Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 10 juin 2011

Présager de quelque chose

Présager de quelque chose ou présager quelque chose; grammaire française; syntaxe du français.

  • Il se pourrait au contraire que les affrontements qu'on y découvre aujourd'hui présagent de ceux que nous vivrons bientôt.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 18 février 2011.)

Une personne peut présager quelque chose (complément d'objet direct) de quelque chose (complément d'origine ou de cause) :

Je ne présage rien de bon de son silence prolongé. (Girodet.)

Cependant, comme le fait observer Colin, lorsque présager a un seul complément, celui-ci est toujours un complément d'objet direct :

La réduction des stocks [...] laisse présager un redémarrage de la production. (Multidictionnaire.)

Un calme trop plat ne présageait rien de bon. (Gracq, dans le Lexis.)

Les blés ont été ruinés par la chaleur, les pommes de terre manquent, tout présage un hiver calamiteux pour les pauvres. (Guérin, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Un ciel bourré de nues ardoisées, qui présageaient une tempête de flocons plus épais. (Colette, dans le Trésor.)

[...] une victoire de première grandeur qui présageait la fin de la guerre. (Romains, dans le Trésor.)

Il fallait écrire :

Il se pourrait au contraire que les affrontements qu'on y découvre aujourd'hui présagent de ceux que nous vivrons bientôt.

Line Gingras
Québec

« Des "affaires ben laides" » : http://www.ledevoir.com/international/europe/317052/des-affaires-ben-laides

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 04:14 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Complément d'origine ou de cause?

    Bonjour,
    Je ne suis pas sûr de bien comprendre ce que c'est un complément d'origine ou de cause. Pourriez-vous me donner un exemple?
    Le TLFi fait état de la forme "Qqn présage qqc. de qqc.", mais pas "présager de quelque chose". Par exemple:
    Quoi que vous ayez ou deviné ou présagé de mes sentiments pour vous, ne connaissez-vous pas ma situation? (STAËL, Lettres div., 1793, p.516). Que présagez-vous de la disposition du peuple? (LEMERCIER, Pinto, 1800, I, 9, p.30).
    Dans ces cas, si je comprends bien, même s'il est écrit "présager de quelque chose", le verbe présager a pour complément les pronoms "quoi" et "que" et non pas "de quelque chose".
    En somme, "présager" serait simplement un verbe transitif direct.
    Merci de votre attention,
    jg

    Posté par jgd, vendredi 10 juin 2011 à 11:05
  • Réponse

    Bonjour,

    Si je présage de ces gros nuages gris qu’il va pleuvoir tout à l’heure, je présage quelque chose (qu’il va pleuvoir tout à l’heure) à partir de ou à cause de ce que je vois en ce moment, soit des gros nuages gris. Le verbe a deux compléments : un complément d’objet direct et un complément que Girodet appelle d’origine ou de cause.

    (Pour les nuages, ce n’est pas vrai, youpi!)

    Au plaisir!

    Line G.

    Note : Je me rends compte, aujourd'hui seulement, que jg ne m'avait pas écrit à titre personnel, mais m'avait posé la question ci-dessus pour qu'elle figure dans les commentaires. Je lui ai fait le 10 juin, par courriel, la réponse qui précède. Il a eu la gentillesse de m'envoyer un mot de remerciements :

    Bonjour,
    Je vois maintenant ce dont il s'agit.
    Merci pour votre réponse et pour vos corrections quotidiennes.
    Au plaisir,
    jg

    Posté par Choubine, lundi 13 juin 2011 à 16:12

Poster un commentaire