Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 27 juillet 2011

Imaginez la tête qu'il aurait fait

  • Imaginez la tête qu'aurait fait Pierre Karl Péladeau en voyant La Presse Télé au générique d'une série diffusée par TVA.
    (Hugo Dumas, dans La Presse du 21 juillet 2011.)

Pierre Karl Péladeau aurait fait quoi? une certaine tête, qu'on nous invite à imaginer. Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si celui-ci précède le verbe. Il fallait donc écrire :

Imaginez la tête qu'aurait faite Pierre Karl Péladeau en voyant La Presse Télé au générique d'une série diffusée par TVA.

Line Gingras
Québec

« Réjean passe à l'Ouest » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/hugo-dumas/201107/21/01-4419734-rejean-passe-a-louest.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_hugo-dumas_3262_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 19:19 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Complément direct

    Bonjour Line,
    Quant à moi, j'observe régulièrement une dérive, une "tendance lourde", chez la plupart des gens qui écrivent (même ceux qui maîtrisent assez bien le français, malheureusement) à renoncer volontairement à l'accord du participe passé, comme si l'expression "avoir fait" était devenue, dans leur subconscient, à l'image de tant d'adverbes dont nous avons déjà parlé, une sorte de "avoirfait" qui demeure invariable, coûte que coûte.
    Une dérive semblable tend d'ailleurs à s'imposer, et notamment chez certaines auteures féminines, lorsqu'on "renonce aisément" à accorder au féminin les adjectifs se rapportant à des femmes. Lorsqu'on parle de "réforme grammaticale du français", on a tort d'ignorer de tels phénomènes, qu'ils soient souhaitables ou non. En tout cas, il s'agit bien là d'une remise en question profonde de "l'ingénierie de base" de notre langue (par rapport à plusieurs autres, notamment l'anglais ou l'italien).
    Bonne journée.
    André Martin

    Posté par André Martin, dimanche 31 juillet 2011 à 11:41

Poster un commentaire