Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 19 juin 2007

Madame Marois aurait-elle manqué de temps?

  • Nous devons en finir avec certaines idées toutes faites dans lesquels une très large majorité de Québécois ne se reconnaissent plus. (Pauline Marois, candidate [unique] à la direction du Parti québécois.)

Le pronom relatif s'accorde en genre et en nombre avec son antécédent :

... certaines idées toutes faites dans lesquelles...

  • Nous devons également prendre conscience de la crise de confiance de la population à l'égard des institutions et des services publics et offrir des garanties sur l'utilisation de leurs taxes et impôts.

Leurs, au premier abord et d'un point de vue strictement grammatical, renvoie aux institutions et aux services publics..., mais on se rend compte que cela n'a pas de sens : en fait, madame Marois veut parler des taxes et des impôts que paie la population. Cette syllepse n'est pas à condamner absolument, mais elle donne à mon avis une impression de laisser-aller qui ne convient pas, il me semble, à un texte sérieux où la future dirigeante d'un parti qui espère gouverner le Québec expose sa façon d'envisager l'avenir. La candidate aurait pu écrire :

... sur l'utilisation de ses taxes et impôts.
... sur l'utilisation de ses taxes et de ses impôts.

... sur l'utilisation des taxes et des impôts.

Line Gingras
Québec

«Pour redevenir le parti des Québécois» : http://www.ledevoir.com/2007/06/19/147783.html?fe=1300&fp=127439&fr=26965

Posté par Choubine à 05:08 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]