Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 18 juillet 2006

Non au défaitisme

  • Même si je reconnais et déplore ce fait qui fait partie de l'ouragan anglophone qui déferle sur la terre entière, «même en France et aussi sur l'Union européenne», il y a peu de choses à y faire. (Gilles Bousquet.)

Il est question, dans cette courte lettre au Devoir, de la progression de l'anglais à Montréal, où «le français se porte mal». Au lieu de baisser les bras, l'auteur aurait pu, il me semble, retravailler son texte de manière à éliminer quelques répétitions.

  • L'anglais est devenu la langue universelle du commerce et du tourisme et d'à peu près de tout le reste, à la place de l'espéranto, qui n'a vraiment jamais décollé, et des autres langues, incluant le français, qui deviennent culturelles.

L'anglais, selon M. Bousquet, est devenu la langue universelle de quoi? du commerce; du tourisme; d'à peu près tout le reste. La préposition de ne doit être employée qu'une seule fois pour introduire le complément déterminatif.

Il aurait suffi d'un peu plus d'attention...

Line Gingras

«Lettres : Le français implose partout» : http://www.ledevoir.com/2006/07/18/113910.html

Posté par Choubine à 04:10 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]