Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 27 février 2006

Patronage

Patronage; sens de patronage; patronage et favoritisme; anglicisme; usage.

  • De tout temps, le ministère des Travaux publics a été considéré comme un nid à patronage. (Hélène Buzzetti.)

Le patronage, lit-on dans le Petit Robert, c'est l'«appui moral donné par un personnage puissant ou un organisme». Il n'y a rien de mal là-dedans! me direz-vous. Eh! non...; cependant, au Québec, ce mot est très souvent utilisé de façon péjorative, comme en anglais, au sens de favoritisme - soit pour désigner, toujours selon le Petit Robert, l'«attribution des situations, des avantages par faveur et non selon la justice ou le mérite».

Cet usage est signalé comme fautif par le Multidictionnaire, le Colpron, le Dagenais et le Chouinard. Il aurait mieux valu écrire, par conséquent :

De tout temps, le ministère des Travaux publics a été considéré comme pratiquant le favoritisme.

Line Gingras

«Perspectives - La dictature de la représentativité» : http://www.ledevoir.com/2006/02/08/101563.html?338

Posté par Choubine à 02:01 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Moi j'aurais plutôt tendance à appeler ça du népotisme. C'est d'ailleurs comme ça que le Robert & Collins traduit «patronage» dans le sens péjoratif. Toujours intéressants, tes commentaires sur la langue.

    Posté par Panthère rousse, lundi 27 février 2006 à 09:58
  • Salut, la Panthère!

    D'après ce que j'ai vu, "favoritisme" est un terme général; et on peut parler plus précisément de "népotisme" lorsque la faveur est accordée à un membre de la famille ou à un ami - un ami proche, à ce qu'il m'a semblé. Il est intéressant de voir, à ce sujet, les avis que donne Marie-Éva de Villers aux articles "patronage", "favoritisme" et "népotisme". À l'instar de Dagenais, à l'article "patronage", elle recommande de remplacer "patronage" par "favoritisme". Et Camil Chouinard parle de "népotisme" ou de "favoritisme familial" lorsque le favoritisme "est fait en faveur de membres des familles de personnages puissants". (Je pense qu'il convient d'ajouter les amis proches.) Enfin, Meertens propose de rendre "patronage" par "favoritisme", mais ne mentionne pas "népotisme"...; ce sera peut-être pour la prochaine édition.

    Posté par Choubine, lundi 27 février 2006 à 13:28

Poster un commentaire