Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 31 mai 2011

À quelques heures prêt

Prêt ou près; orthographe.

  • « [...] que cet homme, au faîte de sa puissance et qui était annoncé vainqueur contre Sarkozy ait, au tout dernier moment, à quelques heures prêt, tout bousillé et dans le pire des cadres, aux États-Unis, où on ne badine vraiment pas avec ces choses, à juste titre d'ailleurs. »
    (Stéphane Baillargeon citant Philippe Martinat, dans Le Devoir du 28 mai 2011.)

Monsieur Martinat, qui s'exprimait oralement, ne parlait pas d'un degré de préparation, mais d'un écart temporel. S'il était question d'une femme, on n'écrirait certainement pas :

[...] que cette femme, au faîte de sa puissance [...] ait, au tout dernier moment, à quelques heures prête, tout bousillé et dans le pire des cadres...

Pour indiquer un écart, une différence, ce n'est pas l'adjectif prêt que l'on emploie, mais plutôt l'adverbe près, comme dans les exemples suivants, tirés du Petit Robert :

[J'aime] les choses classées au millimètre près, cela me donne une autorité géométrique. (Rolin.)

Il a échoué à deux points près.

Moi, Legrain, je n'en suis pas à une femme près. (Duhamel.)

Il fallait écrire :

[...] que cet homme, au faîte de sa puissance et qui était annoncé vainqueur contre Sarkozy ait, au tout dernier moment, à quelques heures près, tout bousillé et dans le pire des cadres...

Line Gingras
Québec

« Docteur Strauss et Mister Kahn » : http://www.ledevoir.com/societe/medias/324286/docteur-strauss-et-mister-kahn

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 04:24 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 30 mai 2011

Attention aux changements

  • Environ 190 ex-syndiqués ont préféré se partager la cagnotte d’une vingtaine de millions $ négocié comme prime de séparation.
    (Stéphane Baillargeon dans le site du Devoir, 30 mai 2011.)

On avait en tête, sans doute, le mot « montant »; mais puisqu'on a écrit « cagnotte », il ne fallait pas oublier de faire l'accord du participe passé au féminin :

Environ 190 ex-syndiqués ont préféré se partager la cagnotte d’une vingtaine de millions de dollars négociée comme prime de séparation.

Line Gingras
Québec

« Le Journal de Montréal embauche » : http://www.ledevoir.com/societe/medias/324384/le-journal-de-montreal-embauche

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 17:47 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 29 mai 2011

Éloges personnelles

Éloge, masculin ou féminin; genre du nom éloge; grammaire française.

  • [...] les condoléances d'étrangers ont fait place aux éloges, plus personnelles, des proches du jeune Eric.
    (Steve Rennie, PC, dans Cyberpresse, 27 mai 2011.)

Au pluriel comme au singulier, éloge est un nom masculin :

Des éloges bien mérités. (Multidictionnaire.)

Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. (Beaumarchais, dans le Petit Robert.)

[...] les condoléances d'étrangers ont fait place aux éloges, plus personnels, des proches du jeune Eric.

Line Gingras
Québec

« Explosion à l'école Mother Theresa : les proches de la victime lui rendent hommage » : http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201105/27/01-4403541-explosion-a-lecole-mother-theresa-les-proches-de-la-victime-lui-rendent-hommage.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4403741_article_POS4

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 16:11 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 28 mai 2011

Incitation

  • Pour inciter les jeunes à lire, il faut miser sur le plaisir en lui offrant des modèles et un environnement propice à la lecture.
    (Pascale Breton, dans La Presse du 28 mai 2011.)

Pour inciter les jeunes à lire, il faut miser sur le plaisir en leur offrant des modèles et un environnement propice à la lecture.

Et pour inciter les gens à se relire...?

Line Gingras
Québec

« La technologie détourne les enfants de la lecture » : http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201105/28/01-4403741-la-technologie-detourne-les-enfants-de-la-lecture.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_boitePourAccueilCbp_10209_accueil_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 15:03 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [3] - Permalien [#]

Ils se sont attirés une réponse immédiate

  • Les avocats se sont attirés une réponse immédiate du bureau du procureur [...]
    (Paola Messana, AFP, dans Cyberpresse, le 26 mai 2011.)

Lorsque le verbe pronominal a un complément d'objet direct (c.o.d.), c'est avec ce complément, s'il précède le verbe, que s'accorde le participe passé, comme si ce dernier était employé avec l'auxiliaire avoir. Si le c.o.d. est placé après le verbe, le participe passé reste invariable.

Les avocats ont attiré quoi? une réponse immédiate. Le c.o.d. étant placé après le verbe, le participe passé ne s'accorde pas :

Les avocats se sont attiré une réponse immédiate...

On écrirait par contre :

La réponse que les avocats se sont attirée...

Line Gingras
Québec

« Le ton monte entre les avocats de DSK et le procureur » : http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/laffaire-dsk/201105/26/01-4403130-le-ton-monte-entre-les-avocats-de-dsk-et-le-procureur.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS3

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 01:13 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 27 mai 2011

Vingt-cinq ans après des années d'efforts

  • Nicolas Sarkozy s'est félicité que, 25 ans après le drame et des années d'efforts, le G8 ait enfin « bouclé le financement de Tchernobyl ».
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 27 mai 2011.)

25 ans après des années d'efforts? Monsieur Sarkozy a déclaré :

« Par ailleurs, nous avons bouclé le financement de Tchernobyl, 25 ans après le drame. Vous savez que les pays du G8 se sont engagés à financer les derniers travaux de colmatage de la centrale de Tchernobyl et nous avons été très heureux d'apprendre la participation de l'Italie, du Japon et du Canada. »
http://www.elysee.fr/president/les-actualites/conferences-de-presse/2011/sommet-du-g8-de-deauville-conference-de-presse.11462.html

En principe, si l'on tenait absolument à parler d'efforts, on pouvait écrire quelque chose comme 25 ans après le drame et grâce à des efforts acharnés (ou sans cesse renouvelés)... Cependant, si les pays du G8 ont fourni des efforts pendant les 25 années qui se sont écoulées depuis le drame, monsieur Sarkozy n'en fait pas mention explicitement; il parle plutôt de ce à quoi ils viennent de s'engager. Je proposerais donc :

Nicolas Sarkozy s'est félicité que, 25 ans après le drame et des années d'efforts, le G8 ait enfin « bouclé le financement de Tchernobyl ».

Line Gingras
Québec

« G8 de Deauville – Un plan Marshall pour les pays arabes... sans le Canada » : http://www.ledevoir.com/economie/mondialisation/324135/g8-de-deauville-un-plan-marshall-pour-les-pays-arabes-sans-le-canada

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 05:03 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 26 mai 2011

Le gouvernement a insisté de mobiliser...

Insister de faire quelque chose; insister de + verbe à l'infinitif; grammaire française; syntaxe.

  • Pour sa part, le gouvernement français a exhorté ses citoyens à quitter Tokyo et à se réfugier dans le sud de l'archipel ou à rentrer en France, insistant auprès d'Air France de mobiliser des avions en Asie à cet effet.
    (Marco Bélair-Cirino, dans Le Devoir du 17 mars 2011.)

Les dictionnaires que j'ai consultés (Petit Robert, Multidictionnaire, Hanse-Blampain, Lexis, Trésor de la langue française informatisé) n'admettent pas la construction insister de + verbe à l'infinitif, mais plutôt insister pour faire quelque chose, insister pour que l'on fasse quelque chose, insister pour qu'une chose soit faite :

Enfin on partit. Il insista pour se mettre à côté du chauffeur. (Montherlant, dans le Trésor.)

Elle a beaucoup insisté pour que je vienne. (Adamov, dans le Lexis.)

J'insistais près du maréchal Haig pour que la marche sur Bray fût poursuivie avec énergie. (Foch, dans le Trésor.)

On pouvait écrire :

Pour sa part, le gouvernement français a exhorté ses citoyens à quitter Tokyo et à se réfugier dans le sud de l'archipel ou à rentrer en France, insistant auprès d'Air France pour que soient mobilisés des avions en Asie à cet effet.

Line Gingras
Québec

« La patience des Japonais s'épuise » : http://www.ledevoir.com/international/asie/318966/la-patience-des-japonais-s-epuise

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 05:53 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 25 mai 2011

Des haut-parleur

  • Cette immigration québécoise sera longtemps soutenue par divers haut-parleur montréalais, y compris par un journal comme Le Devoir.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 25 mai 2011.)

D'après le Petit Robert (2007), le Multidictionnaire, le Hanse-Blampain, le Lexis et le Trésor de la langue française informatisé, on écrit un haut-parleur, des haut-parleurs :

Des haut-parleurs diffusaient une musique continue, lointaine. (Le Clézio, dans le Lexis.)

[...] tendant l'oreille aux bribes de paroles déformées que déversent les haut-parleurs. (Butor, dans le Trésor.)

Lyon ou Paris, l'une ou l'autre villes de confluents, postes d'écoute de notre avenir, haut-parleurs de notre histoire. (Morand, dans le Trésor.)

Ce mot est visé par les rectifications de l'orthographe; cependant, si le Conseil supérieur de la langue française préconise la soudure, il ne propose pas l'invariabilité : un hautparleur, des hautparleurs.

On pouvait écrire :

Cette immigration québécoise sera longtemps soutenue par divers haut-parleurs montréalais [haut-parleurs avec trait d'union], y compris par un journal comme Le Devoir.

Cette immigration québécoise sera longtemps soutenue par divers hautparleurs montréalais, y compris par un journal comme Le Devoir.

Line Gingras
Québec

« Hearst, la petite française du Nord ontarien » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/323993/hearst-la-petite-francaise-du-nord-ontarien

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 06:13 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 24 mai 2011

Les politiques s'en sont ressenti

Elles s'en sont ressenti, elles s'en sont ressenties; ils s'en sont ressenti, ils s'en sont ressentis; elle s'en est ressenti, elle s'en est ressentie; nous nous en sommes ressenti, nous nous en sommes ressentis; se ressentir, accord du participe passé du verbe pronominal; grammaire française; orthographe d'accord.

  • Les politiques du gouvernement et du parti s'en sont ressenti.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 11 mai 2011.)

Marie-Éva de Villers fait observer, à propos du verbe ressentir : « À la forme pronominale, le participe passé s'accorde toujours en genre et en nombre avec le sujet. »

Nous avons affaire ici à un pronominal subjectif : le verbe ne s'utilise pas uniquement à la forme pronominale; cependant, lorsque c'est le cas, le pronom réfléchi n'a d'autre fonction que d'indiquer cette forme. Le participe passé d'un pronominal subjectif s'accorde avec le sujet. (Les quelques pronominaux subjectifs dont le participe passé reste invariable sont des verbes qui n'admettent jamais de complément d'objet direct lorsqu'ils sont employés à la forme active. Exemple : se rire.)

Il fallait écrire :

Les politiques du gouvernement et du parti s'en sont ressenties.

Line Gingras
Québec

« Le poids du passé » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/323054/le-poids-du-passe

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 07:13 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 23 mai 2011

Durée du mandat des élections sénatoriales

  • M. Harper aurait donc pu faire adopter sans blocage son projet de loi visant à réformer le Sénat. Le premier ministre souhaite imposer des élections sénatoriales et limiter la durée de leur mandat à huit ans.
    (Guillaume Bourgault-Côté et Hélène Buzzetti, dans Le Devoir du 19 mai 2011.)

Bien entendu, il ne s'agit pas du mandat des élections sénatoriales : ce que souhaite le premier ministre, c'est limiter la durée du mandat des sénateurs. Le mot sénateurs, toutefois, ne se trouve pas dans le passage à l'étude ni dans le paragraphe qui précède. Je conseillerais d'écrire :

Le premier ministre souhaite imposer des élections sénatoriales et limiter à huit ans la durée du mandat des sénateurs.

Line Gingras
Québec

« Les perdants gagnent » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/323647/les-perdants-gagnent

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 06:18 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]