Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 28 mars 2009

Au vert bois, je m'en irai...

Ensemble vocal André Martin; EVAM; Le château aux longs rideaux dans l'eau; chant choral; concert à Québec.

Promenons-nous dans le bois..., dit une ronde enfantine. Dans un bois solitaire et sombre..., chante Mozart. Dans les allées ombreuses où l'on rencontre des fées malicieuses, des nymphes charmantes, de mélodieux rossignols, toutes les créatures ont l'esprit à la fête. Mais les jeux et les ris ont une fin; les danseuses dorment avant le jour; le temps fuit avec l'amour, qui nous a percé le cœur. Que reste-t-il alors des plaisirs envolés? Vienne la nuit consolatrice, nuit sereine qui fait naître les songes...

C'est à un voyage dans le monde du rêve et du merveilleux – et dans les sentiers de l'âme – que l'Ensemble vocal André Martin (EVAM) vous invite, le dimanche 19 avril à 14 h, si vous avez le bonheur de vous trouver à Québec. Nous partirons des bosquets riants et enchantés de l'Angleterre du dix-septième siècle, avec Henry Purcell, pour arriver au bal imaginaire où nous attend le pauvre Bozo de Félix Leclerc. Sur notre chemin, il y aura encore Britten, Gluck, Brahms, Mozart, Monteverdi, Rameau, Ravel... L'EVAM sera accompagné d'un petit ensemble instrumental.

Soyez des nôtres pour entendre les voix des muses, leur chant tour à tour joyeux et apaisant comme celui des étoiles.

Line Gingras

Le château aux longs rideaux dans l'eau
Le merveilleux en musique, depuis Purcell

Ensemble vocal André Martin
Accompagné d'un petit ensemble instrumental

Église Saint-Patrick (1145, av. de Salaberry, Québec)
Dimanche 19 avril 2009, 14 h
Entrée : 20 $

Posté par Choubine à 22:15 - Chant choral - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 27 mars 2009

Utilisation interdit

  • Les dirigeants du soccer anglais ont par la suite décrété que l'utilisation d'un iPod n'était interdit par aucun règlement... (Jean Dion.)

Qu'est-ce qui n'était pas interdit? L'utilisation d'un iPod*. Le participe passé doit s'accorder avec le noyau du groupe sujet :

... l'utilisation d'un iPod n'était interdite par aucun règlement...

Line Gingras
Québec

*  L'iPod est une marque de baladeur à disque dur, d'après ce que je vois dans le Grand dictionnaire terminologique.

« Et puis euh – Sports Moins » : http://www.ledevoir.com/2009/03/26/241786.html

Posté par Choubine à 03:41 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 25 mars 2009

Parenthèse

Parenthèse et phrase complète; syntaxe.

  • Il y eut pourtant (apparence) d'efforts... (Marie-Andrée Chouinard.)

Une parenthèse que l'on insère dans une phrase doit pouvoir en être retranchée sans que la formulation devienne grammaticalement incorrecte. Or, on n'écrirait jamais : Il y eut pourtant d'efforts. Je proposerais donc :

Il y eut pourtant des efforts (en apparence)...

Line Gingras
Québec

« Décrochage scolaire – L'État décroché » : http://www.ledevoir.com/2009/03/19/240399.html

Posté par Choubine à 16:40 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 18 mars 2009

N'en n'ont

  • Mais les Elman n'en n'ont pas parlé avec Couillard... (Robert Dutrisac.)

Ils n'ont pas parlé de cela : ils n'en ont pas parlé. Un seul ne.

Line Gingras
Québec

« L'opposition crie au conflit d'intérêts – Ministre, il cherchait un emploi » : http://www.ledevoir.com/2009/03/18/240213.html

Posté par Choubine à 06:18 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 14 mars 2009

Rien

  • Des fous de Dieu, des fourbes, des tyrans, rien de cela nous est étranger. (Denise Bombardier.)

Le pronom indéfini rien, lorsqu'il a un sens négatif, est généralement employé avec ne :

Rien n'est trop beau pour lui.
Rien ne dit qu'il ait tort.

(Exemples tirés du Petit Robert.)

Rien de cela ne nous est étranger.

Line Gingras
Québec

« Sans issue? » : http://www.ledevoir.com/2009/03/07/237778.html

Posté par Choubine à 17:10 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 10 mars 2009

La chaîne de montagnes que la rivière en perce la barrière

  • À seulement quatre heures et demie de train et d'autocar de la trépidante Tokyo, la modernité semble s'être arrêtée net au pied de la chaîne de montagnes Shubu, que seule la rivière Sho a réussi à en percer l'impénétrable barrière. (Isabelle Paré.)

La rivière Sho a réussi à percer quoi? L'impénétrable barrière que constitue la chaîne de montagnes Shubu. Je verrais deux constructions possibles pour rendre cette idée :

... la chaîne de montagnes Shubu, dont seule la rivière Sho a réussi à percer l'impénétrable barrière.

... la chaîne de montagnes Shubu, impénétrable barrière que seule la rivière Sho a réussi à percer.

Line Gingras
Québec

« Voyage dans une autre époque » : http://www.ledevoir.com/2009/03/07/237757.html

Posté par Choubine à 03:50 - Langue et traduction - Commentaires [6] - Permalien [#]

jeudi 5 mars 2009

Morphée à la rescousse

  • Alors que je suis en général plutôt réceptif à la musique de John Adams, les sons initiaux pachydermiques de l'instrument, le non-mélange avec l'orchestre, le « melting-pot » faussement hindou et le vide de l'inspiration m'ont tellement agacés que Morphée est venue à mon secours.

    Le cauchemar éveillé s'est ainsi transformé, par instants, en roupillon salutaire. (Christophe Huss.)

Quel que soit le nombre de sujets, c'est avec le complément d'objet direct, s'il est placé avant le verbe, que s'accorde le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir. [L]es sons initiaux pachydermiques de l'instrument, le non-mélange avec l'orchestre, le « melting-pot » faussement hindou et le vide de l'inspiration ont agacé qui? M', c'est-à-dire moi, donc le chroniqueur : ... m'ont tellement agacé...

Je lis par ailleurs, dans le Petit Robert des noms propres, que Morphée est souvent représenté « comme un jeune homme ailé ». D'après le Petit Larousse illustré, c'est le « dieu grec des Songes ». J'écrirais donc que Morphée est venu à mon secours.

Je tâcherais toutefois d'abréger le roupillon...

Line Gingras
Québec

« Concerts classiques – Cauchemar éveillé » : http://www.ledevoir.com/2009/03/05/237318.html

Posté par Choubine à 03:38 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 4 mars 2009

Des questions

  • L'abolition de l'Agence de la fonction publique et le transfert de ses responsabilités touchant les langues officielles au Conseil du Trésor soulève toujours des questions. (Paul Gaboury, dans Le Droit.)

Qu'est-ce qui soulève des questions? L'abolition de l'Agence de la fonction publique et le transfert de ses responsabilités touchant les langues officielles au Conseil du Trésor. Le verbe a deux sujets bien distincts, et doit donc se mettre au pluriel : soulèvent.

Line Gingras
Québec

« La capacité bilingue d'Ottawa est en jeu » : http://www.cyberpresse.ca/le-droit/actualites/ottawa-est-ontarien/200902/27/01-831609-la-capacite-bilingue-dottawa-est-en-jeu.php

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 3 mars 2009

Agression

  • Notre intelligence est agressé partout et chaque jour... (Ronald King, dans La Presse.)

Agressée.

Line Gingras
Québec

« Les hommes qui grisonnent » : http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/ronald-king/200903/02/01-832413-les-hommes-qui-grisonnent.php

Posté par Choubine à 05:15 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 mars 2009

On leur explique à comprendre

Expliquer à faire quelque chose; expliquer à + infinitif; grammaire française; syntaxe du français; solécisme.

  • L'éducation, d'ailleurs, ne favorise guère le sens de la responsabilité. On explique plutôt aux enfants à comprendre leurs actions et celles de leurs amis en fonction de leur vécu. (Denise Bombardier.)

On explique quelque chose aux enfants; on leur explique comment agir dans telle situation; pourquoi les feuilles tombent à l'automne; que l'on ne se sent pas très bien aujourd'hui. Mais on ne leur explique pas à faire quelque chose :

On enseigne plutôt aux enfants à comprendre leurs actions et celles de leurs amis en fonction de leur vécu.

J'ai consulté le Petit Robert, le Lexis et le Trésor de la langue française informatisé.

Line Gingras
Québec

« Responsable » : http://www.ledevoir.com/2009/02/28/236451.html

Posté par Choubine à 05:17 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]