Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 2 septembre 2010

Le pays voisin au leur

Voisin à, voisin de; préposition; grammaire française; syntaxe du français.

  • Comme tous les réfugiés du monde, ils frappent d'abord à la porte du pays voisin au leur...
    (Josée Boileau, dans Le Devoir du 19 août 2010.)

Le Hanse-Blampain fait observer que l'adjectif voisin « ne se construit plus avec à ». De fait, d'après les exemples que j'ai vus dans les dictionnaires, le complément de voisin est toujours introduit au moyen de la préposition de :

Les régions voisines de l'équateur. (Petit Robert.)

La rue voisine de la mienne. (Hanse-Blampain.)

Je suis voisin d'un original. (Hanse-Blampain.)

Un champ voisin de la route. (Lexis.)

Il se trouva seul, les soldats les plus voisins de lui étaient éloignés de cent pas. (Stendhal, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

L'hiver venu, elle [la mer] restitue ces chaleurs, ce qui assure aux régions voisines des océans une température moyenne. (Verne, dans le Trésor.)

À la terrasse d'un café proche, une femme était seule à une table. Quelconque, mais jeune. Il s'installa à la table voisine de la sienne. (Montherlant, dans le Trésor.)

Il fallait écrire :

Comme tous les réfugiés du monde, ils frappent d'abord à la porte du pays voisin du leur...

Line Gingras
Québec

« Réfugiés tamouls – La fausse invasion » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/294568/refugies-tamouls-la-fausse-invasion

Posté par Choubine à 05:04 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Juste dire merci

    J'ignore si vous recevez souvent des commentaires. Personnellement, je consulte vos recommandations dans mon agrégateur de fils RSS et je ne suis jamais informé des commentaires laissés sur votre blogue. Je souhaite tout de même vous remercier. Vos billets suscitent toujours ma curiosité et sont une source régulière d'apprentissage.

    Posté par pgiroux, jeudi 2 septembre 2010 à 12:54
  • Vous êtes trop gentil! Je reçois relativement peu de commentaires : beaucoup de gens ont peur, je crois... Et pourtant, si quelqu'un doit avoir peur de cliquer sur «Envoyer», c'est bien moi!

    L'important, c'est d'avoir la conviction de faire oeuvre utile. Des commentaires comme le vôtre me sont un encouragement très précieux; merci!

    Posté par Choubine, jeudi 2 septembre 2010 à 17:03

Poster un commentaire