Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 24 juin 2006

Un député, une...

Député, députée; féminin de député; l'apposition détachée et la virgule; usage; graphie; ponctuation.

  • Malgré toutes ses qualités, la député_ d'Hochelaga-Maisonneuve souffre parfois d'un déficit de méchanceté dans son rôle de chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale. (Michel David.)

Le Petit Robert et le Multidictionnaire consignent la forme féminine députée. D'après Hanse et Blampain, on peut dire, en parlant d'une femme, le député ou la députée. Je n'ai consulté que ces trois ouvrages; aucun ne recommande la député.

Dans un autre ordre d'idées, «déficit de méchanceté», c'est joliment dit!

* * * * *

  • ... elle fait obstacle au projet gouvernement...
  • ... quand Le Devoir a publié les résultats d'un un sondage...

* * * * *

  • Chaque fois qu'il a voulu soulever une question d'éthique publique, la présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget_ lui a remis Oxygène 9 sous le nez.
  • Deux autres députés péquistes, Jacques Côté (Dubuc) et Michel Morin (Nicolet-Yamaska)_ n'ont posé aucune question à l'Assemblée nationale au cours de la dernière session.

Placée au milieu de la phrase, l'apposition détachée doit se mettre entre virgules.

Line Gingras

«Bulletin de l'opposition» : http://www.ledevoir.com/2006/06/20/111981.html?338

Posté par Choubine à 00:02 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Moi j'aurais eu tendance à mettre la député...

    Posté par diabolo_coco, samedi 24 juin 2006 à 05:31
  • Et ça n'aurait pas été bien grave! La graphie "députée" est relativement récente, je crois - dans la langue courante en tout cas. Je viens de jeter un coup d'oeil dans deux ouvrages de difficultés un peu anciens, le Colin et le Girodet (1979 et 1981, respectivement) : on n'y admet pas "la députée". Cette forme est aussi absente de mon édition du "Lexis" (1977). Mais ces ouvrages, à vrai dire, ne recommandent pas non plus d'écrire "la député". Et voici un extrait que je relève à l'instant dans le "Trésor de la langue française informatisé" : "Rem. 1. Le subst. fém. députée est peu usité. Il a servi à désigner autrefois, avec une nuance péj. ou iron., l'épouse d'un député (cf. MÉRIMÉE, Lettres ctesse de Montijo, t. 2, 1870, p. 185)." Il faut dire que la publication du "Trésor" a commencé en 1971, et que le volume contenant le mot "député" pourrait donc remonter à une trentaine d'années.

    Posté par Choubine, samedi 24 juin 2006 à 06:18

Poster un commentaire