Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 30 avril 2011

Cela nous rend favorable à un gouvernement de coalition

  • Notre rapport quelque peu tordu avec le pouvoir nous rend favorable à hauteur de 60 % à un gouvernement de coalition au Canada, alors qu'au Canada anglais 30 % des gens seulement appuieraient cette hypothèse, selon un sondage TVA paru cette semaine.
    (Denise Bombardier, dans Le Devoir du 30 avril 2011.)

Favorable est attribut du complément d'objet direct nous, qui représente les Québécois; il doit donc prendre la marque du pluriel :

Notre rapport quelque peu tordu avec le pouvoir nous rend favorables à hauteur de 60 % à un gouvernement de coalition au Canada...

Line Gingras
Québec

« Jackpot » : http://www.ledevoir.com/politique/elections-2011/322283/jackpot

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 08:41 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 avril 2011

Le favorit de la foule

Favorit ou favori.

  • Le Japonais Takahiko Kozuka a inscrit 258,41 points pour remporter l'argent, tandis que le favorit de la foule, le jeune Russe de 17 ans Artur Gachinski, a remporté le bronze avec 241,86 points.
    (PC, dans Le Devoir du 29 avril 2011.)

Bien que le féminin soit favorite, on écrit favori au masculin :

Il fut le favori de sa mère et de ses professeurs. (Beauvoir, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Il nous fit servir un saladier tout plein de mon dessert favori. (Céline, dans le Trésor.)

[...] tandis que le favori de la foule, le jeune Russe de 17 ans...

Le mot n'est pas visé par les rectifications de l'orthographe.

Line Gingras
Québec

« Patinage artistique – Patrick Chan décroche son rêve » : http://www.ledevoir.com/sports/actualites-sportives/322155/patinage-artistique-patrick-chan-decroche-son-reve

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 04:02 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 28 avril 2011

Un homme dont la boisson rend violent

Dont ou que; choix du pronom relatif; syntaxe.

  • [...] la modeste demeure où elle habite avec son mari. Un homme dont la boisson rend violent.
    (René-Charles Quirion, dans La Tribune du 26 avril 2011.)

Au paragraphe 693, b du Bon usage (douzième édition), on peut lire que dont « équivaut à un complément introduit par de ». On écrirait, par exemple :

Un dictateur dont les crimes sont restés impunis.
[Les crimes du dictateur sont restés impunis.]

Un régime dont la violence a été dénoncée.
[La violence du régime a été dénoncée.]

Dans la phrase à l'étude, cependant, le pronom relatif doit remplir la fonction de complément d'objet direct : on a voulu exprimer l'idée que la boisson rend cet homme violent. Le complément d'objet direct n'étant pas introduit par une préposition, il ne peut pas être représenté par dont, mais plutôt par le pronom que :

Une famille que l'on jugeait respectable.
[On jugeait cette famille respectable.]

Il fallait écrire :

[...] la modeste demeure où elle habite avec son mari. Un homme que la boisson rend violent.

Line Gingras
Québec

« Les femmes se lèvent peu à peu » : http://www.cyberpresse.ca/la-tribune/201104/26/01-4393489-les-femmes-se-levent-peu-a-peu.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_la-tribune-au-perou_236644_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 19:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 avril 2011

Par exemples, comme par exemples

Par exemples, par exemple; comme par exemples, comme par exemple.

  • Selon lui, une telle mesure présentait un danger psychologique pour un enfant souffrant tout au plus de difficultés d'adaptation car il pouvait susciter de la colère, de la révolte, de l'anxiété, un sentiment d'exclusion, du rejet et de l'humiliation.
    (Nancy Massicotte, dans Le Nouvelliste du 27 avril 2011.)

C'est la mesure qui pouvait susciter de la colère..., selon le témoin expert :

... car elle pouvait susciter de la colère...

  • « Comme il avait une belle relation de confiance avec sa famille et qu'il était respectueux de l'autorité, il s'est retrouvé coincé et exclus. Il a même cru que cette mesure avait été mise en place parce qu'il n'avait pas d'amis », a expliqué le Dr Gauthier.

Au singulier, on écrit inclus parce que le féminin est incluse, mais exclu parce que le féminin est exclue.

  • L'enseignante soutient avoir mis en place plusieurs méthodes alternatives pour tenter de corriger le comportement de l'enfant et faciliter sa concentration comme par exemples un système de feux de circulation et des récompenses.

Exemple ne prend jamais la marque du pluriel dans la locution adverbiale par exemple :

Planter des fleurs vivaces, par exemple du muguet, des delphiniums. (Multidictionnaire.)

Prenez un dictionnaire, par exemple Bescherelle ou Littré, vous verrez que... (Hanse-Blampain.)

Le Colin et le Girodet déconseillent de faire précéder cette locution de comme ou de ainsi, ce qui crée un pléonasme; Hanse fait observer que l'emploi de comme, devant la locution par exemple, est « courant, bien qu'inutile ». On aurait pu écrire :

L'enseignante soutient avoir mis en place plusieurs méthodes alternatives pour tenter de corriger le comportement de l'enfant et faciliter sa concentration, comme par exemple un système de feux de circulation et des récompenses.

L'enseignante soutient avoir mis en place plusieurs méthodes alternatives pour tenter de corriger le comportement de l'enfant et faciliter sa concentration, comme par exemple un système de feux de circulation et des récompenses.

Line Gingras
Québec

« "L'aire de retrait, une mesure non appropriée" » : http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/faits-divers/201104/27/01-4393688-laire-de-retrait-une-mesure-non-appropriee.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_faits-divers_1314375_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 19:16 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 avril 2011

En soit

En soi, en soit; orthographe.

  • Pour Londres, la dizaine de personnes dépêchées auprès du Conseil national transitoire libyen sont des « conseillers »; pour Rome, il s'agit « d'instructeurs militaires »; pour Paris, d'« officiers de liaison. »
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 23 avril 2011.)

La préposition de, abrégée en d', ne fait pas partie de l'appellation à mettre entre guillemets.

Le point final doit se placer à l'extérieur des guillemets lorsque ceux-ci n'encadrent pas une phrase complète :

Pour Londres, la dizaine de personnes dépêchées auprès du Conseil national transitoire libyen sont des « conseillers »; pour Rome, il s'agit d'« instructeurs militaires »; pour Paris, d'« officiers de liaison ».

  • En soit, ces distinguos sémantiques en disent long sur le malaise ou la difficulté qu'éprouvent les autorités concernées [...]

Nous n'avons pas affaire à un adverbe, à une conjonction ni au verbe être à la troisième personne du singulier du subjonctif présent, mais au pronom personnel réfléchi soi :

Ce n'est pas la douleur en soi qui rachète, mais la douleur acceptée. (Mauriac, dans le Petit Robert.)

La vertu est aimable en soi. (Lexis.)

Les choses belles en soi. (Hanse et Blampain.)

Tout jugement porte en soi le témoignage de notre faiblesse. (Gide, dans le Colin.)

L'œuvre de ce poète est en soi assez ordinaire, mais elle annonce une esthétique nouvelle. (Girodet, à l'article « lui ».)

Il y a là, sans doute, un phénomène remarquable en soi. (Ozanam, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

En soi, ces distinguos sémantiques en disent long sur le malaise ou la difficulté qu'éprouvent les autorités concernées [...]

Line Gingras
Québec

« Conflit libyen – Prise 2 » : http://www.ledevoir.com/international/afrique/321821/conflit-libyen-prise-2

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 06:20 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 25 avril 2011

La perception qu'avait eu le principal témoin

  • Contrairement à la perception qu'avait eu le principal témoin de l'événement, les enfants ne sont jamais montés à bord de son véhicule.
    (Paule Vermot-Desroches, dans Le Nouvelliste du 21 avril 2011.)

Ce n'est pas la perception qui avait eu un témoin, mais le témoin qui avait eu une perception. Le participe passé, employé avec l'auxiliaire avoir, doit s'accorder avec le complément d'objet direct, perception, celui-ci étant placé devant le verbe :

Contrairement à la perception qu'avait eue le principal témoin de l'événement, les enfants ne sont jamais montés à bord de son véhicule.

Line Gingras
Québec

« Enfants en fuite : la garderie fermée temporairement » : http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/faits-divers/201104/21/01-4392028-enfants-en-fuite-la-garderie-fermee-temporairement.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_meme_auteur_4389689_article_POS4

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 16:26 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 24 avril 2011

Il appelait les troupes libérales de ne pas céder à la peur

  • M. Rae et le chef libéral Michael Ignatieff ont eux aussi dénoncé les actes de vandalisme. Ils les ont décrit comme une forme d'intimidation inacceptable dans le cadre d'une campagne électorale.
    (Malorie Beauchemin, dans La Presse du 24 avril 2011.)

Comme il n'y a qu'un chef libéral, son nom est un élément accessoire et doit figurer entre virgules.

Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si celui-ci précède le verbe. Ils ont décrit quoi? les actes de vandalisme :

M. Rae et le chef libéral, Michael Ignatieff, ont eux aussi dénoncé les actes de vandalisme. Ils les ont décrits comme une forme d'intimidation inacceptable dans le cadre d'une campagne électorale.

  • M. Rae a indiqué qu'il ne voulait toutefois faire tout un plat avec ces incidents et qu'il appelait les troupes libérales à poursuivre leur travail et de ne surtout pas céder à la peur.

M. Rae a indiqué qu'il ne voulait toutefois pas faire tout un plat avec ces incidents et qu'il appelait les troupes libérales à poursuivre leur travail et à ne surtout pas céder à la peur.

Line Gingras
Québec

« Harper dénonce le vandalisme » : http://www.cyberpresse.ca/actualites/elections-federales/201104/24/01-4392984-harper-denonce-le-vandalisme.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_elections-federales_1470245_accueil_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 23:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 23 avril 2011

Un travail sous-terrain

Sous-terrain, souterrain; orthographe.

  • Les déclarations officielles, comme celles prononcées par M. Harper hier dans le but de limiter les dégâts, auraient donc bien peu de poids à côté d'un travail sous-terrain de grande importance, mené avec une persistance hors du commun.
    (Marie-Andrée Chouinard, dans Le Devoir du 22 avril 2011.)

L'adjectif, comme le nom, s'écrit souterrain :

Des manœuvres souterraines. (Petit Robert.)

Les architectes de labyrinthes souterrains. (Yourcenar, dans le Lexis.)

Le marché souterrain de la drogue. (Multidictionnaire.)

Je voudrais montrer dans mon livre la progression pour ainsi dire souterraine de l'idée du crime chez Éliane. Elle se croyait douce et bonne, et elle découvre peu à peu qu'elle est violente et injuste. (Green, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Line Gingras
Québec

« Élections fédérales – Jeu de patience » : http://www.ledevoir.com/politique/elections-2011/321663/elections-federales-jeu-de-patience

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 00:26 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 22 avril 2011

La mère de Guy Turcotte et des policiers

  • La défense a indiqué qu'elle allait contester les propos rapportés par l'ambulancier lors de son témoignage.

    La veille, c'était à la mère de Guy Turcotte et des policiers de témoigner.
    (Site de Radio-Canada, 20 avril 2011.)

S'il fallait que la mère de l'accusé soit aussi la mère des policiers...

On voulait dire :

La veille, c'était à la mère de Guy Turcotte et aux policiers de témoigner.

Line Gingras
Québec

« Procès de Guy Turcotte : Un ambulancier raconte les aveux de l'accusé » : http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2011/04/20/006-proces-guy-turcotte-mercredi.shtml

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 21 avril 2011

Introuvable

  • Un Martien syntonisant cette chaîne lundi n'aurait jamais su que le Canada est en pleine campagne électorale ni même que le Canada est un pays distinct des États-Unis. Quant à un Martien d'origine québécoise, il aurait beau chercher la preuve de l'existence du Québec, il ne l'aurait pas trouvé.
    (Nathalie Petrowski, dans La Presse du 20 avril 2011.)

Je ne vois pas pour quelle raison un Martien d'origine québécoise aurait besoin qu'on lui prouve l'existence du Québec, mais bon, je dois manquer d'imagination. Quoi qu'il en soit, c'est bien une preuve qu'il aurait cherchée, et n'aurait pas trouvée :

Quant à un Martien d'origine québécoise, il aurait eu beau chercher la preuve de l'existence du Québec, il ne l'aurait pas trouvée.

Un Martien d'origine québécoise... Ça fait rêver tout de même, non?

Line Gingras
Québec

« Rien de neuf sous le soleil de Sun TV » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/nathalie-petrowski/201104/20/01-4391618-rien-de-neuf-sous-le-soleil-de-sun-tv.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_nathalie-petrowski_3279_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Posté par Choubine à 04:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]