Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 3 décembre 2010

Obliger le citoyen à devoir se noyer

  • On peut aussi se demander ce qu'il y a de démocratique à obliger le citoyen ordinaire, pour comprendre le monde qui l'entoure, à devoir se noyer sans 250 000 pages de câbles diplomatiques dont la seule lecture, à 30 secondes par page, exigerait une année entière.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 3 décembre 2010.)

Il y a une obligation ou un devoir de trop dans l'action d'obliger à devoir faire quelque chose. Par ailleurs, je ne vois pas comment l'on peut arriver à comprendre quoi que ce soit si l'on se noie – autrement dit si l'on se perd (Petit Robert) – dans sa lecture. Je suggérerais :

On peut aussi se demander ce qu'il y a de démocratique à obliger le citoyen ordinaire, pour comprendre le monde qui l'entoure, à devoir se plonger dans 250 000 pages de câbles diplomatiques...

Line Gingras
Québec

« L'appel du vide » : http://www.ledevoir.com/international/europe/312263/l-appel-du-vide

Posté par Choubine à 03:04 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]