Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 22 avril 2008

Une salve de hués

  • D’autres ont envahie la rue Sainte-Catherine et les artères transversales. (Martin Croteau, Paul Journet et André Duchesne, dans La Presse.)

Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le complément d'objet direct, si celui-ci est placé devant le verbe. D'autres ont envahi quoi? la rue Sainte-Catherine. Le participe doit rester invariable : envahi.

  • L’un d’eux, Patrick O’Connor, 18 ans, résidant de Boston et étudiant à l’université du Massachusetts, a tenter de traverser la foule massée devant le Centre Bell à la fin de la partie.

L'auxiliaire avoir doit être suivi du participe passé, avec lequel il forme ici le passé composé : a tenté.

  • « Ça va être fou ce soir », a renchérit une serveuse de l’endroit.

Le participe passé du verbe renchérir, c'est renchéri. La graphie renchérit correspond à la troisième personne du singulier du passé simple ou du présent de l'indicatif.

  • Craignait des débordements, il a ajouté...

Bien entendu, on a plutôt affaire au participe présent : Craignant des débordements, il a ajouté...

  • Dans l’immense foule, un pauvre partisans des Bruins a vécu des minutes d’angoisse.

Des partisans, un partisan.

  • Du milieu de l’après-midi et toute la soirée, une ambiance électrique, folle, étourdissante a enveloppé le Centre Bell et ses abords.

La préposition du marque le commencement de la durée; il reste à en indiquer le terme : Du milieu de l'après-midi jusqu'en fin de soirée...

  • Ils ont été accueillis par une salve de hués des amateurs.

Ils ont été hués; ils ont été accueillis par des huées, par une salve de huées.

  • « Nous voulions absolument venir, a-t-elle dit. On voulait voir le visages des amateurs après la victoire du Canadien. »

Le visage ou les visages.

  • Mais lorsque Mike Komisarek a compté le premier but du CH, on a pu entendre le cri de Pierre Houde résonner de tous les bars ou les amateurs étaient rassemblés.

Vous préférez les bars ou les amateurs? Pour goûter à l'agrément des deux, il fallait se rendre dans les bars les amateurs étaient rassemblés.

  • Au début de la troisième période, on écoutait aussi la description du match dans quatre auto-patrouille stationnées à l’angle de Stanley et Sainte-Catherine.

Désirant vérifier le pluriel de auto-patrouille, je suis tombée sur une mise en garde du Multidictionnaire : d'après Marie-Éva de Villers, auto-patrouille est le calque de patrol car, à remplacer par voiture de police.

Les trois auteurs de l'article ont dû travailler à une vitesse effarante, je comprends cela. Mais je me demande si la direction du journal en est tout aussi consciente : n'y a-t-il pas lieu, en pareil cas, de retenir les services d'un relecteur?

Line Gingras
Traductrice indépendante
Québec

« Le centre-ville en liesse » : http://www.cyberpresse.ca/article/20080421/CPSPORTS0101/80421210/-1/CPSPORTS0101

Posté par Choubine à 23:11 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Toutes ces fautes dans le même texte ?
    auto-patrouille : non seulement le mot est pour moi inconnu mais j'aurais été incapable d'en deviner le sens.
    Calque de l'anglais ?

    Posté par Rosa, mercredi 23 avril 2008 à 10:59
  • Toutes ces fautes dans le même texte, oui. Et j'ai attendu une journée pour en parler, parce qu'il arrive que la version Internet des textes de «La Presse» soit relue après parution. Je ne blâme pas les journalistes; ils étaient trois, mais ils ont eu très peu de temps pour rédiger leur article, dans une ambiance qui ne devait pas être particulièrement propice à la concentration. Je crois cependant qu'une relecture est nécessaire lorsqu'on travaille dans ces conditions. La plupart de ces fautes étaient très faciles à corriger.

    Pour ce qui est de «auto-patrouille», je ne savais pas que c'était un calque avant de le lire dans le «Multidictionnaire». Heureusement, dans la vie courante, nous disons plutôt «voiture de police».

    Posté par Choubine, mercredi 23 avril 2008 à 13:46
  • Si je vais un jour au Québec il faudra que je me procure un dictionnaire du français québécois !

    Posté par Rosa, jeudi 24 avril 2008 à 02:20

Poster un commentaire