Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 31 mai 2008

Babouchka

  • « C'est le portrait du chaos, résume-t-elle. Un portrait du premier rang, auprès des babouchkas appauvris par les transformations économiques et des oligarques devenus extrêmement riches avec les privatisations. » (Heidi Hollinger, citée par Stéphane Baillargeon.)

Babouchka est un mot russe que j'aurais pensé très connu - un nom féminin désignant une grand-mère, une vieille femme : des babouchkas appauvries.

Line Gingras
Québec

« Madame Hollinger, vous permettez? » : http://www.ledevoir.com/2008/05/31/192147.html

Posté par Choubine à 05:14 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 30 mai 2008

Présumer que

Présumer que + subjonctif; présumer que + indicatif; présumer que, choix du mode; grammaire française; syntaxe du français.

  • « Une évaluation de la stratégie est en cours », nous répond-on au ministère. Il est permis de présumer toutefois que cette réplique fourre-tout ne soit destinée qu'à anesthésier notre méfiance. (Marie-Andrée Chouinard.)

D'après le Lexis, présumer que est suivi de l'indicatif; tous les exemples que j'ai vus dans les dictionnaires s'accordent avec cet avis :

Je présume que ce garçon est compétent. (Girodet.)

Nous présumons que cet employé était de bonne foi. (Multidictionnaire.)

Je présume que vous n'êtes pas fâché d'être en vacances. (Lexis.)

Est-ce que vous avez un bon médecin? - Aux honoraires qu'il demande, je présume que c'est un bon médecin. (Montherlant, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Il présumait bien qu'il fallait faire part de son chagrin à la Fadette. (Sand, dans le Petit Robert.)

J'écrirais donc, du moins avec le verbe présumer à la forme affirmative :

Il est permis de présumer, toutefois, que cette réplique fourre-tout n'est destinée qu'à anesthésier notre méfiance.

Si présumer était employé à la forme négative ou interrogative, il me semble que le subjonctif serait également possible :

Je ne présumerais pas qu'elle ait voulu le tromper.

Line Gingras
Québec

« Rater la cible » : http://www.ledevoir.com/2008/05/29/191749.html

Posté par Choubine à 05:30 - Langue et traduction - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 29 mai 2008

Tu l'as dis, bouffi!

Dis, dit; grammaire française; orthographe.

  • T'as dis lumineuse? Tu ne pouvais pas mieux la décrire. (Pierre Foglia, dans La Presse.)

On écrit tu dis, au présent de l'indicatif ou au passé simple, mais tu as dit, au passé composé.

Line Gingras
Québec

« Une histoire d'amour » : http://www.cyberpresse.ca/article/20080510/CPOPINIONS05/805101039/-1/CPOPINIONS05

Posté par Choubine à 05:06 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 mai 2008

Un tout petit peu d'analyse

  • À partir du moment où l'inanité musicale de ses Brahms, Debussy, Haydn et Scarlatti n'ont pas suffi [...] à éliminer Takada, on ne peut pas reprocher à ce pianiste expérimenté d'avoir joué le jeu à fond. (Christophe Huss.)

Qu'est-ce qui n'a pas suffi à éliminer Takada, selon le critique? L'inanité musicale de ses Brahms, Debussy, Haydn et Scarlatti. Le noyau du groupe sujet, avec lequel doit s'accorder le verbe, c'est l'inanité musicale - à quoi se rattachent les compléments qui suivent : n'a pas suffi.

Line Gingras
Québec

« Concours musical international de Montréal - Sara Daneshpour, la magnifique » : http://www.ledevoir.com/2008/05/27/191490.html

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 27 mai 2008

Diagnostiquer des adolescents avec des troubles

Diagnostiquer quelqu'un avec; grammaire française; syntaxe du français.

  • « On évite de diagnostiquer des adolescents avec des troubles de la personnalité parce qu'on pense que jusqu'à l'âge de 18 ans, la structure de la personnalité n'est pas encore formée, n'est pas stable », raconte Éric Fombonne, président de la conférence et directeur de l'unité de psychiatrie à l'Hôpital de Montréal pour enfants. (Émilie Bilodeau.)

D'après les exemples que j'ai vus dans les dictionnaires, on ne diagnostique pas quelqu'un, mais quelque chose :

La maladie est encore trop souvent diagnostiquée à un stade avancé... (Quillet, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Pratiquement, la consigne était de ne jamais diagnostiquer une typhoïde. (Martin du Gard, dans le Lexis.)

Il ne faut pas diagnostiquer une tendance schizoïde chaque fois que l'aspiration à la solitude dépasse la moyenne. (Mounier, dans le Trésor.)

Diagnostiquer une crise économique. (Petit Robert.)

Il diagnostiquera un problème informatique. (Multidictionnaire.)

Un consultant plus profond que ne l'était M. de Norpois eût sans doute pu diagnostiquer que c'était ce sentiment d'humiliation et de honte qui avait aigri Odette. (Proust, dans le Trésor.)

Il aurait fallu dire :

On évite de diagnostiquer des troubles de la personnalité chez des adolescents...

Line Gingras
Québec

« Les troubles de personnalité limite - De l'automutilation au suicide, la personnalité limite inquiète » : http://www.ledevoir.com/2008/04/12/184795.html

Posté par Choubine à 07:48 - Langue et traduction - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 26 mai 2008

Propositions relatives coordonnées

Coordination et propositions relatives; antécédent du pronom relatif; grammaire française; syntaxe du français.

  • Même une Betty Grable (que les jeunes ne connaissent certainement pas et qui pourront demander à leur grand-mère qui est cette femme dont je parle aujourd'hui) a dit un jour : « Non seulement je dois faire tout ce que fait Fred Astaire, mais en plus, moi, je dois le faire en talons hauts. » (Lise Payette.)

Lorsque deux propositions relatives sont coordonnées, on s'attend à ce que les deux pronoms aient le même antécédent :

Même une Betty Grable (que les jeunes ne connaissent certainement pas et qui n'a peut-être pas laissé de souvenir impérissable chez beaucoup de leurs aînés non plus)... [Les deux pronoms ont pour antécédent Betty Grable.]

Ce n'est pas le cas dans la phrase de madame Payette : que se rattache à Betty Grable; qui remplace les jeunes. Il aurait fallu écrire, par exemple :

Même une Betty Grable (que les jeunes ne connaissent certainement pas - ils pourront demander à leur grand-mère qui est cette femme dont je parle aujourd'hui)...

Line Gingras
Québec

« La fragile égalité hommes-femmes » : http://www.ledevoir.com/2008/05/23/190839.html

Posté par Choubine à 05:34 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 25 mai 2008

À lequel des personnages?

À lequel, auquel; à lesquels, auxquels; à lesquelles, auxquelles; contraction; grammaire française; syntaxe du français.

  • ... nous avions interrogé quelques femmes, histoire de savoir à lequel des quatre personnages elles s'identifiaient. (Silvia Galipeau et Isabelle Audet, dans La Presse.)

On écrit à laquelle, mais auquel (ou auxquels, auxquelles) :

... histoire de savoir auquel des quatre personnages elles s'identifiaient.

L'article le (comme l'article les) se contracte avec la préposition :

À + le = au.
À + lequel = auquel.

À + les = aux.
À + lesquels = auxquels.
À + lesquelles = auxquelles.

Line Gingras
Québec

« Que sont devenues Charlotte, Carrie, Miranda et Samantha? » : http://www.cyberpresse.ca/article/20080520/CPACTUEL/805200767/6685/CPACTUEL

Posté par Choubine à 05:36 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 24 mai 2008

À l'ordre du jour

  • La renégociation de nos contrats d'impression et de distribution sont à l'ordre du jour en 2008. (Bernard Descôteaux.)

Qu'est-ce qui est à l'ordre du jour? Non, pas les contrats, mais la renégociation des contrats. C'est avec renégociation, noyau du groupe sujet, que le verbe doit s'accorder : est à l'ordre du jour...

Line Gingras
Québec

« Bientôt 100 ans! » : http://www.ledevoir.com/2008/05/22/190654.html

Posté par Choubine à 04:48 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 23 mai 2008

Louise Beaudoin, chercheur invité

Chercheur, chercheuse.

  • À sa sortie de l'Élysée, l'ancienne ministre [Louise Beaudoin], maintenant chercheur invité au CERIUM de l'Université de Montréal, a salué l'évolution du président. (Christian Rioux.)

Je ne m'explique pas ce masculin : le nom féminin chercheuse est admis dans le Petit Robert, le Lexis, le Trésor de la langue française informatisé, le Guide du rédacteur, le Multidictionnaire et le Français au bureau (ouvrage de l'Office québécois de la langue française). Il aurait été naturel d'écrire :

... l'ancienne ministre, maintenant chercheuse invitée au CERIUM de l'Université de Montréal...

Par ailleurs, je note que dans le site de l'Université de Montréal, on attribue à madame Beaudoin le titre de chercheure invitée. Ce féminin me paraît inusité; il n'est pas reçu dans les ouvrages susmentionnés.

Line Gingras
Québec

« Sarkozy corrige le tir sur le Québec » : http://www.ledevoir.com/2008/05/23/190883.html

Posté par Choubine à 05:15 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 22 mai 2008

Ç'eût été

Cédille; grammaire française; orthographe.

  • Le discernement, monseigneur Guilbeault, ç'eût été d'appuyer des projets éoliens qui méritaient de l'être, dans des communautés qui voulaient en accueillir. (Patrick Lagacé, dans La Presse.)

On met la cédille pour signaler que le c se prononce s, et non k - mais uniquement devant les voyelles a, o, u. Dans le cas qui nous occupe, il y avait deux possibilités : ç'aurait été (conditionnel passé première forme), c'eût été (conditionnel passé deuxième forme).

Line Gingras
Québec

« La défaite des curés verts » : http://www.cyberpresse.ca/article/20080506/CPOPINIONS05/805060857/6741/CPOPINIONS

Posté par Choubine à 05:56 - Langue et traduction - Commentaires [7] - Permalien [#]