Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

28 février 2010

Comme quoi il n'exclue pas l'ouverture

Il exclue ou il exclut; elle exclue ou elle exclut; comme quoi + indicatif ou subjonctif; grammaire française; orthographe.

  • Comme quoi le respect rigoureux de la laïcité n'exclue pas l'ouverture. (Christian Rioux, dans Le Devoir du 19 février 2010.)

Le verbe exclure fait qu'il exclue au présent du subjonctif, mais il exclut au présent de l'indicatif :

La confiance n'exclut pas le contrôle. (Petit Robert.)

Quant à l'expression comme quoi, elle signifie « ce qui prouve que », et appelle donc l'indicatif :

Comme quoi on n'est jamais assez prudent. (Hanse et Blampain.)

Il fallait écrire :

Comme quoi le respect rigoureux de la laïcité n'exclut pas l'ouverture.

Line Gingras
Québec

« Les écoles juives en France » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/283408/les-ecoles-juives-en-france

Posté par Choubine à 03:52 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 février 2010

Différent que – D'une couleur différente que la première

Différent que, différent de; différente que, différente de; grammaire française; syntaxe du français.

  • Lindsey Vonn a récolté sa deuxième médaille des Jeux olympiques de Vancouver, samedi, lors du super-G féminin – mais de couleur différente que la première. (PC, dans Le Devoir du 20 février 2010.)

D'après le Hanse-Blampain, différent se construit avec de, et non que. Tous les exemples relevés dans les dictionnaires confirment cet avis :

Ses idées sont bien différentes des vôtres. (Petit Robert.)

Une situation différente d'une autre, de celle qu'on a connue. (Hanse et Blampain.)

Il prit un chemin différent de celui où s'était engagée Mariette. (Vailland, dans le Lexis.)

Les mœurs du chat sont différentes de celles du chien. (Lexis.)

Le bonheur humble, si différent du luxe. (Barrès, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Je proposerais d'écrire :

... mais d'une couleur différente de la première.
... mais d'une autre couleur que la première.

Line Gingras
Québec

« Autre médaille pour Lindsey Vonn » : http://www.ledevoir.com/sports/jeux-olympiques/283561/autre-medaille-pour-lindsey-vonn

Posté par Choubine à 02:33 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 février 2010

Une précision qui aurait parue impertinente

Elle a parue impertinente; elle avait parue impertinente; qu'elle ait parue impertinente; elle aurait parue impertinente; grammaire française; orthographe.

  • D'ailleurs, le cardinal Jean-Claude Turcotte a spontanément comparé la sainteté à une médaille d'or hier — une précision qui aurait parue impertinente, dans tous les sens du terme, il y a 25 ans. (Josée Boileau, dans Le Devoir du 20 février 2010.)

Je lis dans le Multidictionnaire et dans le Hanse-Blampain que le verbe paraître, au sens de sembler, s'utilise aujourd'hui avec l'auxiliaire avoir. Fort bien, mais le participe passé doit s'accorder en conséquence : non pas avec le sujet du verbe, mais avec le complément d'objet direct, s'il précède le verbe. Or, paraître est un verbe intransitif; c'est dire qu'il n'a jamais de complément d'objet direct (impertinente, adjectif, est attribut du sujet). Il fallait donc laisser le participe invariable :

... une précision qui aurait paru impertinente...

Line Gingras
Québec

« Canonisation du frère André – Perte de sens » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/283515/canonisation-du-frere-andre-perte-de-sens

    Posté par Choubine à 04:38 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

    25 février 2010

    Faciliter d'être, faciliter de faire

    Faciliter de faire; faciliter d'être; faciliter à quelqu'un de faire; faciliter à quelqu'un d'être; faciliter de + infinitif; faciliter à quelqu'un de + infinitif; syntaxe du français.

    • À la rigueur, cela permettra aux jeunes hassidim de trouver du travail à l'extérieur des petites entreprises de leur communauté (les hassidim sont plutôt pauvres) et peut-être, aussi, de faciliter à ceux qui voudraient fuir la communauté d'être un peu mieux armés pour s'intégrer au vaste monde contemporain. (Lysiane Gagnon, dans La Presse du 23 février 2010.)

    On facilite la tâche à quelqu'un, on lui facilite la vie. Cependant, la construction faciliter (à quelqu'un) de faire ou d'être quelque chose n'est pas admise dans les dictionnaires généraux que j'ai sous la main (Petit Robert, Lexis, Trésor de la langue française informatisé); je ne l'ai pas trouvée non plus dans le Multidictionnaire. La chroniqueuse aurait pu écrire :

    À la rigueur, cela permettra aux jeunes hassidim de trouver du travail à l'extérieur des petites entreprises de leur communauté (les hassidim sont plutôt pauvres) et peut-être, aussi, de faciliter à ceux qui voudraient fuir la communauté d'être un peu mieux armés pour s'intégrer au vaste monde contemporain.

    Il suffisait d'enlever de faciliter.

    Line Gingras
    Québec

    « Si proches, si lointains » : http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/lysiane-gagnon/201002/23/01-954314-si-proches-si-lointains.php

    Posté par Choubine à 01:53 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

    22 février 2010

    Qu'on croit aux miracles ou non

    • Qu'on croit aux miracles ou non importe peu, selon Nathalie Dumas, rédactrice en chef de la revue L'Oratoire.
      (Amélie Daoust-Boisvert, dans Le Devoir du 20 février 2010.)

    Indicatif ou subjonctif?

    On n'écrirait pas : « Qu'on veut des miracles ou non importe peu », mais : « Qu'on veuille des miracles ou non importe peu ». Il faut le subjonctif :

    Qu'on croie aux miracles ou non importe peu...

    Line Gingras
    Québec

    « Un portier au royaume des saints » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/283541/un-portier-au-royaume-des-saints

    Posté par Choubine à 04:28 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]


    21 février 2010

    La mort prématurée du séparatisme, proclamé par Pierre Elliot Trudeau?

    Pierre Elliot Trudeau ou Pierre Elliott Trudeau.

    • Plusieurs fois, on a annoncé la mort prématurée du «séparatisme». Pierre Elliot Trudeau l'a même officiellement proclamé... quelques mois avant que le Parti québécois ne soit élu en 1976. (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 19 février 2010.)

    Aurait-on annoncé que le séparatisme était mort prématurément? Monsieur Descôteaux a voulu dire plutôt, je pense, que l'annonce de la mort du séparatisme s'était révélée prématurée :

    Plusieurs fois, on a annoncé prématurément la mort du «séparatisme».

    * * * * *

    D'après ce que je vois dans le Petit Robert des noms propres, dans le Petit Larousse illustré et dans un bon nombre de sites Internet qui me paraissent dignes de confiance, le nom de l'ancien premier ministre s'écrit Pierre Elliott Trudeau.

    * * * * *

    Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si ce dernier précède le verbe. Pierre Elliott Trudeau a proclamé quoi? Non pas le séparatisme, mais la mort du séparatisme : proclamée.

    Line Gingras
    Québec

    «Lucien Bouchard et la souveraineté - Sa deuxième démission» : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/283362/lucien-bouchard-et-la-souverainete-sa-deuxieme-demission#fin

    Posté par Choubine à 04:47 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

    20 février 2010

    Allez et ne pêchez plus

    Pêche, pèche; orthographe.

    • Ankur, qui ne pêche pas, lui non plus, par absence de bagou, est du Maharashtra... (Guy Taillefer, dans Le Devoir du 19 février 2010.)

    Le bagou (ou bagout) ne fait pas partie des qualités essentielles des pêcheurs :

    Ankur, qui ne pèche pas, lui non plus, par absence de bagou...

    • Créé au début des années 1980 à l'initiative du Département de français de l'Université de Madras (ex-Chennai), au Tamil Nadu, l'Association of Indian Teachers of French (AITF), qui dit compter quelque 600 membres...

    C'est l'Association of Indian Teachers of French qui a été créée au début des années 1980.

    Line Gingras
    Québec

    « Un ovni québécois passe à Pondichéry » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/283419/un-ovni-quebecois-passe-a-pondichery

    Posté par Choubine à 00:03 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

    19 février 2010

    Marre de boue

    Marre, mare; marre de boue, mare de boue; homonymes; homophones; orthographe.

    • L'intérieur de ce camp installé au Champ de Mars, l'esplanade au cœur de Port-au-Prince, était hier une marre de boue. (Mélissa Guillemette, dans Le Devoir du 12 février 2010.)

    On en a marre de cette mare de boue.

    Line Gingras
    Québec

    « Haïti dévasté - Le deuxième drame se prépare » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/282931/haiti-devaste-le-deuxieme-drame-se-prepare

    Posté par Choubine à 03:30 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

    16 février 2010

    Québecquois, Québecquoises!

    • Jean Dion, dans sa chronique « Hors Jeu », a une façon toute québecquoise de râler sur la météo. La suite à lire dans Le Devoir. (Le Monde.fr)

    J'aimerais signaler, d'abord, que la chronique de Jean Dion s'intitule Hors-Jeux (Jeux au pluriel, contrairement à la graphie normale, en raison des Jeux olympiques); ensuite, même si je trouve la faute incroyable, qu'il y a belle lurette que l'on écrit québécoise.

    Line Gingras
    Québec

    http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/02/14/vancouver-la-malediction-canadienne-n-est-pas-encore-levee_1305654_3242.html#ens_id=1290198

    Posté par Choubine à 05:05 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

    05 février 2010

    Ils se sont dit surpris

    Ils se sont dit surpris ou ils se sont dits surpris; elle s'est dit surprise ou elle s'est dite surprise; elles se sont dit surprises ou elles se sont dites surprises; se dire suivi d'un attribut du pronom réfléchi; accord du participe passé du verbe pronominal; grammaire française; orthographe d'accord.

    • Les médecins et les infirmières bénévoles se sont toutefois dit surpris, quotidiennement, par la capacité de guérison de certains patients. (Isabelle Audet, dans La Presse du 4 février 2010.)

    Je lis dans le Multidictionnaire que « le participe passé d'un verbe pronominal suivi d'un attribut du pronom réfléchi s'accorde en genre et en nombre avec le sujet ». Marie-Éva de Villers donne ces deux exemples :

    Elles se sont dites satisfaites.
    Ils se sont dits heureux.

    On écrit donc :

    Les infirmières se sont dites surprises.
    Les médecins et les infirmières bénévoles se sont toutefois dits surpris...

    Line Gingras
    Québec

    « "On ne comprenait pas comment nos patients vivaient" » : http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/seisme-en-haiti/201002/04/01-946344-on-ne-comprenait-pas-comment-nos-patients-vivaient.php

    Posté par Choubine à 06:50 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]


      1  2    Fin »