Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 30 août 2008

Reprendre du collier

Reprendre du collier; reprendre le collier.

  • Quant au chef du NPD, Jack Layton, il estime que M. Harper manifesterait du « mépris » envers les institutions parlementaires s'il ne permettait pas aux députés de reprendre du collier le 15 septembre. (Hélène Buzzetti et Alec Castonguay.)

J'ai trouvé l'expression reprendre le collier dans le Petit Robert, le Lexis, le Multidictionnaire et le Trésor de la langue française informatisé, consultés aux articles « collier » et « reprendre »; aucun de ces ouvrages, toutefois, n'admet reprendre du collier - même si l'on peut dire reprendre du service. Le Petit Robert donne par ailleurs un exemple avec un déterminant possessif :

J'ai repris depuis longtemps mon collier habituel. (Sainte-Beuve.)

Line Gingras
Québec

« Les machines électorales s'emballent à Ottawa » : http://www.ledevoir.com/2008/08/23/202663.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Dsl pour cette longue absence ! J'étais en vacances...

    Quelle drôle d'expression au passage !

    Posté par Reixach, dimanche 31 août 2008 à 11:28
  • Cette expression pourrait nous rappeler que le mot travail à l'origine désignait la torture...
    le collier en question serait-il un instrument de torture ou le collier des animaux de trait ?

    Posté par Rosa, dimanche 31 août 2008 à 15:25
  • Bon retour, Reixach!
    Rosa, je pense que nos députés sont plutôt impatients... de se faire réélire.

    Posté par Choubine, dimanche 31 août 2008 à 18:50
  • Déçue ! je pensais qu'ils reprenaient le travail

    Posté par Rosa, lundi 1 septembre 2008 à 15:45
  • Autre possessif

    Antidote donne une occurrence récente:
    ««
    Assis dans la cuisine, il épluche le journal du matin avant de reprendre son collier d’avocat en réorientation de carrière.
    Alain Beaulieu, Le Fils perdu, Québec Amérique
    »»

    Posté par Yves Lanthier, mardi 2 septembre 2008 à 13:45

Poster un commentaire