Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 25 mai 2011

Des haut-parleur

  • Cette immigration québécoise sera longtemps soutenue par divers haut-parleur montréalais, y compris par un journal comme Le Devoir.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 25 mai 2011.)

D'après le Petit Robert (2007), le Multidictionnaire, le Hanse-Blampain, le Lexis et le Trésor de la langue française informatisé, on écrit un haut-parleur, des haut-parleurs :

Des haut-parleurs diffusaient une musique continue, lointaine. (Le Clézio, dans le Lexis.)

[...] tendant l'oreille aux bribes de paroles déformées que déversent les haut-parleurs. (Butor, dans le Trésor.)

Lyon ou Paris, l'une ou l'autre villes de confluents, postes d'écoute de notre avenir, haut-parleurs de notre histoire. (Morand, dans le Trésor.)

Ce mot est visé par les rectifications de l'orthographe; cependant, si le Conseil supérieur de la langue française préconise la soudure, il ne propose pas l'invariabilité : un hautparleur, des hautparleurs.

On pouvait écrire :

Cette immigration québécoise sera longtemps soutenue par divers haut-parleurs montréalais [haut-parleurs avec trait d'union], y compris par un journal comme Le Devoir.

Cette immigration québécoise sera longtemps soutenue par divers hautparleurs montréalais, y compris par un journal comme Le Devoir.

Line Gingras
Québec

« Hearst, la petite française du Nord ontarien » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/323993/hearst-la-petite-francaise-du-nord-ontarien

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 06:13 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire