Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 31 mai 2007

Prêter flanc ou prêter le flanc?

Prêter le flanc ou prêter flanc.

  • Par son comportement et ses déclarations maladroites, M. Boisclair avait prêté flanc aux attaques de M. Charest. (Michel David.)

Les dictionnaires généraux que j'ai sous la main consignent tous l'expression prêter le flanc (à). Cette locution appartient d'abord au langage militaire; prêter le flanc, c'est découvrir le flanc d'une troupe, l'exposer aux attaques de l'ennemi :

Il avait été asticoté par les avant-postes de Zobel pendant la petite heure où il avait prêté le flanc. (Giono, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Le tour s'emploie aussi dans la langue figurée; prêter le flanc à la critique, à des attaques, à la médisance, à la curiosité..., c'est y donner prise, s'y exposer :

Le directeur, en refusant de rencontrer les employés malgré la tournure des événements, a prêté le flanc à la critique.

Se laisser voir avec un grand désir non satisfait [...] c'est prêter le flanc à toutes les mauvaises plaisanteries possibles... (Stendhal, dans le Trésor.)

Le Petit Robert (2007), le Lexis (1977) et le Multidictionnaire (Marie-Éva de Villers, 2003) ne reçoivent que prêter le flanc, avec l'article. Le Trésor admet cependant prêter flanc, sans l'article; il donne un exemple de cette construction :

L'archevêque prêtait flanc du côté des mœurs. (Sainte-Beuve.)

Aucun des huit ouvrages de difficultés que j'ai consultés n'aborde la question.

Je pense qu'il vaut mieux employer prêter le flanc; l'omission de l'article ne me paraît pas un bien grand péché, mais une recherche Google semble confirmer qu'elle est peu courante.

Line Gingras
Québec

« Un sentiment d'urgence » : http://www.ledevoir.com/2007/05/17/143837.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 30 mai 2007

Se déclarer, verbe attributif

Verbe attributif se déclarer; attribut du sujet; grammaire française; orthographe d'accord.

  • ... 39 % des Québécois se déclarent favorable à cette option... (Antoine Robitaille.)

Se déclarer est un verbe attributif - l'équivalent de déclarer être. L'adjectif favorable est donc attribut du sujet, Québécois, avec lequel il s'accorde en genre et en nombre :

... 39 % des Québécois se déclarent favorables à cette option...

* * * * *

Une précision s'impose cependant : d'après le Hanse-Blampain, on pourrait dire aussi que le sujet du verbe est l'expression de pourcentage, 39 %; l'attribut pourrait donc s'accorder avec 39 %, que l'on tient pour un masculin pluriel. Cela ne change rien dans la phrase qui nous intéresse, étant donné que le complément de l'expression de pourcentage, des Québécois, est également un masculin pluriel; mais cet accord me paraîtrait étrange dans la phrase ... 39 % des Québécoises se déclarent heureuses [heureux?] de cette décision.

Par ailleurs, il serait admis d'employer le singulier dans la phrase suivante :

... 1 % des Québécois se déclare favorable à cette option...

L'accord avec le complément, au pluriel, me paraît toutefois plus courant.

Line Gingras
Québec

«Les libéraux relégués au 3e rang» : http://www.ledevoir.com/2007/05/28/145118.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 29 mai 2007

Mal lui en pris

Mal lui en pris; mal lui en prit; grammaire française; orthographe.

  • ... l’éphémère gouvernement de Joe Clark avait pensé que jamais les libéraux ne prendraient le risque de le battre sur un budget – surtout que leur chef venait de démissionner. Mal lui en pris... (Michel C. Auger, dans Le Soleil.)

On écrit soit mal lui en prit, au passé simple, soit mal lui en a pris, au passé composé.

Line Gingras
Québec

«Les accidents qui arrivent» : http://blogues.cyberpresse.ca/mcauger/?p=606140945

Posté par Choubine à 23:59 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 28 mai 2007

Souhaiter que

Souhaiter que + indicatif; souhaiter que + futur; souhaiter que + subjonctif; souhaiter que + mode; grammaire française; syntaxe du français.

  • Dans l'ensemble, il faut donc applaudir à cette initiative de l'administration Tremblay et souhaiter que les consultations à venir serviront à consolider les propositions les plus prometteuses pour l'amélioration de la qualité de vie à Montréal. (Jean-Robert Sansfaçon.)

D'après le Multidictionnaire et le Hanse-Blampain, souhaiter que est suivi du subjonctif :

Je souhaitais en effet que vous rencontriez mon fils. (Sartre, dans le Lexis.)

Je souhaite de tout mon cœur que vous trouviez le garçon de votre âge que vous méritez et qui bâtira une vraie vie avec vous. (Anouilh, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Comme il serait à souhaiter pourtant que cette thèse fût exacte! (Thibaudet, dans le Trésor.)

Je lis dans le Dupré (Encyclopédie du bon français dans l'usage contemporain) la remarque suivante, reproduite dans le Trésor : «Il n'est pas à recommander d'employer le futur après souhaiter que, même si le souhait est probable et près de se réaliser.»

On aurait pu écrire, selon la nuance à exprimer :

... et souhaiter que les consultations à venir servent à consolider...

... et espérer que les consultations à venir serviront à consolider...

Line Gingras
Québec

«Un plan ambitieux» : http://www.ledevoir.com/2007/05/18/144027.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 27 mai 2007

Mis à part

Mis à part, variable ou invariable; mis à part, accord du participe passé; grammaire française; orthographe.

  • Comment les Forces armées sont-elles parvenues à afficher une telle augmentation? Mis à part une campagne de publicité coûteuse [...] les Forces armées ont particulièrement bien ciblé leur public. (Alec Castonguay.)

J'ai cru d'abord qu'on avait oublié de faire accorder le participe passé : la campagne de publicité n'est-elle pas mise à part? Vérification faite, voici ce qu'il en est : selon le Multidictionnaire et le Hanse-Blampain, l'expression mis à part, placée devant le nom, est généralement invariable. Après le nom, cependant, le participe varie en genre et en nombre :

Mis à part ces quelques bévues, il s'est bien acquitté de sa tâche.

Ces quelques bévues mises à part, il s'est bien acquitté de sa tâche.

Line Gingras
Québec

«Dans la mire de l'armée» : http://www.ledevoir.com/2007/05/26/144908.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 26 mai 2007

En autant de

En autant de et l'adjectif numéral ordinal; grammaire française; syntaxe du français; anglicisme; calque de l'anglais.

  • C'est la deuxième fois en autant de semaines que le chef de l'ADQ donne l'impression de réveiller le gouvernement... (Michel David.)

Il semble admis d'écrire en anglais :

The American set his third world record in as many days... (Beth Harris.)

En français, cependant, «il faut d'abord mentionner un nombre avant de pouvoir dire en autant de» (Chouinard). Or, deuxième n'est pas un nombre, mais un adjectif numéral ordinal; on l'utilise pour indiquer l'ordre, le rang, pas la quantité. Je verrais ici deux constructions possibles :

Cela fait deux fois en autant de semaines...
C'est la deuxième fois en deux semaines...

La faute est très courante au Canada. Le Colpron aborde aussi la question.

Line Gingras
Québec

«Qui mène?» : http://www.ledevoir.com/2007/05/24/144589.html
«Phelps sets third world record in as many days» : http://the.honoluluadvertiser.com/article/2007/Mar/29/br/br7316092548.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 25 mai 2007

Faire leur preuve

Faire leur preuve ou faire leurs preuves; faire ses preuves.

  • Si elles avaient le choix, peut-être qu'elles finiraient par faire comme les hommes et qu'elles cesseraient de se croire obligées de faire leur preuve encore et encore. (Lise Payette, dans Le Journal de Montréal.)

On dit d'une personne ou d'une chose qui a montré sa valeur ou ses capacités qu'elle a fait non pas sa preuve, mais ses preuves. De même, plusieurs personnes ou plusieurs choses ont fait leurs preuves :

Tous les chevaliers armés [...] ont fait leurs preuves au champ d'honneur...(Genlis, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Décentraliser. Il existe pour cela plusieurs méthodes qui ont fait leurs preuves. (Univers écon. et soc., dans le Trésor.)

Line Gingras
Québec

«Le petit chaperon rouge» : http://www.canoe.com/infos/chroniques/lisepayette/archives/2007/04/20070423-073901.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 24 mai 2007

Publicité honteuse

Impératif, deuxième personne du singulier; grammaire; orthographe.

Vu aujourd'hui, à la page des blogues du réseau Canoë, cette publicité de la société Old Spice, en belles majuscules bien lisibles :

  • Apprend-le, vit-le, mesure-le...

J'ignore ce qu'il s'agit d'apprendre ou de vivre, je ne veux pas savoir ce qu'on incite à mesurer. Mais je signale qu'il fallait écrire : Apprends-le, vis-le, mesure-le.

Un sur trois.

Line Gingras
Québec

http://www.canoe.com/blogues/

Posté par Choubine à 23:59 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 23 mai 2007

Le gel ou l'année?

  • En somme, si les négociations en cours aboutissent à ce résultat, on pourra dire, dans dix ans, que le maire de Montréal avait choisi, en 2007, de couler dans le ciment des mesures jusque-là temporaires en échange d'un gel salarial d'une année destinée à boucler son budget. (Jean-Robert Sansfaçon.)

Qu'est-ce qui serait destiné à boucler le budget? Pas l'année, mais le gel salarial, qui durerait une année : destiné.

Line Gingras
Québec

«Une négociation à courte vue» : http://www.ledevoir.com/2007/05/23/144448.html

Posté par Choubine à 19:30 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 22 mai 2007

Flamands roses

Flamand rose ou flamant rose; homonymes; orthographe.

  • ... le voyage en péniche reste une expérience des plus agréables, tapissée de champs de lavande, de vignobles, de mas et de quelques flamants roses. (Laurence Clavel.)
  • ... nous marchons dans les sentiers aménagés en pleine nature, accompagnés par les hérons, les flamands roses, les ragondins, et par le cri étonnant du butor.

Je veux bien que l'on aime les flamants roses - et les Flamands roses...

Line Gingras
Québec

«La vie comme un long canal tranquille» : http://www.ledevoir.com/2007/05/19/143771.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]