Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

02 février 2008

Ché-ché les passions

  • Il s'attendait, dit-il, à ce qu'on lui révèle enfin des passions cachées chez l'ancien chef des jeunes libéraux. (Jean-François Nadeau.)

Je suggérerais :

... des passions cachées de l'ancien chef des jeunes libéraux.
... des passions insoupçonnées chez l'ancien chef des jeunes libéraux.

Line Gingras
Québec

«En aparté - Vie de chien» : http://www.ledevoir.com/2007/11/17/164709.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [4] - Permalien [#]

01 février 2008

Déductible, franchement...

Déductible ou franchise; assurances; anglicisme.

  • Sauf que désormais, selon leurs revenus, ils devront payer plus cher pour leurs pilules. Jusqu’à 1500 $ par année. Avant, quand ils étaient couverts par le régime du syndicat, ils payaient un maximum de 500 $. Le «déductible». (Patrick Lagacé, dans La Presse.)

Le journaliste s'est servi des guillemets; il devait savoir, donc, que déductible est un anglicisme lorsqu'il est employé comme nom, dans le domaine des assurances, à la place de franchise. (Voir le Multidictionnaire, le Chouinard ou le Colpron.) Pourquoi n'a-t-il pas utilisé le terme français, puisque, de toute façon, il venait d'en indiquer le sens? Cet écart, il me semble, n'a pas de justification stylistique.

Line Gingras
Québec

«So-so-so...» : http://www.cyberpresse.ca/article/20080201/CPOPINIONS05/80131225/6928/CPOPINIONS05

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2008

Après mûres réflexions

Après mûres réflexions, après mûre réflexion; orthographe d'usage.

  • C'est après «mûres réflexions», a expliqué M. Landry au Devoir hier, qu'il s'est laissé convaincre de signer le document... (Antoine Robitaille.)

Le Petit Robert, le Lexis et le Multidictionnaire donnent seulement après mûre réflexion, au singulier. L'expression se rencontre huit fois dans le Trésor de la langue française informatisé, là encore uniquement au singulier; elle ne figure cependant pas telle quelle aux articles «mûr» et «réflexion», où l'on propose plutôt les exemples suivants :

Les idées qui nous dirigent [...] sont [...] le fruit de mûres réflexions... (Cl. Bernard, à l'article «mûr».)

Faire quelque chose après de mûres réflexions. (À l'article «réflexion».)

Line Gingras
Québec

«Éducation - Landry, Facal et Lisée partent en guerre contre la réforme» : http://www.ledevoir.com/2008/01/30/173920.html

* * * * *

Noire la moiteur des mûres
Où l'on goûte
L'eau du soleil

* * * * *

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2008

Infliger une peine contre quelqu'un

Infliger une peine contre quelqu'un; infliger quelque chose contre quelqu'un; infliger à, infliger contre; infliger et la préposition; grammaire française; syntaxe du français.

  • Même si le juge Claude Leblond a infligé une peine d'emprisonnement contre Vincent Lacroix, la saga Norbourg n'est pas nécessairement terminée... (François Desjardins.)

Marie-Éva de Villers signale que le verbe infliger «se construit avec la préposition à». Tous les exemples que j'ai vus dans les dictionnaires généraux confirment cet avis. En voici quelques-uns :

Infliger un châtiment, une sanction, une peine à quelqu'un. (Petit Robert.)

Infliger une correction à un enfant désobéissant. (Lexis.)

C'est le châtiment infligé aux garces qui troublent la paix des ménages. (Vailland, dans le Lexis.)

L'église [...] a subi cette espèce de dévastation soigneuse, méthodique et vernissée que le protestantisme inflige aux églises gothiques. (Hugo, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

L'oubli et le silence sont la punition qu'on inflige à ce qu'on a trouvé laid ou commun. (Renan, dans le Petit Robert.)

Il fallait écrire :

Même si le juge Claude Leblond a infligé une peine d'emprisonnement à Vincent Lacroix...

Line Gingras
Québec

«La saga ne s'achève pas avec Lacroix» : http://www.ledevoir.com/2008/01/30/173894.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2008

Dilemne ou dilemme?

Dilemne, dilemme; indemne; orthographe.

  • Le dilemne de Stéphane Dion (Titre d'un billet de Michel Vastel.)

On écrit indemne, mais dilemme :

La culpabilité de Dreyfus, ou bien l'infamie de l'état-major : voilà dans quel dilemme imbécile on a enfermé ces officiers. (Martin du Gard, dans le Petit Robert.)

* * * * *

  • Le temps passant, les qualités s'estompent et les défauts de ce gouvernement apparaissent. Parmi celles-là, il y a non seulement l'attitude partisane qu'il adopte sans cesse mais aussi de graves problèmes de fonctionnement. (Bernard Descôteaux.)

Je rangerais l'attitude partisane et les graves problèmes de fonctionnement parmi les défauts.

Line Gingras
Québec

http://blogues.lactualite.com/vastel/?p=110
«Astuces conservatrices» : http://www.ledevoir.com/2008/01/26/173386.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2008

Ce qui - accord du verbe

Ce qui et l'accord du verbe; grammaire française; orthographe d'accord.

  • ... il faut noter que près de 40 % de ces enfants de la loi 101 poursuivent leurs études au cégep anglophone, ce qui les disposent à travailler en anglais. (Robert Dutrisac.)

Le pronom démonstratif ce, antécédent du relatif qui, entraîne toujours l'accord du verbe au singulier. Pour s'en convaincre dans le cas présent, il suffit de remplacer disposer par un verbe dont la prononciation diffère au singulier et au pluriel : ... ce qui les rend aptes à travailler en anglais.

Line Gingras
Québec

«La tenace angoisse linguistique» : http://www.ledevoir.com/2008/01/26/173393.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2008

Les adversaires à l'Europe

Adversaire à, adversaire de; adversaire à ou de; adversaire et son complément; adversaire et la préposition; grammaire française; syntaxe du français.

  • Cela étant, autant l'épisode portugais de Brown a contrarié les Britanniques des deux camps, autant la reconnaissance par les chefs d'État présents à Lisbonne a réveillé la fibre des nationalistes et des adversaires à une Europe plus économique que politique. (Serge Truffaut.)

D'après les exemples que j'ai recueillis, le complément du nom adversaire se construit au moyen de la préposition de :

Les adversaires du matérialisme. (Bergson, dans le Petit Robert.)

Ce sont des adversaires du libre-échange. (Multidictionnaire.)

Quel ordre social ils nous proposent, ces partisans du despotisme et de l'intolérance, ces ennemis des lumières, ces adversaires de l'humanité, quand elle porte le nom de peuple et de nation? (G. de Staël, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Je pense qu'il aurait fallu écrire :

Cela dit, autant l'épisode portugais de Brown a contrarié [...] autant la reconnaissance [...] a réveillé la fibre des nationalistes et des adversaires d'une Europe plus économique que politique.

Line Gingras
Québec

«Sortie à l'anglaise» : http://www.ledevoir.com/2007/12/15/168661.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1