Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 15 juin 2007

Aucune faveur ni raccourci

Aucun devant des noms coordonnés; répétition de aucun; grammaire française; syntaxe du français.

  • Je suis gêné d’avoir à le préciser, mais je vous entends ricaner : non, je n’ai bénéficié d’aucune faveur ni raccourci. (Pierre Foglia.)

J'ai trouvé six exemples d'utilisation de l'adjectif ou déterminant indéfini aucun avec des noms coordonnés des deux genres, dans les douze ouvrages consultés. Dans cinq de ces exemples, le déterminant est employé devant chacun des noms :

Aucun gâteau ni aucune glace ne sont permis par ce régime. (Multidictionnaire.)

Aucun ordre ni aucune prière ne purent le faire changer d'avis. (Hanse-Blampain.)

Aucun discours ni aucune pression ne put le faire changer d'avis. (Girodet.)

À l'avenir, aucune cérémonie et aucun cercle ne sera contremandé. (Napoléon, dans Le bon usage, paragraphe 443, b.)

Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s'en [= de la souveraineté nationale] attribuer l'exercice. (Constitution française du 4 octobre 1958, dans Le bon usage, paragraphe 443, b.)

Dans le sixième exemple, aucun est répété plusieurs fois devant des éléments juxtaposés, afin de produire un effet d'insistance, mais il ne précède que le premier de trois termes réunis par ou :

Là tout est laid, mesquin, figé. Aucun jardin public, aucun lieu, que le cabaret, pour se réunir le dimanche; aucun chant, aucun jeu, spectacle ou musique; aucune invite à se distraire un instant de sa peine et de ses plus égoïstes intérêts. (Gide, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Je pense qu'il s'agit d'un choix stylistique visant à alléger la phrase. Cela dit, Hanse et Blampain invitent le lecteur à noter, dans l'exemple qu'ils proposent (Aucun ordre ni aucune prière ne purent le faire changer d'avis), la répétition de aucun devant le second élément coordonné. Il me semble indiqué de se conformer à cette façon de faire, dans la langue courante. Ainsi, on aurait pu écrire :

... je n'ai bénéficié d'aucune faveur ni d'aucun raccourci.

Line Gingras
Québec

«Mes hôpitaux» : http://www.cyberpresse.ca/article/20070612/CPOPINIONS05/70612022/5034/CPOPINIONS/?utm_campaign=retention&utm_source=bulletin&utm_medium=email

Posté par Choubine à 03:15 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire