Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 16 août 2010

Elle se passionne de l'époque victorienne

Se passionner de quelque chose; se passionner pour quelque chose; grammaire française; syntaxe du français.

  • Il faut dire que Sarah Waters, dans des romans précédents, s'est passionnée de l'époque victorienne...
    (Caroline Montpetit, dans Le Devoir du 14 août 2010.)

L'adjectif passionné peut être suivi d'un complément introduit par la préposition de :

Elle est passionnée de musique. (Petit Robert.)

Une personne passionnée de cinéma. (Multidictionnaire.)

Marie-Éva de Villers fait cependant observer que le verbe pronominal se passionner « se construit toujours avec la préposition pour » :

Se passionner pour une science. (Petit Robert.)

Il se passionne pour l'astronomie. (Multidictionnaire.)

Se passionner pour l'histoire. (Hanse-Blampain.)

Il se passionnait pour les courses de chevaux. (Lexis.)

Ne vous passionnez pas pour une affaire sans importance. (Lexis.)

Il se passionnait pour l'égalité des hommes, pour les idées modernes, pour les revendications des pauvres, des écrasés, des souffrants. (Maupassant, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Le Trésor signale la construction se passionner de quelque chose, mais il la donne pour vieillie. Montaigne l'a employée.

Le passage à l'étude aurait dû se lire :

Il faut dire que Sarah Waters, dans des romans précédents, s'est passionnée pour l'époque victorienne...

Line Gingras
Québec

« Fantômes, folie et vieille campagne anglaise » : http://www.ledevoir.com/culture/livres/294319/fantomes-folie-et-vieille-campagne-anglaise

Posté par Choubine à 03:42 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Dépendance

    Mais que deviendriez-vous sans Le Devoir, cette réserve inépuisable?
    Et, nous, vos "accros", promis au manque le plus douloureux?

    Posté par Sceptique., lundi 16 août 2010 à 05:01
  • En fait, ce serait plus facile (souvent trop facile) de trouver des fautes ailleurs. Mais les articles du «Devoir» sont toujours bien écrits, en dépit des erreurs qui s'y glissent parfois, et comme je ne suis pas masochiste...

    Posté par Choubine, lundi 16 août 2010 à 05:14

Poster un commentaire