Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 20 mai 2006

Ne pas avoir le choix de + infinitif

Choix; ne pas avoir le choix de + infinitif; n'avoir d'autre choix que; to have no choice but to; grammaire française; syntaxe du français.

  • Le ministère de l'Éducation n'avait donc pas le choix de revoir les exigences... (Josée Boileau.)

Aucun des neuf ouvrages de difficultés que j'ai consultés ne parle de l'expression ne pas avoir le choix de + infinitif. Je constate toutefois, d'après ce que je lis dans le Petit Robert, le Lexis, le Multidictionnaire et le Trésor de la langue française informatisé, qu'avoir le choix (qui signifie «avoir la liberté, la possibilité de choisir») peut s'employer ou bien seul, ou bien avec un nom complément :

Je n'ai pas le choix. (Multidictionnaire.)
Vous avez le choix des armes... (A. Dumas père, dans le Trésor.)

Je déconseillerais donc d'utiliser ne pas avoir le choix de + infinitif (cette construction, absente des dictionnaires, introduit non pas des choses ou des personnes entre lesquelles on n'a pas la liberté de choisir, mais l'obligation de faire une chose précise, ce qui paraît incompatible avec le sens du mot choix). Serait-il possible, cependant, de remplacer n'avait pas le choix de revoir par n'avait d'autre choix que de revoir? J'ai déjà étudié le tour n'avoir d'autre choix que, dans un billet rédigé pour La plume heureuse; je vous invite à vous y reporter pour un examen des différentes acceptions du mot choix (et pour une courte visite à Venise).

Le Robert & Collins Super Senior, comme traduction de He had no choice but to obey, propose Il ne pouvait qu'obéir. La phrase qui nous intéresse pourrait être reformulée de plusieurs façons; entre autres :

Le ministère de l'Éducation ne pouvait donc que revoir les exigences...

Le ministère de l'Éducation était donc forcé de revoir les exigences...

Le ministère de l'Éducation n'avait donc pas le choix : il lui fallait revoir les exigences...

Line Gingras

«Une filière à suivre» : http://www.ledevoir.com/2006/03/18/104689.html

Posté par Choubine à 03:16 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire