Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 21 septembre 2007

À répétition

Répétitions fâcheuses.

  • La colère populaire ne s'était pas exprimée avec autant d'ampleur depuis 1988, alors que le régime d'alors [...] avait fait l'unanimité de la rue contre lui. (Guy Taillefer.)

... depuis 1988; le régime d'alors...

  • Suivent ensuite les résultats aux examens de lecture à 15 ans (15%) et les méthodes de travail (11%). (Clairandrée Cauchy.)

Suivent les résultats aux examens...
Viennent ensuite les résultats aux examens...

  • Le Parti conservateur transférait des dizaines de milliers de dollars à des candidats qui avaient peu de chances de dépenser la totalité des dépenses électorales auxquelles ils avaient droit. (Manon Cornellier.)

... qui avaient peu de chances de faire la totalité des dépenses...

  • Les modes d'écoute sont multiples et non limitatifs : chacun pourra s'exprimer comme bon lui semble. Tout semble en place pour une bonne conduite et un travail efficace. (Marie-Andrée Chouinard.)

... comme bon lui semble. Tout paraît en place...

Line Gingras
Québec

«La révolte des moines» : http://www.ledevoir.com/2007/09/21/157731.html
«Statistique Canada - Il y a plus de filles que de gars à l'université...» : http://www.ledevoir.com/2007/09/21/157721.html
«Risquer d'être jugé» : http://www.ledevoir.com/2007/09/05/155574.html
«Passion vs raison» : http://www.ledevoir.com/2007/08/16/153498.html

Posté par Choubine à 06:18 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Et au fait, les journalistes des diverses radios et télés québoises ont-ils la même virtuosité et maîtrise linguistiques que leurs collègues de la presse écrite? Ce serait bien de relever de temps en temps quelques perles qui auraient écorché vos oreilles.

    Et puis question plus vaste: Y a-t-il un lien entre la désaffection des Québécois pour l'idée d'indépendance et leur méconnaissance grandissante de la langue dont ils sont censés assurer la pérennité en Amérique du nord?

    Posté par Protolapon, samedi 22 septembre 2007 à 09:25
  • Je suis mal placée pour juger de la langue de la radio ou de la télévision : j'écoute beaucoup la radio, mais seulement des émissions musicales, à un volume assez bas pour ne pas déranger la concentration; je n'entends donc que vaguement ce qui se dit. Quant à la télévision, je ne la regarde presque plus.

    En réponse à votre deuxième question, disons que je mets en doute la profondeur des convictions des Québécois qui se disent souverainistes tout en apportant peu de soin à la façon dont ils s'expriment. La langue française est notre bien collectif le plus précieux. Y tenons-nous vraiment? Maintenant que nous avons la possibilité de vivre et de nous épanouir en français, allons-nous laisser notre héritage se dégrader?

    Posté par Choubine, lundi 24 septembre 2007 à 02:09

Poster un commentaire