Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 31 août 2007

Tout l'Allemagne

Tout, adjectif indéfini; orthographe.

  • ... le plus bel endroit de tout_ l’Allemagne... (Stéphane Laporte.)

Tout, adjectif indéfini, est variable : toute la Nouvelle-Écosse, toute la Floride, toute la France, toute l'Italie, toute l'Angleterre, toute l'Allemagne.

Line Gingras
Québec

«Voir la Bavière et pleurer» : http://www.cyberpresse.ca/article/20070824/CPBLOGUES08/70824006/5032/CPBLOGUES08

Posté par Choubine à 23:59 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 30 août 2007

Génèse

Génèse; orthographe.

  • ... aucun conflit adulte ne trouve sa génèse ailleurs. (Amélie Nothomb, Le sabotage amoureux; passage cité [textuellement?] dans l'édition canadienne de Sélection, septembre 2007, page 33.)

Le substantif genèse s'écrit sans accent aigu :

Genèse d'une œuvre d'art. (Petit Robert.)

Line Gingras
Québec

Posté par Choubine à 23:59 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 29 août 2007

Cerceuil ou cercueil?

Cerceuil; cercueil; orthographe.

  • Je trouve ce genre de comptabilité ignoble. Tous ces soldats se battent pour le Canada. D’ailleurs, leur cerceuil est entouré du même drapeau… (Michel Vastel.)

Cerceuil, ça sonne un peu comme cerceau, mais on ne joue pas ici : cercueil.

Line Gingras
Québec

«Le macabre décompte des morts» : http://blogues.lactualite.com/vastel/?p=13

Posté par Choubine à 23:59 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 28 août 2007

Une antidote ou un antidote?

Une antidote; un antidote; genre du nom antidote.

  • Selon lui [l'ancien maire de Québec, monsieur Jean-Paul L'Allier], le monde politique perd une femme qui était «une antidote très forte au cynisme politique». (Presse Canadienne.)

Peu importe que l'on parle d'une femme - en l'occurrence madame Andrée Boucher, mairesse de Québec, décédée subitement vendredi dernier -, antidote est un nom masculin :

Madame Boucher était un antidote puissant contre le cynisme... et contre l'ennui.

Line Gingras
Québec

«L'Allier rend hommage à son ex-adversaire» : http://www.cyberpresse.ca/article/20070825/CPACTUALITES/70825041/-1/CPACTUALITES

Posté par Choubine à 19:23 - Langue et traduction - Commentaires [4] - Permalien [#]

lundi 27 août 2007

Aire post-glaciaire

Aire glaciaire; aire ou ère; post-glaciaire ou postglaciaire; le préfixe post; homonymes; trait d'union; orthographe.

  • C'est une toute petite plante vivace, presque invisible aux yeux des néophytes. L'astragale de Robbins, variété de Fernald, est pourtant une vraie survivante. Rescapée de l'aire post-glaciaire aujourd'hui rarissime, on ne peut l'observer au Québec qu'à Blanc-Sablon. (Alexandre Shields.)

D'après le Petit Robert et le Multidictionnaire, l'aire est une surface, un territoire; monsieur Shields, sans doute, a voulu dire ère, au sens de «division la plus grande des temps géologiques». Or, toujours selon le Petit Robert, chaque ère géologique est subdivisée en périodes, époques et âges - et suivant ce que je vois aux articles «glaciaire» et «postglaciaire», il faudrait parler ici non pas d'ère, mais de période. Toutefois je ne suis pas spécialiste de ces questions...

Il convient de noter, par ailleurs, que postglaciaire est écrit sans trait d'union dans le Petit Robert; c'est également la graphie que recommande le Multidictionnaire : «Les mots composés du préfixe post- s'écrivent en un seul mot, à l'exception de l'adjectif post-traumatique et des expressions latines. Postsynchronisation, post-scriptum.»

Line Gingras
Québec

«Sauver l'astragale» : http://www.ledevoir.com/2007/08/27/154743.html

Posté par Choubine à 16:22 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 26 août 2007

Prendre en compte

Prendre en compte; pris en compte; prise en compte; to take into account.

  • À lire ces conversations entre un sociolinguiste et son disciple de la Nouvelle Revue française, on sera interpellé par l'optimisme qui défend le multilinguisme, sans prendre en compte la disparition que ces transformations sous-tendent. (Guylaine Massoutre.)

Une lectrice m'interroge sur l'expression prendre en compte, de plus en plus fréquente. Faut-il y voir l'influence de l'anglais? Devrait-on l'éviter? A-t-elle un sens différent de tenir compte (de)?

En 1985, j'ai rédigé une étude sur prendre en compte pour la série de fiches Repères - T/R, que produisait le Bureau de la traduction de l'administration fédérale. J'ai consulté alors quatre-vingt-treize ouvrages et n'ai trouvé cette locution, au sens de prendre en considération, que dans le Grand dictionnaire encyclopédique Larousse; les dictionnaires Bordas la donnaient également, mais avec une autre acception. Prendre en compte était déjà adoptée par certains auteurs; elle me paraissait en voie de passer de la langue des affaires dans la langue courante - sans doute sous l'influence de l'anglais to take into account et en raison de sa ressemblance formelle avec les deux tours synonymes prendre en considération et tenir compte de. J'estimais prudent, néanmoins, de ne pas encore la considérer comme reçue dans le bon usage, vu son absence des dictionnaires de langue.

Qu'en est-il aujourd'hui? L'expression prendre en compte est admise sans réserves dans le Petit Robert (à l'article «compte»), dans le Trésor de la langue française informatisé (à l'article «prendre») et dans le Multidictionnaire. D'après ce que je peux voir, elle est utilisée dans le même sens que prendre en considération et tenir compte de :

Cet aspect du problème devra être pris en compte. (Petit Robert.)

Nous devons prendre en compte cette nouvelle réalité. (Multidictionnaire.)

Plus courte que prendre en considération, elle est en outre plus facile à manier que tenir compte de...

Line Gingras
Québec

«Littérature française - Cibles en mouvement» : http://www.ledevoir.com/2007/06/09/146762.html

Posté par Choubine à 17:28 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 25 août 2007

Retourner un appel

Retourner un appel; to return a call; anglicisme; calque de l'anglais.

  • Ni Mme Boucher ni M. Petit n'ont retourné les appels du Devoir hier. (Hélène Buzzetti, avec la collaboration de Monique Bhérer.)

On peut très bien retourner une lettre, c'est-à-dire la renvoyer à son point de départ :

Cette lettre a été retournée à l'expéditeur, l'adresse étant inexacte. (Multidictionnaire.)

On ne saurait toutefois faire de même avec un appel téléphonique. Selon le Multidictionnaire et le Colpron, retourner un appel est le calque de to return a call; en français, d'après ce que je vois dans ces ouvrages de même que dans le Meertens et Le français au bureau, on rappelle quelqu'un. L'Office québécois de la langue française propose également rendre un appel.

Line Gingras
Québec

«Dépenses électorales - Le PC s'est joué des règles» : http://www.ledevoir.com/2007/08/24/154460.html

Posté par Choubine à 05:40 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 24 août 2007

Belle reconnaissance

  • C’est avec tristesse que nous apprenons le décès de deux soldats canadiens en Afghanistan. L’ensemble de la population canadienne est fière de ces compatriotes exceptionnels et reconnaissants des sacrifices qu’ils ont consentis. (Stephen Harper, premier ministre du Canada.)

Cette déclaration paraîtrait plus sincère si on n'attribuait pas le sentiment de gratitude aux compatriotes exceptionnels - les deux soldats qui ont été tués -, mais à la population : reconnaissante.

Distraction? Montrez-moi que j'ai tort d'appeler cela de l'indifférence.

Line Gingras
Québec

Déclaration du premier ministre : http://www1.pm.gc.ca/fra/media.asp?id=1801

Posté par Choubine à 01:56 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 23 août 2007

Opérationel ou opérationnel?

Opérationel ou opérationnel; force opérationelle ou force opérationnelle; lieutenant colonel ou lieutenant-colonel; orthographe; anglicisme.

  • ... la force opérationelle canadienne en Afghanistan... (Claude Lévesque.)

L'anglais operational s'écrit avec un seul n, mais le français opérationnel en prend deux : la force opérationnelle.

  • ... la lieutenant colonel Bridget Rose...

D'après TERMIUM et le Petit Robert, on écrit lieutenant-colonel avec un trait d'union.

  • Vendredi dernier, deux autre_ militaires canadiens...
  • «Pour moi, il s'agit d'une cause noble, d'une mission noble. Il faut envoyer un message de solidarité à l'occasion de cette tragédie nationale. Mes pensée_ vont aux familles», a dit le critique du Parti libéral du Canada en matière de défense, Denis Coderre.

Line Gingras
Québec

«Journée noire à Kandahar» : http://www.ledevoir.com/2007/08/23/154305.html

Posté par Choubine à 05:18 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 22 août 2007

L'emphase est mise sur...

Mettre l'emphase sur; emphase; to put the emphasis on; calque de l'anglais; anglicisme.

  • Selon le porte-parole de la SQ, Richard Gagné, l'emphase est mise sur l'information voulant qu'un homme seul ait demandé à la fillette de l'aider à chercher son petit chien. (Presse Canadienne.)

Dans la langue courante, on appelle emphase l'«emploi abusif ou déplacé du style élevé, du ton déclamatoire», l'«exagération dans la manifestation des sentiments» (Petit Robert) :

Il parla à son tour d'un ton doctrinaire, avec l'emphase apprise dans les proclamations. (Maupassant.)

Un dévouement sans comédie et sans emphase. (Baudelaire.)

Il se contenta de déclarer sans emphase qu'il avait fait son devoir. (Lexis.)

Camil Chouinard tient donc pour fautive l'expression mettre l'emphase sur, au sens de «mettre l'accent sur». Cet emploi est considéré comme un anglicisme par le Multidictionnaire, le Colpron et le Dagenais; il s'agit du calque de to put the emphasis on, qui peut se traduire de différentes manières, selon le contexte : mettre l'accent sur, insister sur, faire ressortir, souligner, faire valoir, appuyer sur, mettre en valeur, mettre en relief.

Voir aussi la Banque de dépannage linguistique de l'Office québécois de la langue française (http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?Th=3&id=1884) et Le français au micro, de Radio-Canada (http://www.radio-canada.ca/radio/francaismicro/description.asp?ID=219&CAT=E&leid=348&lacat=e).

Line Gingras
Québec

«Cédrika : Charest encourage les enquêteurs» : http://www.cyberpresse.ca/article/20070817/CPACTUALITES/70817129/1019/CPACTUALITES

Posté par Choubine à 06:43 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]