Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 30 avril 2008

Chef-d'oeuvres du Louvre

Chef-d'œuvres, chefs-d'œuvre; pluriel de chef-d'œuvre; orthographe.

  • Mais la conservatrice du Louvre responsable de l’exposition, Geneviève Bresc, rappelle que La Joconde ne voyage plus, tout comme les chef-d’œuvres les plus connus de ce musée. (Julie Lemieux, dans Le Soleil.)

Le Petit Robert, le Multidictionnaire et le Hanse-Blampain donnent tous trois chefs-d'œuvre comme pluriel de chef-d'œuvre. Ce mot n'est pas visé par les rectifications de l'orthographe.

Line Gingras
Québec

« "Le Louvre à Québec" : 276 pièces bientôt dans la capitale » : http://www.cyberpresse.ca/article/20080430/CPSOLEIL/80429292/7137/CPSOLEIL05

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 29 avril 2008

Louange Te rendray

Congrès eucharistique international de 2008; chant choral; Québec; Ensemble vocal André Martin; EVAM; musique liturgique.

Longtemps j'ai fait partie de la chorale paroissiale - où j'étais entrée à l'âge de onze ans, à l'invitation de ma professeure de musique, également organiste et maître de chapelle. Combien d'enfants, comme moi, ont découvert le chant grégorien ou leur premier choral de Bach sous la direction d'un de ces musiciens polyvalents qui étaient l'âme de leur village, de leur communauté?

Mademoiselle Augustine, ainsi que l'appelle toujours son élève le plus célèbre (un certain Luc Plamondon), n'a peut-être jamais écrit de musique, mais elle a enseigné à des générations d'enfants de son village; en outre, et c'est la raison de mon entrée en matière, elle a étudié jadis auprès de l'organiste Henri Gagnon, auteur de l'une des œuvres au programme de notre prochain concert.

À 20 h le samedi 14 juin 2008, soit la veille de l'ouverture du Congrès eucharistique international, qui rassemblera à Québec des catholiques du monde entier, l'Ensemble vocal André Martin (EVAM) donnera à la basilique Notre-Dame, sous le thème Louange Te rendray, un concert de musique liturgique écrite par des compositeurs d'ici - presque tous de Québec ou du Québec.

Ces œuvres, généralement interprétées lors de célébrations solennelles, ont reçu pour la plupart une diffusion restreinte; elles revêtent pourtant un grand intérêt, et méritent d'être beaucoup mieux connues. Composées pour s'intégrer dans les offices, par des musiciens d'église, des professeurs qui ont formé des milliers de musiciens et qui ont été, ou sont toujours, au cœur de la vie culturelle de leur collectivité, elles représentent ce que nous avons de meilleur à offrir au monde. Les organistes et maîtres de chapelle, en particulier, y feront de belles découvertes, susceptibles d'enrichir leur répertoire.

On aura le bonheur exceptionnel d'entendre le 14 juin, entre autres, des œuvres d'Omer Létourneau, d'Elzéar Fortier, de Healey Willan, de Jeanne Landry, de Pierick Houdy, de Denis Bédard, de Clermont Pépin et de notre chef, André Martin. Les pièces seront chantées soit a cappella, soit avec accompagnement d'orgue, de violon ou de cuillers.

L'EVAM vous invite à profiter de cette chance unique de découvrir - ou de redécouvrir - cette musique écrite pour durer, à la louange du Créateur.

Line Gingras
Québec

Posté par Choubine à 23:59 - Chant choral - Commentaires [4] - Permalien [#]

lundi 28 avril 2008

Se dérober de ses obligations

Se dérober de ses obligations; se dérober à ses obligations; se dérober de quelque chose; se dérober à quelque chose; préposition; grammaire française; syntaxe du français.

  • ... cela ne les autorise pas en revanche à se dérober de l'ensemble des obligations qui définissent une télévision généraliste digne de ce nom. (Marie-Andrée Chouinard.)

Le Lexis donne la construction se dérober de comme appartenant à la langue classique :

Je me dérobai de mes camarades qui ne s'y attendaient pas. (Scarron.)

D'après les résultats de mes recherches, c'est plutôt se dérober à que l'on emploie dans la langue moderne :

Se dérober à son devoir. (Lexis.)

Se dérober aux recherches, aux regards. (Hanse-Blampain.)

Elle se dérobait à ses questions. (Multidictionnaire.)

Se dérober à ses obligations. (Petit Robert.)

Je me dérobe au travail, commence à la fois six livres. (Gide, dans le Petit Robert.)

La bassesse de sa dialectique m'empêcha de me dérober à ma nouvelle tâche. (Barrès, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Elle exige qu'au lieu de se dérober à la police, il aille à sa rencontre. (Romains, dans le Petit Robert.)

Je relève aussi, dans le Trésor, un exemple avec la préposition devant :

C'est ce problème devant lequel je ne me déroberai pas. (Du Bos.)

Line Gingras
Québec

« Brebis égarée » : http://www.ledevoir.com/2008/04/25/186742.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 27 avril 2008

La lutte aux changements climatiques

Lutte à, lutte contre; lutte aux changements climatiques, lutte contre les changements climatiques; grammaire française; syntaxe du français; préposition à ou contre.

Quelle préposition employer après le nom lutte? me demande une amie lectrice. Parlera-t-on de la lutte au tabagisme ou contre le tabagisme? de la lutte à l'anglicisation ou contre l'anglicisation?

Selon Camil Chouinard, l'usage français «veut que l'on dise une lutte contre quelque chose ou quelqu'un, et non pas une lutte à quelque chose ou quelqu'un» :

L'autorité municipale s'est lancée dans la lutte contre les insectes piqueurs.

Tous les exemples que j'ai vus dans les dictionnaires (à l'article «lutte») confirment cet avis. En voici quelques-uns :

Engager la lutte contre les pluies acides. (Multidictionnaire.)

La lutte contre le cancer. (Lexis.)

La lutte d'une poignée d'intellectuels contre la tyrannie. (Camus, dans le Petit Robert.)

L'adaptation de leur thorax, de leurs poumons [...] à la lutte contre le froid... (Carrel, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

... on recense de multiples associations féminines se consacrant, avec des moyens divers, à la lutte contre le taudis, l'immoralité publique, l'alcoolisme. (Meynaud, dans le Trésor.)

... seule la doctrine du Christ fait une place pour l'énergie virile de la lutte contre soi-même... (Barrès, dans le Trésor.)

Il faudrait dire, par conséquent :

La lutte contre les changements climatiques.

La lutte contre le tabagisme. (Voir d'ailleurs le Petit Robert, à l'article «tabagisme».)

La lutte contre le vol d'identité, l'analphabétisme rampant, l'anglicisation galopante, la gent trotte-menu, la vogue du laisser-aller.

Line Gingras
Québec

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 26 avril 2008

Accords imparfaits

Sujet inversé; accord du verbe; grammaire française; orthographe d'accord.

  • En comparaison, les tableaux collectifs pâlissent un peu, tandis que les airs d'opéra chantés par Catherine B. Lavoie et composés par Yves Morin offre un contrepoint harmonieux aux piaillements continuels suscités par cette compétition effrénée. (Hervé Guay.)

Qu'est-ce qui offre un contrepoint harmonieux? Pas Yves Morin (d'un point de vue syntaxique), pas l'opéra, mais les airs d'opéra : offrent.

  • À cela s'ajoute des compositions physiques singulières pour chacune.

Qu'est-ce qui s'ajoute? Non, cela ne s'ajoute pas des compositions; il est question plutôt de compositions qui s'ajoutent à cela. Le sujet, même s'il est inversé, commande toujours l'accord du verbe : À cela s'ajoutent des compositions...

Line Gingras
Québec

« Théâtre - Un Goldoni moliéresque » : http://www.ledevoir.com/2008/04/24/186571.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 25 avril 2008

Vous auriez dit oui?

Un ami lecteur me signale cet exemple d'amusante distraction :

  • La question a été posée. Vaut-il mieux un TQS amputé de son service de l'information et carburant au divertissement à rabais que pas de TQS du tout? Vaut-il mieux la clé sous la porte ou un exercice brutale pour sauver les meubles? Il y a quelques mois, j'aurais dit oui sans hésiter. (Nathalie Petrowski, dans La Presse.)

On peut répondre par oui ou par non à la première question, mais pas à la seconde.

(On écrit brutal sans e, au masculin.)

Line Gingras
Québec

« La coquille vide » : http://www.cyberpresse.ca/article/20080425/CPOPINIONS05/804250671/5034/CPOPINIONS/?utm_campaign=retention&utm_source=bulletin&utm_medium=email

Posté par Choubine à 23:59 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 24 avril 2008

Il faut que les immigrants...

  • Selon elle, le message de l'ADQ est le suivant : il faut maintenir les seuils actuels afin de « mieux accueillir », il faut que les immigrants ne se retrouvent pas à l'aide sociale ou encore décident, comme 20 à 25 % d'entre eux, de quitter le Québec. (Antoine Robitaille.)

Il faut que les immigrants décident de quitter le Québec? Ce n'est sûrement pas ce qu'on a voulu dire :

... il faut éviter que les immigrants se retrouvent à l'aide sociale ou encore décident, comme 20 à 25 % d'entre eux, de quitter le Québec.

Line Gingras
Traductrice indépendante
Québec

« Élections partielles - Controverse autour d'une publicité de l'ADQ » : http://www.ledevoir.com/2008/04/24/186613.html?fe=3722&fp=127439&fr=80455

Posté par Choubine à 23:59 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 23 avril 2008

À son avis

  • ... Reto Stocker ne se gêne pas pour adresser une rebuffade au groupe d'experts indépendants dirigé par l'ex-ministre libéral John Manley. Leur recommandation de privilégier les projets de développement ciblés, que le Canada pourrait fièrement exhiber comme autant de réalisations concrètes à Kaboul ou à Kandahar, est à son avis mal avisée. (Hélène Buzzetti.)

... est selon lui mal avisée.

Line Gingras
Traductrice indépendante
Québec

« Afghanistan - La Croix-Rouge refroidit les ardeurs du groupe Manley » : http://www.ledevoir.com/2008/02/11/175646.html

Posté par Choubine à 23:59 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 22 avril 2008

Une salve de hués

  • D’autres ont envahie la rue Sainte-Catherine et les artères transversales. (Martin Croteau, Paul Journet et André Duchesne, dans La Presse.)

Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si celui-ci est placé devant le verbe. D'autres ont envahi quoi? la rue Sainte-Catherine. Le participe doit rester invariable : envahi.

  • L’un d’eux, Patrick O’Connor, 18 ans, résidant de Boston et étudiant à l’université du Massachusetts, a tenter de traverser la foule massée devant le Centre Bell à la fin de la partie.

L'auxiliaire avoir doit être suivi du participe passé, avec lequel il forme ici le passé composé : a tenté.

  • « Ça va être fou ce soir », a renchérit une serveuse de l’endroit.

Le participe passé du verbe renchérir, c'est renchéri. La graphie renchérit correspond à la troisième personne du singulier du passé simple ou du présent de l'indicatif.

  • Craignait des débordements, il a ajouté...

Bien entendu, on a plutôt affaire au participe présent : Craignant des débordements, il a ajouté...

  • Dans l’immense foule, un pauvre partisans des Bruins a vécu des minutes d’angoisse.

Des partisans, un partisan.

  • Du milieu de l’après-midi et toute la soirée, une ambiance électrique, folle, étourdissante a enveloppé le Centre Bell et ses abords.

La préposition du marque le commencement de la durée; il reste à en indiquer le terme : Du milieu de l'après-midi jusqu'en fin de soirée...

  • Ils ont été accueillis par une salve de hués des amateurs.

Ils ont été hués; ils ont été accueillis par des huées, par une salve de huées.

  • « Nous voulions absolument venir, a-t-elle dit. On voulait voir le visages des amateurs après la victoire du Canadien. »

Le visage ou les visages.

  • Mais lorsque Mike Komisarek a compté le premier but du CH, on a pu entendre le cri de Pierre Houde résonner de tous les bars ou les amateurs étaient rassemblés.

Vous préférez les bars ou les amateurs? Pour goûter à l'agrément des deux, il fallait se rendre dans les bars les amateurs étaient rassemblés.

  • Au début de la troisième période, on écoutait aussi la description du match dans quatre auto-patrouille stationnées à l’angle de Stanley et Sainte-Catherine.

Désirant vérifier le pluriel de auto-patrouille, je suis tombée sur une mise en garde du Multidictionnaire : d'après Marie-Éva de Villers, auto-patrouille est le calque de patrol car, à remplacer par voiture de police.

Les trois auteurs de l'article ont dû travailler à une vitesse effarante, je comprends cela. Mais je me demande si la direction du journal en est tout aussi consciente : n'y a-t-il pas lieu, en pareil cas, de retenir les services d'un relecteur?

Line Gingras
Traductrice indépendante
Québec

« Le centre-ville en liesse » : http://www.cyberpresse.ca/article/20080421/CPSPORTS0101/80421210/-1/CPSPORTS0101

Posté par Choubine à 23:11 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 21 avril 2008

Il n'a également pas constaté...

Également et la négative; grammaire française; syntaxe du français.

  • Le Devoir n'a également pas constaté de réactions sur les sites des grands réseaux américains sur les ondes desquels les experts militaires visés par le texte interviennent régulièrement. (Alexandre Shields.)

L'adverbe également, employé au sens de «en outre», «de même», «de plus», «aussi», pour exprimer une idée d'addition, ne me paraît pas compatible avec un tour négatif. Dans tous les exemples que j'ai vus, le verbe est à la forme affirmative :

Vous pouvez également prendre ce chemin. (Petit Robert.)

Elle les invita et leur offrit également quelques cadeaux. (Multidictionnaire.)

La veste de velours et la culotte furent également mises dans la caisse. (Giono, dans le Lexis.)

Il y avait [...] des fauteuils faux Louis XVI, recouverts d'un damas bleu et vieil or, dont étaient faits également les rideaux. (Gide, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

M. Jacques-Émile Blanche, [...] ce peintre considérable [...] est également un subtil directeur de conscience. (Lhote, dans le Trésor.)

Un chapeau, des chaussures que nous avons longtemps portés finissent, d'une manière inexplicable, par nous ressembler. [...] Cela est également vrai d'un veston ou même d'un pardessus, mais beaucoup moins. (Green, dans le Trésor.)

Je conseillerais d'écrire :

Le Devoir n'a pas constaté non plus de réactions sur les sites des grands réseaux américains...

Le Devoir n'a pas constaté de réactions non plus sur les sites des grands réseaux américains...

Line Gingras
Traductrice indépendante
Québec

«Manipulation médiatique à Washington» : http://www.ledevoir.com/2008/04/21/186144.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]