » : http://www.cyberpresse.ca/international/correspondants/201103/26/01-4383398-marcher-comme-un-egyptien-a-londres.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 01:26 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 juillet 2011

Imaginez la tête qu'il aurait fait

  • Imaginez la tête qu'aurait fait Pierre Karl Péladeau en voyant La Presse Télé au générique d'une série diffusée par TVA.
    (Hugo Dumas, dans La Presse du 21 juillet 2011.)

Pierre Karl Péladeau aurait fait quoi? une certaine tête, qu'on nous invite à imaginer. Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si celui-ci précède le verbe. Il fallait donc écrire :

Imaginez la tête qu'aurait faite Pierre Karl Péladeau en voyant La Presse Télé au générique d'une série diffusée par TVA.

Line Gingras
Québec

« Réjean passe à l'Ouest » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/hugo-dumas/201107/21/01-4419734-rejean-passe-a-louest.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_hugo-dumas_3262_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 19:19 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 26 juillet 2011

Apparences

  • Car dogmatisme n'est pas folie, même si elle en a souvent toutes les apparences.
    (Jean-Robert Sansfaçon, dans Le Devoir du 25 juillet 2011.)

C'est le dogmatisme qui a souvent toutes les apparences de la folie :

Car dogmatisme n'est pas folie, même s'il en a souvent toutes les apparences.

Line Gingras
Québec

« Oslo – La Norvège en deuil » : http://www.ledevoir.com/international/europe/328039/oslo-la-norvege-en-deuil

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 00:00 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 25 juillet 2011

Celui tuera

  • Comment détecter celui, parmi les écrivaillons divorcés du réel qui sévissent partout dans l'univers virtuel, tuera?
    (Patrick Lagacé, dans La Presse du 25 juillet 2011.)

Le passage entre virgules, parmi les écrivaillons divorcés du réel qui sévissent partout dans l'univers virtuel, est une précision qui complète le message central de la phrase : Comment détecter celui [qui] tuera? Le problème, c'est que le pronom relatif qui, dont on a besoin pour former un énoncé grammaticalement correct, ne figure pas dans le message central, mais seulement dans le passage accessoire; il n'a pas pour antécédent celui, mais les écrivaillons divorcés du réel.

Je suggérerais :

Comment détecter, parmi les écrivaillons divorcés du réel qui sévissent partout dans l'univers virtuel, celui qui tuera?

Line Gingras
Québec

« Une question vertigineuse » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/patrick-lagace/201107/24/01-4420618-une-question-vertigineuse.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_patrick-lagace_3269_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 02:05 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 24 juillet 2011

Scelle de bicyclette

  • De retour en scelle, direction le Kastellet, une forteresse en forme d'étoile située au cœur de Copenhague.
    (Ariane Lacoursière, dans La Presse du 24 juillet 2011.)

Une bicyclette est munie d'une selle :

Rehausser la selle d'un vélo. (Petit Robert.)

Line Gingras
Québec

« Copenhague : pédaler sans soucis » : http://www.cyberpresse.ca/voyage/destinations/europe/danemark/201107/22/01-4420225-copenhague-pedaler-sans-soucis.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_voyage_264_accueil_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 22:21 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 22 juillet 2011

Les relations douteuses qu'ont entretenu les médias...

  • [...] les relations douteuses qu'ont entretenu pendant des années les médias, le monde politique et la police.
    (Libération, dans Le Devoir du 21 juillet 2011.)

Les relations douteuses n'ont pas entretenu les médias, le monde politique et la police : ce sont plutôt les médias, le monde politique et la police qui ont entretenu des relations douteuses. Dans la phrase à l'étude, le complément d'objet direct, relations douteuses, est placé devant le verbe et détermine donc l'accord du participe passé employé avec l'auxiliaire avoir :

[...] les relations douteuses qu'ont entretenues pendant des années les médias, le monde politique et la police.

Line Gingras
Québec

« Scandale des écoutes téléphoniques – David Cameron se dit "vraiment désolé" » : http://www.ledevoir.com/international/europe/327821/scandale-des-ecoutes-telephoniques-david-cameron-se-dit-vraiment-desole

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 00:00 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 21 juillet 2011

L'arrestation de DSK l'aurait incité à porter plainte

  • Ces rebondissements politiques sont devenus presque quotidiens depuis que Tristane Banon a formellement accusé DSK d'avoir tenté de la violer en 2003 dans un appartement du VIe arrondissement de Paris où elle serait venue l'interviewer. C'est l'arrestation de DSK à New York qui l'aurait incité à porter plainte.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 21 juillet 2011.)

Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si ce dernier précède le verbe. L'arrestation aurait incité qui? Tristane Banon, représentée par le pronom l'. Il fallait écrire :

C'est l'arrestation de DSK à New York qui l'aurait incitée à porter plainte.

Line Gingras
Québec

« L'affaire Tristane Banon va-t-elle bouleverser la présidentielle? – Le socialiste François Hollande dénonce une "opération politique" » : http://www.ledevoir.com/international/europe/327837/l-affaire-tristane-banon-va-t-elle-bouleverser-la-presidentielle-le-socialiste-francois-hollande-denonce-une-operation-politique

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 15:43 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]