Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 17 juin 2010

Le juge s'est interrogé à savoir est-ce que...

  • Le juge s'est interrogé à savoir comment on peut admirer la fidélité de quelqu'un alors que l'on dit entretenir une relation extra-maritale avec lui. (Guy Benjamin, dans Le Soleil du 15 juin 2010.)

La construction s'interroger à savoir ne me semble pas très heureuse. Je suggérerais :

Le juge s'est demandé comment on peut admirer la fidélité de quelqu'un alors que l'on dit entretenir une relation extramaritale avec lui. (Cette formulation doit cependant être écartée, dans le cas présent, pour éviter une répétition. Voir la deuxième phrase à l'étude, ci-dessous.)

Le juge a mis en doute que l'on puisse admirer la fidélité de quelqu'un alors que l'on dit entretenir une relation extramaritale avec lui.

Le juge a mis en doute que l'on puisse admirer la fidélité d'une personne avec qui l'on dit entretenir une relation extramaritale.

  • Le juge Lemieux s'est interrogé à savoir si les gestes sont vraiment arrivés, ou est-ce qu'il aurait aimé qu'ils se passent, en parlant du jeune homme.

Le juge s'est interrogé à savoir est-ce que...? Le juge s'est interrogé est-ce que...? Il y aurait avantage à reformuler :

Le juge Lemieux s'est demandé si les gestes ont vraiment été posés ou si le jeune homme aurait* seulement aimé qu'ils le soient.

* Comme le font observer Hanse et Blampain, on peut employer le conditionnel après si introduisant une interrogation indirecte.

* * * * *

  • Ce procès de 10 jours a permis d'en apprendre sur les relations tendues entre certains profs de l'école, et des liens entre profs et élèves.

Ce procès de 10 jours a permis d'en apprendre sur les relations tendues entre certains profs de l'école, et sur les liens entre profs et élèves.

* * * * *

  • L'adolescent s'est aussi retrouvé au lit au domicile d'un autre professeur « qui lui aurait tordu la tétine », selon les propos rapportés devant le tribunal.

Je présume que l'adolescent s'est retrouvé dans le lit d'un autre professeur.

Line Gingras
Québec

« Agression sexuelle sur un élève : un prof acquitté pour doute raisonnable » : http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/201006/14/01-4289995-agression-sexuelle-sur-un-eleve-un-prof-acquitte-pour-doute-raisonnable.php

Posté par Choubine à 05:20 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [4] - Permalien [#]