Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 16 septembre 2009

Ils se sont emparé de l'avion

Ils se sont emparé de; ils se sont emparés de; elles se sont emparé de; elles se sont emparées de; elle s'est emparé de; elle s'est emparée de; nous nous sommes emparé de; nous nous sommes emparés de; s'emparer de; accord du participe passé du verbe pronominal; verbe essentiellement pronominal; grammaire française; orthographe d'accord.

  • Des pirates de l'air se sont brièvement emparé d'un avion de ligne au moment de son atterrissage à Mexico... (AP.)

Lorsque le verbe pronominal a un complément d'objet direct, c'est avec ce complément, s'il est antéposé (c'est-à-dire placé devant le verbe), que s'accorde le participe passé :

Les blessures qu'ils se sont infligées vont mettre beaucoup de temps à guérir.

Ils se sont infligé des blessures qui vont mettre beaucoup de temps à guérir.

Ils se sont lavés à la rivière.

Ils se sont lavé les mains.

Mais s'emparer n'a jamais de complément d'objet direct : on ne s'empare pas quelque chose ni quelqu'un. Il faut par conséquent se demander si le pronom réfléchi est analysable séparément, ou s'il fait corps avec le verbe. Si le pronom se remplissait la fonction de complément indirect, le participe passé demeurerait invariable (en l'absence de complément d'objet direct antéposé) :

Ils se sont écrit tous les jours pendant des années.

Dans le cas du verbe s'emparer, toutefois, le pronom réfléchi ne s'analyse pas séparément – il est comme agglutiné au verbe; celui-ci n'existe d'ailleurs qu'à la forme pronominale. Le participe passé doit donc s'accorder avec le sujet :

Ils se sont emparés du marché européen. (Petit Robert.)

Les révolutionnaires se sont emparés de la personne du chef de l'État. (Lexis.)

Les rebelles se sont emparés de la station de radio. (Multidictionnaire.)

Les filles se sont emparées des meilleures places.

Il fallait écrire :

Des pirates de l'air se sont brièvement emparés d'un avion de ligne au moment de son atterrissage à Mexico...

Line Gingras
Québec

« Brève prise d'otages à bord d'un avion d'Aeromexico »  : http://web.ifrance.com/actu/monde/323000

Posté par Choubine à 07:13 - Langue et traduction - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Merci pour cette note hautement instructive ! C'est le genre de problème qu'il est parfois difficile de résoudre.

    Posté par Nitt, mercredi 16 septembre 2009 à 11:08
  • Il existe un truc tout simple pour savoir s'il faut accorder le participe employé avec un verbe pronominal... sauf qu'il ne fonctionne pas vraiment avec cet exemple.

    Comment savoir s'il faut écrire "Ils se sont vu" ou "Ils se sont vus", "Ils se sont plu" ou "Ils se sont plus"? Il suffit seulement de poser la question "qui?" ou "à qui?" après le verbe :

    1. Ils ont vu qui? (plutôt que "à qui?"), ce qui signifie qu'on accorde : "Ils se sont vus".

    2. Ils ont plu à qui? (plutôt que "qui?"), ce qui signifie qu'on n'accorde pas : "Ils se sont plu".

    Dans le cas cité par Line Gingras, par contre, il faudrait théoriquement demander "Ils ont emparé quoi?", sauf qu'on ne dira jamais cela en français puisque le verbe est toujours pronominal. D'où la difficulté additionnelle que pose cet exemple.

    M'enfin.

    Posté par Frédéric Demers, vendredi 18 septembre 2009 à 10:27
  • C'est vrai que ce n'est pas simple. Mais cet exemple me rassure quant à mon instinct en matière de grammaire, dans laquelle j'ai toujours été nulle mais j'avais 10/10 en dictée, grâce à cet instinct venu de mes lectures.

    Posté par Baïlili, vendredi 18 septembre 2009 à 19:08
  • salut,et merci pour votre aide.Je suis trés bon mais il faut toujours continuer à s'améliorer.

    Posté par Mamok31, vendredi 15 novembre 2013 à 11:00

Poster un commentaire