Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 28 avril 2010

Du vent!

« En Vent Maintenant », voilà ce que je viens de lire dans une publicité de la compagnie Dell. (Site du Devoir, 28 avril 2010.)

Posté par Choubine à 21:34 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 23 avril 2010

Cela ne suffit pas

  • Saupoudrer ici et là les mots « savoirs » et « savoir-faire » ne suffisent pas, estime pour sa part la présidente de l'Alliance des professeurs de Montréal, Nathalie Morel... (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 19 avril 2010.)

Ce ne sont pas les mots qui ne suffisent pas, d'après la construction de la phrase, mais le fait de les saupoudrer ici et là :

Saupoudrer ici et là les mots « savoirs » et « savoir-faire » ne suffit pas...

On écrirait par contre :

Saupoudrés ici et là, les mots « savoirs » et « savoir-faire » ne suffisent pas.

Line Gingras
Québec

« Retour au bulletin unique à l'école » : http://www.ledevoir.com/societe/education/287269/retour-au-bulletin-unique-a-l-ecole

Posté par Choubine à 05:10 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 22 avril 2010

Il y a des moments...

  • ... il y a ce chapitre dans lequel je mentionne mes moments d'intimité avec un prêtre au moment de mes études classiques. J'étais à l'époque en externat au collège Brébeuf.

    Il est évident que lors de la parution du bouquin, les médias se sont emparés de ce passage que j'ai refusé de commenter... (Michel Girouard, chroniqueur artistique, dans Le Devoir du 25 mars 2010.)

Je proposerais, en apportant les autres changements qu'entraîne la correction :

... il y a ce chapitre dans lequel je mentionne mes moments d'intimité avec un prêtre à l'époque de mes études classiques. J'étais alors en externat au collège Brébeuf.

Il est évident qu'à la parution du bouquin, les médias se sont emparés de ce passage que j'ai refusé de commenter...

Line Gingras
Québec

« Libre opinion – Amoureux d'un prêtre » : http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/285636/libre-opinion-amoureux-d-un-pretre

Posté par Choubine à 03:38 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 19 avril 2010

Comprendre grâce à la compréhension

  • Et c'est cela que Margaret Thatcher avait compris, selon lui, grâce à une compréhension fine de la « nature humaine ». (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 29 mars 2010.)

Et c'est cela que Margaret Thatcher avait saisi...

Line Gingras
Québec

« L'entrevue – La nostalgie des années Thatcher » : http://www.ledevoir.com/international/europe/285972/l-entrevue-la-nostalgie-des-annees-thatcher

Posté par Choubine à 02:43 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 18 avril 2010

La neutralité : l'être ou faire semblant de l'être

  • Qu'on exige la neutralité de l'État est une chose, mais qu'on oblige les personnes qui y travaillent à faire semblant de l'être, c'est hypocrite et abusif. (Raymond Gravel, prêtre, dans Le Devoir du 19 mars 2010.)

Je dirais plutôt que c'est grammaticalement incorrect : on ne peut pas être ni faire semblant d'être la neutralité. Comment résoudre le problème sans alourdir la phrase? Je proposerais :

Exiger la neutralité de l'État est une chose, mais obliger les personnes qui travaillent pour lui à faire semblant d'incarner cette qualité, c'est hypocrite et abusif.

Exiger de l'État qu'il soit neutre est une chose, mais obliger les personnes qui travaillent pour lui à faire semblant de l'être, c'est hypocrite et abusif.

Line Gingras
Québec

« Libre opinion – Le costume religieux : un signe subversif? » : http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/285218/libre-opinion-le-costume-religieux-un-signe-subversif

Posté par Choubine à 01:16 - Langue et traduction - Commentaires [3] - Permalien [#]

samedi 17 avril 2010

Pas une ne se ressemblerait

Se ressembler.

  • Chaque personne sur place était si isolée dans sa propre terreur pendant l'interminable minute de 16 h 53 que chacune pourrait en faire le récit seconde par seconde, et pas une ne se ressemblerait. Je peux seulement vous dire que la description du séisme par Dany est terriblement juste... (Chantal Guy, dans La Presse du 26 mars 2010.)

Étant donné le début de la phrase, on croirait que ce seraient les récits qui différeraient les uns des autres. Mais bon, chaque seconde a été vécue, sans doute, avec une intensité inimaginable, et se distinguerait donc... de chacune des autres, non? Et non pas d'elle-même :

... et pas deux ne se ressembleraient.

Cette formulation pourrait aussi renvoyer aux différents récits, bien entendu.

Line Gingras
Québec

« Un séisme, un livre » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/chantal-guy/201003/26/01-4264485-un-seisme-un-livre.php

Posté par Choubine à 00:55 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 16 avril 2010

Qu'elle est cette deuxième avenue

Qu'elle ou quelle; adjectif interrogatif; grammaire; orthographe.

  • «... nous voulions trouver le bon chemin et nous croyons avoir trouvé une deuxième avenue qui permettrait de sauvegarder la Corporation et les bâtiments.»

    Il refuse de préciser qu'elle est cette «deuxième avenue», mais avoue que ses avocats... (Stéphane Baillargeon, dans Le Devoir du 2 avril 2010.)

On écrirait :

Il est venu avec une femme qu'il nous a présentée comme une spécialiste de Cicéron. Il a omis de préciser qu'elle était sa mère.

Dans cet exemple, elle remplace femme, évidemment.

Dans la phrase à l'étude, toutefois, elle ne remplace rien, parce que le pronom personnel est employé à tort : il fallait plutôt l'adjectif interrogatif quelle, étant donné que l'on se demande quelle est cette «deuxième avenue», dont la nature n'a pas été précisée.

Line Gingras
Québec

«Oka : le maire veut l'abbaye» : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/286235/oka-le-maire-veut-l-abbaye

Posté par Choubine à 03:57 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 11 avril 2010

Qu'est-ce qui est lié?

  • « Dans un pays aussi dégradé qu'Haïti, les enjeux entourant les interventions d'aide humanitaire et celles de l'aide au développement sont étroitement liées. » (Yolette Étienne citée par Étienne Côté-Paluck, dans Le Devoir du 11 avril 2010.)

Qu'est-ce qui est lié? Les enjeux qui entourent deux types d'interventions :

... les enjeux [...] sont étroitement liés.

Line Gingras
Québec

« Haïti, trois mois après le séisme – Retrouver confiance et dignité » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/286755/haiti-trois-mois-apres-le-seisme-retrouver-confiance-et-dignite

Posté par Choubine à 05:59 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 9 avril 2010

L'Arche d'Alliance

Ensemble vocal André Martin; EVAM; chant choral; Québec; L'Arche d'Alliance.

C'est une relation souvent tumultueuse mais toujours victorieuse, celle d'un peuple avec son Dieu, que l'Ensemble vocal André Martin a choisi d'évoquer le dimanche 2 mai, en matinée.

Avec Noé, avec Moïse puis avec chaque être humain, Yahvé établit son Alliance et la renouvelle, lui dont l'amour et la fidélité sont infinis et viennent à bout de toutes les peurs, de toutes les rébellions, de toutes les trahisons.

Pour exprimer cette générosité et cette confiance passionnées, où l'union entre époux trouve sa consécration, nous ferons appel à des compositeurs de différentes époques : de Byrd à Bruckner, de Morales à Mendelssohn, de Schütz à Schubert, ils témoignent de la grandeur de Dieu, de la protection qu'il accorde à son peuple et de la joie de s'abandonner à lui.

L'Arche d'Alliance
Sa fidélité s'étend d'âge en âge...
Ensemble vocal André Martin
Avec Sylvain Doyon à l'orgue
Dimanche 2 mai à 14 h
Oratoire Saint-Joseph
560, chemin Sainte-Foy
Québec

Posté par Choubine à 20:39 - Chant choral - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 2 avril 2010

Tout le reste, y compris les détails, se dégustent...

  • Et bien sûr, tout le reste, y compris les détails, se dégustent avec une grande délectation. (Fabien Deglise dans Sismographe, 1er avril 2010.)

Le syntagme y compris les détails, entre virgules, est un élément accessoire : on pourrait supprimer cette sorte de parenthèse sans rien changer au sens de la phrase. Le verbe a donc un seul sujet :

Et bien sûr, tout le reste, y compris les détails, se déguste avec une grande délectation.

* * * * *

  • ... certain poisson d’avril médiatiques sont certainement plus percutants que d’autres.

Des poissons d'avril peuvent-ils être percutants? Je ne sais, mais le pluriel s'impose..., de même qu'une relecture.

Line Gingras
Québec

« Jean Charest démissionne : la palme du meilleur poisson d'avril cuvée 2010 » : http://carnetsdudevoir.com/index.php/sismographe/textes/jean_charest_demissionne_la_palme_du_meilleur_poisson_davril_cuvee_2010/

Posté par Choubine à 04:50 - Langue et traduction - Commentaires [3] - Permalien [#]