Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 6 mars 2008

Il a ressuscité

Il a ressuscité; il est ressuscité; avoir ressuscité; être ressuscité; ressusciter, choix de l'auxiliaire; grammaire française; syntaxe du français.

  • On l'a enterré à plusieurs reprises depuis son entrée en politique et il a toujours ressuscité. (Michel David.)

Employé avec un complément d'objet direct, ressusciter se conjugue avec l'auxiliaire avoir, tout le monde s'entend là-dessus :

Cette bonne nouvelle l'a ressuscité. (Petit Robert.)

Quelques piqûres l'avaient littéralement ressuscitée. (Bazin, dans le Lexis.)

Quel était le Christ qui avait ressuscité la jeune fille déjà couchée dans la tombe. (Dumas père, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Comme intransitif (c'est-à-dire sans complément d'objet), il figure seulement avec l'auxiliaire être dans le Petit Robert, le Multidictionnaire, le Lexis et le Trésor :

Jésus-Christ est ressuscité le troisième jour après sa mort. (Lexis.)

... il est mort volontairement et il est ressuscité... (Caron, Hutin, dans le Trésor.)

Certains auteurs (Thomas, Colin, Berthier et Colignon, Girodet) sont toutefois d'avis, à la suite de Littré, qu'il « se conjugue avec être ou avoir selon qu'on veut marquer l'état ou l'action » (Thomas) :

Lazare a ressuscité à la voix de Jésus. (Littré, dans le Thomas.)

Avec l'aide du psychanalyste, il a pour ainsi dire ressuscité. (Colin.)

Tout m'avait empêché de la reconnaître et fait hésiter si je dormais ou si ma grand-mère était ressuscitée. (Proust, dans le Colin.)

Grâce aux soins reçus, j'étais comme ressuscité. (Berthier-Colignon.)

Mais Girodet ajoute que « de nos jours, l'emploi de être tend à se généraliser » :

Le troisième jour après sa mort, Jésus est ressuscité.

Et l'observation de Hanse et Blampain, reprise par le Trésor, rend compte de l'usage actuel : « [Ressusciter] s'emploie aujourd'hui couramment avec être, même s'il s'agit d'exprimer l'action en train de s'accomplir » :

Lazare est ressuscité à la voix de Jésus.

Je pense donc que la phrase à l'étude n'est pas fautive, mais qu'il aurait été préférable d'écrire :

On l'a enterré à plusieurs reprises depuis son entrée en politique et il est toujours ressuscité.

Line Gingras
Traductrice indépendante
Québec

« Ici comme là-bas » : http://www.ledevoir.com/2008/02/28/178118.html

Posté par Choubine à 05:19 - Langue et traduction - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    De circonstance pendant le Carême.

    Posté par Rosa, jeudi 6 mars 2008 à 17:26
  • J'aurais pu attendre à Pâques, mais je n'ai pas voulu pousser!

    Posté par Choubine, jeudi 6 mars 2008 à 17:30
  • Régal presque quotidien que votre blog ! Ah, la nature des mots ! Ah la confusion verbe être - verbe avoir !...

    Posté par lakevio, vendredi 7 mars 2008 à 13:23

Poster un commentaire