Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 30 juin 2010

Des prévisions prévoyant...

  • Le projet, qui inclut le presbytère, compte également la construction de logements destinés à des familles haïtiennes.

    Quant aux couvents québécois, dont la majorité sont également à vendre, ils appartiennent aux communautés religieuses, qui sont également en déclin. Celles-ci, qui regroupent pratiquement toujours des femmes, ont en effet fait faire des prévisions démographiques alarmantes prévoyant leur disparition à moyen terme. Les communautés doivent également assurer le soutien infirmier et hospitalier de leur population vieillissante. (Caroline Montpetit, dans Le Devoir du 28 juin 2010.)

Je suggérerais :

Le projet, qui inclut le presbytère, compte en outre la construction de logements destinés à des familles haïtiennes.

Quant aux couvents québécois, dont la majorité sont aussi à vendre, ils appartiennent aux communautés religieuses, qui sont également en déclin. Celles-ci, qui regroupent pratiquement toujours des femmes, ont fait établir, en effet, des prévisions démographiques alarmantes annonçant leur disparition à moyen terme. Les communautés doivent assurer, de plus, le soutien infirmier et hospitalier de leur population vieillissante.

Line Gingras
Québec

« L'entrevue – Vouloir sauver des églises sans se faire d'illusions » : http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/291688/l-entrevue-vouloir-sauver-des-eglises-sans-se-faire-d-illusions

Posté par Choubine à 10:27 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 29 juin 2010

Il y tenait temps

  • ... le sort veut que ce soit Stephen Harper qui ait la tâche de démontrer, dans ce contexte, que le G8 auquel il tenait temps a encore sa raison d'être. (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 26 juin 2010.)

Bien entendu, on a voulu écrire :

... le G8 auquel il tenait tant...

Cet exemple m'a été signalé par un ami lecteur, Willem Lebegge, pour qui les homophones sont une « source inépuisable de petits plaisirs ». N'est-ce pas qu'il a raison?

Line Gingras
Québec

« L'étape » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/291617/l-etape

Posté par Choubine à 04:54 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 28 juin 2010

Aucun comparatif possible

Comparatif ou comparaison.

  • Au final, les manifestations de Toronto n'auront pas atteint l'ampleur — ni en nombre, ni en dégâts — de celles du Sommet des Amériques de Québec, en 2001. Aucun comparatif possible non plus avec la rencontre de l'OMC à Seattle, en 1999. (Guillaume Bourgault-Côté, dans Le Devoir du 28 juin 2010.)

D'après ce que je vois dans le Petit Robert, le Lexis, le Multidictionnaire et le Trésor de la langue française informatisé, le nom masculin comparatif est uniquement un terme de grammaire : il s'agit du «second degré dans la signification des adjectifs et de certains adverbes» (Petit Robert); on parle du comparatif de supériorité (plus), d'égalité (aussi), d'infériorité (moins).

Rien ne s'oppose, me semble-t-il, à ce que l'on emploie simplement le mot comparaison dans la phrase à l'étude; il n'est utilisé nulle part ailleurs dans l'article :

Aucune comparaison possible non plus avec la rencontre de l'OMC à Seattle, en 1999.

Line Gingras
Québec

«Sécurité : trop cher pour rien, selon Sarkozy» : http://www.ledevoir.com/politique/canada/291690/securite-trop-cher-pour-rien-selon-sarkozy

Posté par Choubine à 02:47 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 27 juin 2010

Pas personne

  • En ce sens, la transaction n'étonnera pas personne. (Marc Antoine Godin, dans La Presse du 17 juin 2010.)

Le pronom personne ne s'emploie jamais avec pas (voir le Multidictionnaire ou le Hanse-Blampain) :

En ce sens, la transaction n'étonnera personne.

Line Gingras
Québec

« Halak prend le chemin de St-Louis »
(Cet article n'existe plus tel quel dans le site de Cyberpresse.)

Posté par Choubine à 03:25 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 26 juin 2010

Une voix juste comme un métronome

  • Le chanteur a 70 ans et il ne l'est fait pas. (Marc André Joanisse, dans Le Droit du 24 juin 2010.)

Le chanteur ne fait pas ses 70 ans. Il ne les fait pas.

  • On a toujours apprécié Smokey Robinson pour la douceur et la délicatesse de sa voix. Une voix juste comme un métronome et avec des intonations s'apparentant à celle de Michael Jackson...

Euh... Une voix juste comme un diapason, peut-être? (Un métronome sert à marquer la mesure.)

J'aurai sans doute l'occasion de revenir sur cet article.

Line Gingras
Québec

« Généreux, et à la hauteur de son immense talent » : http://www.cyberpresse.ca/le-droit/arts/201006/24/01-4293040-genereux-et-a-la-hauteur-de-son-immense-talent.php

Posté par Choubine à 05:38 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 25 juin 2010

Le féminin serait-il une tare?

  • Certaines personnes ont évacué les immeubles où ils se trouvaient, entre autres à Ottawa. (PC, dans Le Devoir du 23 juin 2010.)

Personnes est un nom féminin :

Certaines personnes ont évacué les immeubles où elles se trouvaient, entre autres à Ottawa.

Line Gingras
Québec

« Un séisme de 5,0 est enregistré en Outaouais et est ressenti dans l'est du pays » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/291467/un-seisme-de-5-0-est-enregistre-en-outaouais-et-est-ressenti-dans-l-est-du-pays

Posté par Choubine à 07:53 - Langue et traduction - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 24 juin 2010

Ce n'était qu'un début

  • Le concert a débuté un peu après 21h dans une chaleur de canicule et c’est avec la bien nommée Mets un peu de soleil dans nos vies de Gilles Valiquette que tout a débuté. (Isabelle Porter dans le site du Devoir, le 24 juin 2010.)

Je suggérerais :

Le concert a débuté un peu après 21 h, dans une chaleur de canicule, avec la bien nommée Mets un peu de soleil dans nos vies, de Gilles Valiquette.

Line Gingras
Québec

« Sur les Plaines d'Abraham, la fête de notre "génie créatif" » : http://www.ledevoir.com/culture/musique/291468/sur-les-plaines-d-abraham-la-fete-de-notre-genie-creatif

Posté par Choubine à 06:31 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 23 juin 2010

Il était une chanson

  • Redisons donc que ce Gens du pays qui est à nous, juste à nous, et que nous chanterons ce soir, est vraiment un cadeau précieux. Et que le poète qui nous l'offre et nous la laisse mérite d'être salué bien bas. (Josée Boileau, dans Le Devoir du 23 juin 2010.)

Le pronom personnel la devrait renvoyer à un féminin; mais celui-ci n'existe que dans la tête, un peu comme le pays de la chanson de Vigneault. Pour remplacer «ce Gens du pays» ou «un cadeau précieux», le masculin s'impose :

... le poète qui nous l'offre et nous le laisse mérite d'être salué bien bas.

Line Gingras
Québec

«Fête nationale – Le poète» : http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/291407/fete-nationale-le-poete

Posté par Choubine à 06:30 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 22 juin 2010

L'une des tentacules du Parti

Une tentacule, un tentacule; la tentacule, le tentacule; genre de tentacule; tentacule, masculin ou féminin.

  • ... dans ce pays où le droit de grève n'existe pas et où les syndicats, loin de défendre les ouvriers, ne sont que l'une des tentacules du Parti... (Lysiane Gagnon, dans La Presse du 19 juin 2010.)

D'après le Petit Robert, le Lexis, le Trésor de la langue française informatisé, le Multidictionnaire et le Hanse-Blampain, tentacule est un nom masculin :

Les tentacules visqueux de la pieuvre. (Multidictionnaire.)

Le Trésor fait observer que beaucoup d'auteurs considèrent ce mot comme féminin; il convient cependant d'écrire :

... les syndicats, loin de défendre les ouvriers, ne sont que l'un des tentacules du Parti...

Line Gingras
Québec

« La révolte des fourmis » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/lysiane-gagnon/201006/17/01-4291080-la-revolte-des-fourmis.php

Posté par Choubine à 10:07 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 21 juin 2010

À petits feux

À petits feux ou à petit feu.

  • Ils adorent la nature, mais leur mode de vie la tue à petits feux. (Gil Courtemanche, dans Le Devoir du 19 juin 2010.)

Le Petit Robert, le Lexis, le Multidictionnaire et le Trésor de la langue française informatisé, consultés à l'article « feu », donnent seulement la graphie à petit feu :

Le chagrin le fait mourir à petit feu. (Petit Robert.)

C'est toi, Louis! ton dîner est tout prêt dans la cuisine, mon enfant. J'ai laissé la soupe à petit feu. (Duhamel, dans le Trésor.)

Alors, c'est cela, je me laisserai mourir à petit feu, élégamment, au milieu de mes amis pâles d'émoi. (Miomandre, dans le Trésor.)

J'écrirais donc :

Ils adorent la nature, mais leur mode de vie la tue à petit feu.

* * * * *

  • Il faut dire qu'en Louisiane ou au Mississippi, chaque famille de pêcheur à une belle-famille qui travaille dans le pétrole.

À mon avis, on a voulu parler de familles entières ou presque : pour chaque famille de pêcheurs, une autre travaille dans le pétrole.

* * * * *

  • Ce sont les victimes de la marée noire qui montent les premiers aux barricades...

Ce sont les victimes de la marée noire qui montent les premières aux barricades...

Line Gingras
Québec

« Un romancier américain » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/291215/un-romancier-americain

Posté par Choubine à 03:50 - Langue et traduction - Commentaires [3] - Permalien [#]