Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 31 juillet 2007

Entre tirets

  • Une décision de la Cour suprême - l’arrêt Hamilton, qui traitait d’un site sur lequel un homme incitait les internautes à faire des fraudes par carte de crédit - pourrait toutefois être invoqué ici. (Tristan Péloquin.)

Le passage entre tirets apporte une précision utile, c'est certain; mais on peut le supprimer sans modifier le message central de la phrase :

Une décision de la Cour suprême pourrait toutefois être invoquée ici.

Line Gingras
Québec

«Quand un pédophile devient blogueur» : http://blogues.cyberpresse.ca/peloquin/

Posté par Choubine à 23:59 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 30 juillet 2007

Au Centre George-Pompidou

George Pompidou; poupée de chiffons; orthographe.

  • Au-dessus de leurs têtes circulent des poupées de chiffons suspendus dans le vide. Ces pantins désarticulés semblent observer le visiteur et le scruter... (Christian Rioux.)

D'après les exemples que je vois dans le Petit Robert et le Trésor de la langue française informatisé, à l'article «poupée», on écrit poupée de chiffon - et poupée de carton, de cire, de cuir, d'ivoire, de papier mâché, de plastique, de porcelaine, de son, de terre cuite. Cependant, à l'article «chiffon», le Trésor donne poupée de chiffon(s). Les deux formes sont donc acceptables, quoique les résultats d'une recherche Google montrent que chiffon se met le plus souvent au singulier dans ce contexte.

Mais qu'est-ce qui est suspendu dans le vide? Des chiffons, comme pourrait le laisser entendre l'accord de l'adjectif au masculin pluriel? Je n'ai pas vu l'exposition, mais je crois comprendre qu'il s'agit de poupées : suspendues.

* * * * *

  • ... le petit musée intérieur que présente Annette Messager jusqu'au mois de septembre, au Centre George-Pompidou, à Paris.

  • C'est l'une des artistes françaises les plus réputées dans le monde qu'accueille tout l'été le Centre George-Pompidou.

Selon le Petit Robert des noms propres et le Petit Larousse illustré, le prénom de monsieur Pompidou s'écrit Georges; une recherche Google confirme que le s final se retrouve, comme il se doit, dans le nom du musée : le Centre Georges-Pompidou.

Line Gingras
Québec

«Inquiétante Messager» : http://www.ledevoir.com/2007/07/30/151851.html?fe=1621&fp=127439&fr=33252

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 29 juillet 2007

Le fil perdu

  • Leur travail sur la profondeur de champ, sur la géométrie des plans et sur la perspective force l'admiration, et nous font souhaiter qu'ils aient été mis au service d'une histoire plus riche et moins prévisible... (Martin Bilodeau.)

Leur travail [...] force l'admiration, et nous fait souhaiter qu'il ait été mis....

Ou plutôt :

Leur travail [...] force l'admiration; on aurait souhaité qu'il soit mis...

Leur travail [...] force l'admiration; on regrette qu'il n'ait pas été mis...

Line Gingras
Québec

«Quand tout le monde brille ou presque...» : http://www.ledevoir.com/2007/07/28/151678.html

Posté par Choubine à 23:59 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 28 juillet 2007

Personne, c'est une femme?

Personne, pronom indéfini; bien entendu, locution adverbiale; orthographe; grammaire française.

  • Mais qui aurait osé reprocher à Madame de la voir se livrer à de telles activités? Personne bien entendue. (Michel Vastel, dans Le Journal de Québec.)

Personne, employé comme nom, est toujours féminin, même s'il désigne un homme :

Cette personne sera entendue par le comité demain après-midi.

Utilisé comme pronom indéfini, il est toujours masculin (et singulier, cela va de soi) :

Personne n'est contraint de l'imiter.
Personne ne me dira ce que je dois faire.

Dans un autre ordre d'idées, bien entendu, employé au sens de «évidemment», est une locution adverbiale et reste donc invariable :

Mais qui aurait osé reprocher à Madame de la voir se livrer à de telles activités? Personne, bien entendu.

Line Gingras
Québec

«La culture du "tout m'est dû"» : http://www.canoe.com/infos/chroniques/michelvastel/archives/2007/06/20070616-100100.html

Posté par Choubine à 23:59 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 27 juillet 2007

Envisager + infinitif

Envisager + infinitif; envisager de + infinitif; syntaxe du français.

  • Le projet [...] devrait voir le jour l'an prochain pour la 26e édition de ce grand rassemblent de clowns. «La Gringa» envisage y monter sur scène avec Coco Legrand. (Fabien Deglise.)

D'après les dictionnaires généraux que j'ai sous la main, envisager, suivi d'un infinitif, s'emploie toujours avec la préposition de :

Ils envisagent de déménager. (Petit Robert.)

Envisagez-vous d'agrandir cette école? (Multidictionnaire.)

Nous savions déjà que vous envisagiez d'abandonner votre ancienne situation. (Adamov, dans le Lexis.)

Je n'ai jamais envisagé un instant de pouvoir répondre quelque jour à un de vos extravagants billets. (Montherlant, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Il aurait fallu écrire : «La Gringa» envisage d'y monter sur scène...

Line Gingras
Québec

«La Gringa de Montréal» : http://www.ledevoir.com/2007/07/19/150811.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 26 juillet 2007

À cheval entre

À cheval entre ou à cheval sur.

  • À cheval entre trois cultures, l'humoriste, qui «n'arrête pas d'avoir des idées pour des nouveaux monologues depuis [qu'elle est] arrivée à Montréal», dit-elle, ne cesse depuis quelques jours de s'étonner du Québec d'aujourd'hui. (Fabien Deglise.)

D'après ce que je vois dans les dictionnaires, on est à cheval sur quelque chose :

Les enfants sont à cheval sur le muret. (Multidictionnaire.)

Longtemps il m'avait fait sauter sur sa jambe tendue en chantant : «À cheval sur mon bidet; Quand il trotte il fait des pets», et je riais de scandale. (Sartre, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

À cheval sur deux périodes. (Petit Robert.)

Cette propriété est à cheval sur deux communes. (Lexis.)

Cette zone frontière, à cheval sur la France et la Belgique... (Van der Meersch, dans le Trésor.)

* * * * *

Lorsque j'étais petite, nous avions un cheval. Mon grand-père lui parlait toujours en langage de cheval : «Bêkopp! Bêkopp! Wôôô!» (Après le cheval, il a continué avec le tracteur.) Mais nous, les enfants, n'avions pas le droit d'en approcher; mon frère a reçu une ruade, une fois. Le cheval était là pour tirer la charrue, et pour monter à la cabane à sucre.

Un jour de printemps, nous étions plusieurs dans la voiture, en route pour la cabane - loin, très loin dans la montagne. Quelques minutes j'ai tenu les rênes. Jusqu'à ce que le cheval, inexplicablement, me fasse ses besoins sous le nez.

Mon oncle Eugène, il a ri.

Line Gingras
Québec

«La Gringa de Montréal» : http://www.ledevoir.com/2007/07/19/150811.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 25 juillet 2007

Joujous

  • Ne remplissez jamais les formulaires d’enregistrement qui vous sont fournis avec vos joujous électroniques. (Tristan Péloquin.)

Bijoux, cailloux, choux, genoux, hiboux, joujoux, poux.

C'est comme monter à bicyclette, non?

Line Gingras
Québec

«Harry Potter piraté : l'art de se mettre dans la m...» : http://blogues.cyberpresse.ca/peloquin/?p=239

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 24 juillet 2007

Latin perdu et retrouvé

  • Le recours aux langues nationales avaient été imposé comme une nécessaire modernisation du culte, mais ce changement en avait heurté plus d'un. (Jean-Claude Leclerc.)

Qu'est-ce qui avait été imposé? le recours aux langues nationales. C'est le noyau du groupe sujet, recours, qui commande l'accord du verbe : avait été imposé.

Line Gingras
Québec

«La stratégie de Benoît XVI - De la messe en latin à Jésus de Nazareth» : http://www.ledevoir.com/2007/07/09/149812.html

Posté par Choubine à 23:59 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 23 juillet 2007

Inquiétées? Pas du tout

  • Inquiétées par les révélations faites par des joueurs de baseball lors d'audiences au Congrès, le commissaire de la Ligue nationale s'est empressé de former une commission d'enquête dirigée par l'ex-sénateur George Mitchell. (Serge Truffaut.)

Les révélations inquiètent le commissaire, oui; mais elles ne sont pas inquiétées. Lui, par contre...

Line Gingras
Québec

«L'argent dopé» : http://www.ledevoir.com/2007/07/23/151111.html

Posté par Choubine à 23:59 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 22 juillet 2007

Quoi que + indicatif

Quoi que + indicatif ou subjonctif; quoi que + mode; grammaire française; syntaxe du français.

  • Quoi qu'en pensait cet apparatchik libéral, M. Charest n'a eu aucune difficulté à trouver neuf ministrables parmi les élues du 26 mars. (Michel David.)

Après quoi que, il faut employer le subjonctif :

Quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, restez bien tranquilles.

Je ne parvins plus à faire quoi que ce fût de mon programme. (Duhamel, dans le Petit Robert.)

On aurait pu écrire :

Quoi qu'en pensât cet apparatchik libéral...

Malgré ce qu'en pensait / En dépit de ce qu'en pensait / Peu importe ce qu'en pensait cet apparatchik libéral...

N'en déplaise à cet apparatchik libéral...

Line Gingras
Québec

«Les trois étoiles» : http://www.ledevoir.com/2007/06/09/146791.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]