Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 12 novembre 2007

Faire sa part

Faire sa part; to do one's part; calque de l'anglais; anglicisme.

  • Le milieu du travail devra aussi faire sa part. Sur ce point, le Dr Davignon montre directement du doigt l'organisation du travail qui, plutôt que d'aplanir les différences intergénérationnelles, les accentue. (Louise-Maude Rioux Soucy.)

L'expression faire sa part est très souvent utilisée au Québec, au sens d'«apporter sa contribution». Cependant, d'après le Multidictionnaire, le Chouinard et le Colpron, il s'agirait du calque de l'anglais to do one's part - que l'on pourrait éviter en disant plutôt collaborer, contribuer, participer, appuyer, fournir sa part (d'efforts), faire son devoir, y mettre du sien (voir aussi la Banque de dépannage linguistique) :

Toute la population doit *faire sa part* afin de préserver l'environnement = Toute la population doit fournir sa part d'efforts afin de préserver l'environnement / Toute la population doit contribuer à la préservation de l'environnement.

J'ai consulté le Petit Robert (2007), à l'article «part» : faire sa part ne s'y trouve pas. Le Hanse-Blampain, la Banque de dépannage linguistique et le Trésor de la langue française informatisé signalent par ailleurs faire sa part à quelque chose, «lui attribuer sa place, l'importance méritée» (Hanse-Blampain).

Line Gingras
Québec

«Étranger dans sa propre maison» : http://www.ledevoir.com/2007/10/27/162189.html

Posté par Choubine à 06:56 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire